FR | EN

Congo Brazza : Le dilemme des réfugiés rwandais après ce 30 juin

Publié : le 4 juillet 2013 à 14:45 | Par | Catégorie: Actualité

Le statut de près de 8980 réfugiés rwandais installés au Congo Brazzaville a pris fin ce dimanche 30 juin à minuit. Après cette déchéance qui fait suite à la clause de cessation décidée en octobre 2009 par le Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés (HCR), trois options s’offrent à ces réfugiés : rentrer volontairement au Rwanda, prendre la nationalité congolaise ou choisir un autre pays d’accueil.

source: Jeune Afrique

A priori, la première éventualité qui est le retour volontaire au bercail, risque de rencontrer  peu de succès malgré que depuis des mois une sensibilisation ait été menée par le gouvernement rwandais et par le HCR, à l’échéance, seuls quelques candidats (moins d’une dizaine) au retour volontaire se sont présentés. « Les conditions garantissant notre sécurité au Rwanda ne sont pas réunies» ont ainsi déclaré des réfugiés contactés par Jambonews. «  Hors de question de retourner au Rwanda, là-bas, c’est la prison et la torture qui nous attendent » a confié à Jambonews Jean Marie, réfugié à Brazzaville depuis mai 1997.

L’inquiétude des réfugiés rwandais semble d’autant plus justifiée  étant donné que c’est le gouvernement de Kigali qui a négocié la clause de cessation avec le HCR en 2009. Et certains se demandent même comment on peut leur demander de rentrer dans un pays alors que « ceux qui y résident continuent à le fuir jusqu’à maintenant ». Puisque la clause de cessation ne concerne que les réfugiés d’avant 1998, certains de ceux qui se sont installés au Congo avant cette date, pour ne plus être dérangés,  envisagent même de retourner au Rwanda, puis repartir en exil !

Les réfugiés rwandais au Congo-Brazzaville sont arrivés massivement dans ce pays en 1997, suite à la destruction des camps de réfugiés situés à l’Est de la République Démocratique du Congo, où près de 2 millions de personnes qui avaient fui le régime de Paul Kagame s’étaient installées en juillet 1994. Nombreux sont des rescapés des exterminations perpétrées à l’Est du Congo entre 1996 et 2002 contre les réfugiés hutus et les hutus congolais, par les militaires du Front Patriotique Rwandais (FPR) au pouvoir actuellement à Kigali et qui pourraient, selon l’ONU, être qualifiées de génocide.

 La directrice des affaires multilatérales au ministère des Affaires étrangères congolais, Chantal Itoua Apoyolo, a prévenu dans une intervention à la télévision publique que  « Les réfugiés qui n’exprimeront pas leur choix par rapport à ces options  seront soumis à l’application des dispositions prévues par la loi, fixant les conditions d’entrée, de séjour et de sortie, des étrangers en territoire congolais » a ainsi rapporté la RFI.

Jean Mitari

Jambonews.net

http://www.rfi.fr/afrique/20130630-rwandais-congo-brazzaville-perdent-leur-statut-refugie

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: ,

Un commentaire à “Congo Brazza : Le dilemme des réfugiés rwandais après ce 30 juin”

  1. Magaba dit :

    Y a-t-il encore une logique dans ce monde ?

    Depuis de nombreuses années, on nous rebat les oreilles avec les droits humains
    devenus « l’évangile du monde moderne ». Chaque fois qu’on veut faire tomber un régime,
    on l’accuse de violer les droits humains. La déclaration universelle des droits de l’homme est devenue donc
    une sorte de condensé des principes sacrés du monde moderne. Je pense qu’il n’y a rien à redire sur les principes.
    Or, que dit l’article 14 de cette nouvelle « bible » ? « Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. » Peut-on en déduire que cet article ne s’applique pas aux Rwandais ? Pour quelles raisons ? C’est un peu fort de café de baser une décision concernant les réfugiés sur les déclarations du régime rwandais. La première question à se poser est de savoir ce que ces réfugiés ont fui. Il me semble que cele ne fait aucun doute : c’est le FPR au pouvoir actuellement au Rwanda. Comment dès lors ces réfugiés pourraient-ils rentrer ? Passe encore s’il y avait eu un changement de régime au Rwanda comme ça a été le cas pour le voisin du sud du Rwanda.
    Par ailleurs, il est tout de même curieux qu’on force les gens à rentrer au Rwanda au moment où journalistes, politiciens et autres défenseurs des droits humains sont embastillés pour un oui ou pour un non.
    L’analyse des faits récents concernant le Rwanda montre assez clairement que la logique élémentaire s’y perd.
    Décidément, c’est J.J. Rousseau qui avait raison quand il disait que « si c’est la raison qui fait l’homme, c’est le sentiment qui le conduit ».

    Magaba

       0 likes

Laissez un commentaire