FR | EN

Bruxelles : Mobilisation de soutien à la proposition de dialogue du Président tanzanien

Publié : le 16 juin 2013 à 2:44 | Par | Catégorie: Actualité

Elles étaient environ 200 personnes à avoir répondu ce samedi 15 juin à un appel des associations des sociétés civiles rwandaise, ougandaise et congolaise en Europe, et les partis politiques d’opposition rwandais, visant à manifester à Bruxelles pour soutenir la proposition du président tanzanien d’un dialogue large dans la Région des Grands Lacs, et en particulier entre la RDC et le M23, le Rwanda et les FDLR, l’Ouganda et l’ADF-NALU.

Manifestation de soutien à la proposition de dialogue du Président tanzanien

Manifestation de soutien à la proposition de dialogue du Président tanzanien

Lors de l’ouverture du 21e sommet de l’Union africaine le 26 mai dernier à Addis-Abeba, le président tanzanien Jakaya Kikwete avait proposé, en vue d’une résolution durable de la crise dans l’est de la RDC, des négociations entre les différents protagonistes, y compris entre le Rwanda et les FDLR et entre l’Ouganda et l’ADF-NALU. Une proposition que le régime de Kigali a rejetée en bloc.

Dans ce cadre, a eu lieu à Bruxelles ce 15/06/2013 une manifestation pour le soutien à cette proposition du président tanzanien, « seule solution pour une paix globale et durable dans la Région des Grands Lacs d’Afrique et plus particulièrement au Rwanda et au Congo », disaient les organisateurs. Ces derniers, notamment le Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda (CLIIR), soulignent que « la démarche ne vise pas à soutenir un homme en tant que tel mais une idée, une vision ».

Les manifestants se sont réunis à 12h30 devant l’Université  Libre de Bruxelles sur l’avenue Franklin Roosevelt, et le cortège composé principalement de Rwandais, Congolais et Burundais s’est  dirigé vers l’ambassade de la Tanzanie à quelques mètres de là, où une délégation de la société civile et des partis politiques de l’opposition a été reçue par l’ambassadeur tanzanien à Bruxelles. Un mémorandum circonstanciel a été transmis à l’Ambassadeur qui a promis de le transmettre « personnellement » au président Jakaya Kikwete, déterminé à œuvrer pour une paix durable et globale dans la région.

« Pas de paix durable dans la région sans dialogue » dit Kikwete.

Pour le président tanzanien, dont le pays contribuera largement à la brigade d’intervention des Nations Unies qui va être déployée à l’est de la RDC dans les jours à venir, « cette brigade est une bonne chose, mais n’aura aucun impact si le dialogue ne s’ouvre pas, non seulement entre le gouvernement congolais et le M23, mais aussi entre le Rwanda et les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDRL) » a déclaré Jakaya Kikwete à Addis-Abeba le 26 mai dernier.

Cette initiative du président tanzanien a été accueillie très positivement par les associations des sociétés civiles rwandaise, ougandaise et congolaise en Europe, et les partis politiques d’opposition rwandaise, qui disent estimer que cette démarche est un pas inéluctable, car elle conduirait « au dialogue à tous les niveaux y compris à l’ouverture de l’espace politique intérieur verrouillé par le parti-Etat FPR (Front Patriotique Rwandais) de Paul Kagame depuis son accession au pouvoir par les armes en 1994 ».

La proposition de Kitwete a suscité également un enthousiasme dans les milieux congolais, dont le pays paye un lourd tribu des conflits qui ravagent la région depuis plusieurs années. « Le plan Kikwete apporte ses nouveautés opérationnelles qui devront désormais intégrer des négociations à envisager entre les pouvoirs des pays à problèmes avec leurs propres fils, rebelles ou non , cite un article de 7sur7.cd, un site d’information congolais.

« Pas question de négocier avec les FDRL », pour le régime de Paul Kagame.

Cependant, si à la proposition de la Tanzanie, le président ougandais Museveni s’est déclaré prêt à « discuter avec ceux qui veulent discuter et isoler les autres « , le régime de Kigali en a apposé une fin de non recevoir. La ministre des Affraires étrangères Louise Mushikiwabo qualifiant d' »aberrants » la main tendue du Président Kikwete. Après des jours de silence, l’homme fort du Rwanda, le Général Paul Kagame a profité de la cérémonie de graduation de 45 officiers de l’école militaire de Nyakinama (nord), ce lundi le 10 juin, pour faire un bref commentaire à la proposition de son homologue tanzanien.  « (…) J’ai préféré garder le silence car ça (les propos de Kitwete NDRL) ne méritait pas un commentaire. Il (Kitwete NDRL) parlait pour ne rien dire, c’est un inculte (Injiji) et négationniste, je préfère le laisser dans son négationnisme (Ingengabitekerezo).

Suite à cette proposition les relations entre les deux voisins sont désormais glaciales. Ibuka, l’influente organisation des survivants du génocide, a parlé d’« insulte » et somme Kikwete de se rétracter sous peine de « saboter » par avance l’action de la force d’intervention rapide en cours de déploiement dans l’est de la RDC, et qui sera dirigée par un général tanzanien.

Négociation avec les FDRL : refus de négocier avec les présumés génocidaires ou un refus de partager le pouvoir ?

Les commentaires vont bon train. Si certains trouvent que le gouvernement de Kigali a complètement raison de ne pas  parler  avec ceux qu’il ne cesse de qualifier de « terroristes, génocidaires », d’autres voient dans ce refus, une ferme volonté du régime, fermé à tout dialogue avec l’opposition.

« Si Kagame ne veut pas négocier avec les FDRL, accepte-t-il au moins de négocier avec l’opposition non armée ? » se demande un commentateur sur un forum de la diaspora Rwandais en Belgique.

« C’est devenu la règle pour les pouvoirs dictatoriaux de chercher à décrédibiliser l’opposition, pour justifier le rejet de dialogue avec elle. Pour Kadhafi, ses opposants armés étaient des « rats », des « chiens « . Quant à l’opposition syrienne, ce n’est que des « terroristes » pour Bachar Al-Assad. Il n y a rien d’étonnant donc d’entendre Kagame traite ses opposants de terroristes, génocidaires, négationnistes. », souligne un autre commentateur sur le forum.

 

Jean Mitari,

Jambonews      

 

 

http://www.rfi.fr/afrique/20130526-rdc-pas-paix-durable-negociation-globale-selon-le-president-tanzanien

http://www.izuba-rirashe.com/m-1028-kagame-yongeye-kunenga-loni-anaha-ubutumwa-abasaba-ibiganiro-na-fdlr.html

http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2734p008-009.xml13/

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

9 Commentaires à “Bruxelles : Mobilisation de soutien à la proposition de dialogue du Président tanzanien”

  1. Georges dit :

    Dommage que dans ces pourparlers ne prendront pas place les vrais décideurs de ces massacres immondes: les multinationales asservissantes. Kagamé, Museveni et leurs lèches-bottes n’étant que des nègres de service. Une preuve de plus que les noirs africains ne sont pas assez « Hommes » pour se prendre en charge. Aussi longtemps qu’il y restera un seul nègre de service à la solde des blancs-(faux-juifs) occidentaux, l’Afrique ne sera jamais en paix.

       2 likes

    • Vindu Muka dit :

      Se débarrasser d’Hyppolite Kanambe, c’est se débarrasser de Paul Kagame en RDC. C’est ce que les congolais doivent avoir comme objectif premier car l’équation de Kikwete n’existe pas mathématiquement, ses « inconnus » n’étant en fait que des « connus ».

      Le M23, Kanambe Hyppolite, Kagame Paul, Yowerikakuta Museveni (à prononcer avec l’accent kinyarwanda pour une meilleure compréhension) sont les cabots non pas seulement d’une même niche mais également et surtout de la même écuelle ou gamelle génocidaire.

      Demander à Kanambe Hyppolite (non pas la RDC) de négocier avec le M23 ou avec Kagame Paul ou avec Yowerikakuta Museveni revient à demander aux tutsi rwandais , au pouvoir actuellement, de négocier entre eux et avec eux-mêmes.

      Qui sont ces congolais qui ont pris les armes contre d’autres congolais au jour d’aujourd’hui? Quels sont ces groupes ethniques ou tribus congolaises qui ont pris les armes contre d’autres groupes ethniques ou tribus congolaises, faisant en sorte que sur la place de Bruxelles, Paris, Londres, Washington, Quebec, Sidney, Tokyo ou Kinshasa les gens ne se fréquentent plus, ne prennent plus une bière ensemble, ne vont plus dans les mêmes nganda ou restaurants, ne se marient plus ensemble, ne vont plus prier ensemble etc…? Cela n’existe pas!

      Les congolais sont approximativement 50 ou 60 millions, ils ne s’entretuent pas par millions ou centaine de milliers pour des raisons… politiques, ethniques, régionales, tribales ou religieuses etc…? En Côte d’Ivoire, oui, au Congo-Brazzaville, oui, en Angola, oui, au Nigeria, oui, au Rwanda, oui, au Burundi, oui, en Libye, oui, au Mali, oui etc…

      Un scoop, si c’en était un! Pas plus tard que ce samedi, j’ai été dans un restaurant congolais en banlieue parisienne à très forte et assidue clientèle tutsi rwandaise venant y manger et boire famille entière avec des enfants, sans qu’il y ait une quelconque animosité de la part de la clientèle congolaise. Ces rwandais qui y vont et me lisent certainement, sauront se reconnaître et savent de quel restaurant dont je parle et dans quelle banlieue parisienne se trouve-t-il.

      Alors, je répète, que les congolais se débarrassent d’abord d’ Hyppolite Kanambe et, l’opinion internationale constatera que ce peuple, dirigé par les véritables siens et pas des imposteurs, autour d’un projet national et de reconstruction commun, Kagame Paul serait remis à sa vraie place, celle d’un sous-fifre, d’un faux dur, d’un faux brave. Dans le FPR ou l’APR, ils doivent garder de « très bons souvenirs » des regrettés généraux congolais Mbuza Mabé et Mayélé; Kagamé, Museveni, Kayumba, Kabarebe savent de quoi et de qui je parle….

         5 likes

    • kagame doigt retourner a la dialogue avec le fdlr beaucoup on fui a l,age de 5 ans .nous voulons la paix

         3 likes

  2. kayabu dit :

    on ne négocie pas avec des terroristes – ces manifs ne serviront à rien, vous le connaissez bien Kagame, pensez vous réelement qu’il discutera avec les FDLR??? ne vous voilez pas la face! pas de négociation possible! period!

       2 likes

  3. Mboka dit :

    La seule facons de plier Kagame est tres simple. Saboter les interet des multinationales au Kivu et vous verrez vous-memes les resultats. Tant que le colant et l’Or du Kivu traverse sans inquietude, Kagame aparaitra fort. Les multinationales vont continuer a le supporter avec la benedictions de leur gouvernements respectifs. Donc en resume, il faut deranger la chaine d’approvisionement de ces matieres premiere.

       4 likes

  4. Semanzi Paulin dit :

    FDLR terroriste ?
    J’aurais aimé que l’oppostion rwandaise n’ait pas attendu les propositions de Kikwete pour réclammer le dialogue entre le FPR et les FDLR. Kagame et ses sbires prétendent que les FDLRS sont génocidaires, terroristes et oublient eux-mêmes que le FPR est accusé de crimes de génocide (Voir Mapping) et que dans ce rapport des personnalités comme J. Kabarebe sont pointés de doigts comme planificateurs de génocide. D’ailleurs, le chef du FPR est le plus grand responsable de ces crimes qu’il a même admis ouvertement (« Twarabarashe abanze gutaha »).
    Murwanashyaka par ex. ne comparaît pas pour crimes de génocide, mais pour des viols commis par ses trooupes. Les allemands (3 ans) après ont de la peine à prouver qu’il a ordonnés à ces hommes de commettre ces crimes. Souvenez-vous que même les casques bleus ont commis des exactions en violant des enfants et que leur chef Kofi Anan n’a pas été inquiété au contraire il a obtenu le prix nobel de la paix. Kagame, Kabarebe, Kayumba,… eux sont accusés de crimes de génocide et ne sont pas prêts à se présenter devant n’importe quelle justice car ils savent ce qu’ils ont fait et qu’avec eux, on ne mettra pas 3 ans pour prouver leurs culpabiltés.
    Kagame ne peut pas négocier par les FDLR, car il n’aurait plus d’arguments pour :
    1- piller le congo,
    2- élimeiner toute opposition en qualifiant tout opposant de Terroristes, négationistes, révisionistes et
    3- p-c-q il ne veut pas de normalité dans son royaume, ce qui le conduirait à comparître devant la justice.

    Bref, ce que Kikwete exige ne sera pas applique que si on utilise la force (en armant les FDLRS, les Mai-Mai, les congolais) pour faire arrêter ce criminel. J’ai l’impression que la Tanzanie, la RSA et certaines puissances (qui agissent dans l’ombre) ont l’intention de faire partir ce voyou qui a dépassé depuis longtemps ces lilimtes :
    le pillage au Congo, des millions de congolais et Hutus assassinés par lui, les touristes américains dans Bwindi, les escadrons de mort à Johannesburg, tentatives d’assassinat d’opposants à Londres, ce prof. Tanzanien assassiné à Dar-Es-Salam pour avoir refusé de faire à la TPIR ce que Kagame dictait, ect…
    Il se pourrait que Kagame s’en tire réellement, mais il lui faudra par ex. renoncer à aller piller le Congo ce qui signifierait sa fin, car il ne pourra plus corrompre, faute de finances, T. Blair, ses journalistes occidentaux à son service.

       2 likes

    • Robespierre dit :

      Kagame ne peut pas négocier par les FDLR, car il n’aurait plus d’arguments pour :
      1- piller le congo,
      2- élimeiner toute opposition en qualifiant tout opposant de Terroristes, négationistes, révisionistes et
      3- p-c-q il ne veut pas de normalité dans son royaume, ce qui le conduirait à comparaître devant la justice.

      Vous avez raison mais le plus important, ce n’est pas le dialogue mais plutôt le refus du dialogue. Si kagamé refuse le dialogue, LOUISE MUshikiwabo ne pourra plus pérorer sur le dialogue entre RDC et M23, donc feu vert pour la brigade de Kikwete.
      De plus Kagamé sera isolé si l’Ouganda accepte le dialogue. Si le M23 est vaincu militairement, le conséquence son extrême pour Kagamé.
      1. Défaite d’une M23 = Soutient insuffisant de l’armé rwandaise
      2. M23=Nkunda= le premier cercle du pouvoir à kigali est composé des ex-tutsi rwandais expatriés au zaïre.
      3. M23 mort = Plus de gardien de la caisse Nord Kivu, ça c’est réel puisque le ministre des mines au Nord Kivu est rwandais, donc out!
      4. Isolation (ouganda), sentiment de trahison (les ex-nkunda), plus d’argent (tout les businessman out) = c’est la fin du régime.

      Alors dialogue ou pas dialogue? ses éléments ci-dessus kagamé en est conscient, donc il y aura au moins une mascarade de dialogue.

         0 likes

  5. kolomabele dit :

    Je ne vois pas Kagamé dialoguer avec ses rebelles du FDLR. Pour lui, ceux-ci sont une armée vaincue. On discute pas avec un ennemis aux abois. On l’écrase. Paul Kagamé m’a toujours paru comme un brute. C’est pas un homme de dialogue. Si c’était le cas, il n’ y aurait pas eu le génocide rwandais. Le dialogue avec Habyarimana aurait abouti à un cesse-le feu et l’organisation des élections. Des pourparlers politiques interminables comme à Kampala(6 mois), Kagamé n’aime pas.

    C’est au Congo que les rebelles rwandais et ougandais commettent des crimes contre l’humanité et économiques. C’est aux hommes au pouvoir au Congo de les mettre hors d’état de nuire pour protéger les populations et les ressources naturelles..

       1 likes

  6. Rukundo dit :

    Il est bien gentil Kikwete, mais il devrait aussi s’occuper un peu plus de son pays : attentats, émeutes, albinos, homosexuel et trans qui se font violés et massacrés.

       0 likes

Laissez un commentaire