FR | EN

RDC-KIVU : La MONUSCO s’attaque aux FDLR, différemment

Publié : le 15 décembre 2013 à 12:27 | Par | Catégorie: Actualité

Après la défaite qu’elles ont infligée au M23, les troupes des Nations Unies en RD Congo ont entamé les opérations contre les autres groupes rebelles armés dont les FDLR (Forces Démocratiques de Libération du Rwanda), a annoncé ce mardi 10 décembre leur commandant, le Général brésilien Carlos Alberto dos Santos Cruz.

MONUSCO deploys troops in Bunagana to secure populationsLes Nations Unies visent ainsi à faire disparaître le prétexte des invasions répétitives du Rwanda qui a multiplié ses interventions à l’Est du Congo soit directement soit par le biais des rébellions qu’il y créait.

La Monusco annonce avoir intensifié les contrôles tout au long de la frontière rwando-congolaise et être en train de planifier des opérations contre toutes les positions des FDLR s’y trouvant. Il est rapporté aussi que les membres de ce groupe rebelle, qui compte entre 1500 et 1800 combattants selon l’ONU, se sont rendus en grand nombre ces derniers jours sans qu’il y ait de combats. Il affirme que la plupart de ces combattants (70%) sont des jeunes de moins de trente ans qui ne pouvaient pas être trempés dans le génocide de 94 vu leur jeune âge à l’époque et que ceci expliquerait qu’ils se rendent facilement.[1]

Gérard Araud, Ambassadeur de la France à l’ONU, qui préside le Conseil de sécurité ce mois de décembre, a rapporté que la Monusco dans sa lutte contre les FDLR, utilise une approche différente que celle utilisée contre le M23. En effet les combattants de ce mouvement vivent avec leurs familles alors que le M23 menait une guerre classique, avec un front traditionnel d’hommes armés facilement identifiables. Les FDLR sont organisés en petits groupes très souvent vivant dans de petits villages avec les populations locales.

Dans un entretien avec Jambonews, le porte-parole des FDLR, Laforge Fils Bazeye a déclaré que le mouvement n’a effectivement pas l’intention de se battre avec les Forces des Nations Unies. Il s’est aussi réservé de dire ce qu’ils comptaient faire concrètement en réaction de ces opérations à leur encontre et n’a pas non plus voulu commenter cette actualité.

 

Pacifique Habimana

Jambonews.net

 


[1] http://in.reuters.com/article/2013/12/10/congo-democratic-un-idINL6N0JP3SI20131210

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

4 Commentaires à “RDC-KIVU : La MONUSCO s’attaque aux FDLR, différemment”

  1. RASEC dit :

    Les FDLR sont à la fois rescapés des crimes de masse qui ont été commis par les soldats de Kagame contre les réfugiés Hutu Rwandais en Ex-Zaïre comme en témoignent divers rapports de l’ONU dont la fiabilité n’a été contestée par qui que ce soit y compris Kagame et protecteurs des milliers de réfugiés Hutu en RDC contre les agissements des soldats de Kagame. Il convient de rappeler a osé dire publiquement devant des millions de Rwandais et sous les applaudissements de ses obligés dits députés que les Hutu sont encore nombreux et qu’il regrette conséquemment n’avoir pas fini le travail, que les Hutu sont génétiquement génocidaires et par conséquement il faut éradiquer préventivement la ménace contre les Tutsi à savoir éliminer les Hutu, indifféremment d’âge et de sexe. Pour contrétiser ses dires, il a envoyé des milliers de soldats en RDC traquer les FDLR et leurs familles.Le bilan fut lourd: pluisieurs centaintes de morts femmes, enfants et hommes de tous âges très majoritairement ne faisant pas partie des FDLR, le tout avec l’appui de la MONUSCO et des soldats congolais. Ces derniers ont éventré les femmes avec la baïonnnette après les avoir violées. Les preuves existent. Les photos des cadavres ont été prises et adressées au Secrétaire Général de l’ONU, au gouvernement Congolaiset à certains journaux.Ceux-ci n’ont pas voulu les communiquer aux publics.
    Kagame a ensuite envoyé ses forces spéciales pour traquer les FDLR et les réfugiés Hutu rescapés.Grâce au courage des FDLR dont la moyenne d’âge est de 25 ans, dépourvues pratiquement des moyens, les agissements de Kagame pour terminer le travail furent un fiasco total. Il lui restait la sortie de la carte de génocide des Tutsi imputé aux FDLR.Pour Kagame les FDLR sont les éléments combattants et leurs familles, indifféremment d’âge et de sexe. Pour optimiser la réussite de son action, il fallait colporter à grande échelle lson slogan  » les FDLR= génocidaires des Tutsi  » par le biais de ses excroissances opérant en Europe en l’occurrence et les sponsors du régime rwandais.Certains de ces derniers ont appuyé l’action de Kagame. Ainsi, l’Allemagne a envoyés en prison les dirigeants politiques des FDLR résidant sur son territoire, le tout au mépris des lois allemandes élémentaires aussi bien de fond et de formes.Ils croupissent aujourd’hui en prison sans jugement, sur la base des allégations concoctées par le gouvernement rwandais. la France et l

       3 likes

    • Kagame is future dit :

      Ignace Murwanashyaka a 50 ans, pas 25.

         0 likes

    • joseph kabila,museveni et kagame jouent cette carte,parceque ils sont tutsi ils veulent la disparution des tout les hutus,comment expliquer que kagame ne pas pour etre ensemble avec les rwandais hutu qui sont au congo depuis 1994,tous ce qui ont commit des massacres a la genocide sont maintenant morts,si on les attaque ils faux les massacre tous,parceque le rwanda ne vont pas le recevoir! ce rigolo.le ADF maintenant?

         1 likes

  2. RASEC dit :

    Les FDLR sont des – rescapés des crimes de masse qui ont été commis par les soldats de Kagame contre les réfugiés Hutu Rwandais en ex-Zaïre comme en témoignent divers rapports de l’ONU dont la fiabilité n’a été contestée par qui que ce soit y compris Kagame et – protecteurs des milliers de réfugiés Hutu en RDC contre les agissements des soldats de Kagame. Il convient de rappeler que celui-ci a osé dire publiquement devant des millions de Rwandais et sous les applaudissements de ses obligés dits députés que les Hutu sont encore nombreux et qu’il regrette conséquemment n’avoir pas fini le travail, que les Hutu sont génétiquement génocidaires et par conséquemment il faut éradiquer préventivement la menace contre les Tutsi c’est-à-dire éliminer les Hutu, indifféremment d’âge et de sexe. Pour concrétiser ses dires, Kagame a envoyé des milliers de soldats en RDC pour traquer les FDLR et leurs familles. Le bilan fut lourd: plusieurs centaines de morts femmes, enfants et hommes de tous âges (majoritairement les femmes et les enfants), le tout avec l’appui de la MONUSCO et des soldats congolais. Ces derniers ont éventré les femmes avec les baïonnettes après les avoir violées. Les preuves existent. Les photos des cadavres ont été prises et adressées au Secrétaire Général de l’ONU, au gouvernement Congolais et à certains journaux.Ceux-ci n’ont pas voulu en informer le public. Kagame a ensuite envoyé ses forces spéciales pour traquer les FDLR et les réfugiés Hutu rescapés en RDC. Grâce au courage des FDLR dont la moyenne d’âge est de 25 ans, les agissements de Kagame pour terminer son travail furent un fiasco total. Il a rapatrié ses soldats après six ans, le tout sans atteindre les objectifs assignés. Il lui restait la sortie de la carte de génocide des Tutsi imputé aux FDLR. Pour Kagame les FDLR sont les éléments combattants et leurs familles, indifféremment d’âge et de sexe. Pour optimiser la réussite de son action, il fallait colporter à grande échelle le slogan  » les FDLR= génocidaires des Tutsi  » par le biais de ses excroissances opérant en Europe en l’occurrence et les sponsors du régime rwandais.Certains de ces derniers ont appuyé l’action de Kagame. Ainsi, l’Allemagne a envoyé en prison les dirigeants politiques des FDLR résidant sur son territoire, le tout au mépris des lois allemandes élémentaires aussi bien de fond que de formes. Ils croupissent aujourd’hui en prison sans jugement, sur la base des allégations concoctées par le gouvernement rwandais. La France et la CPI ont apporté leur concours mais celui-ci fut un échec. En effet, l’accusé à savoir le porte-parole des FDLR en Europe, Callixte Mabarushimana a été traîné dans la boue, humilié par la police française et envoyé en prison par un juge français. Sa demande de mise en liberté a été rejetée au motif qu’il constitue une menace pour l’ordre public français et international. Il a perdu son travail en France. Il a été transféré à la Haye où il a été mis en cage. Il avait comme compagnons entre autres le Président Gbagbo de la C.I, l’ex-président Charles Taylor du Liberia et J.P. Bemba. Après examen de l’ensemble du dossier de l’accusé, les juges de la Chambre préliminaire ont considéré que les allégations du procureur de la CPI sont fondées sur des considérations strictement politiques et conséquemment dépourvues de tout caractère juridique. Les juges ont précisé que la CPI a pour mission de dire le droit et nullement la politique et ordonné la libération immédiate de l’accusé et son renvoi à l’envoyeur à savoir la France. Depuis lors, le gouvernement rwandais n’a plus parlé de Mbarushimana, génocidaire des Tutsi.
    En l’espèce, la MONUSCO apprend au monde entier que les FDLR et leurs familles cohabitent harmonieusement avec les Congolais avec lesquels ils partagent l’ordinaire à savoir la misère. Leurs enfants jouent ensemble comme tous les gamins du monde.
    Si les FDLR sont les exterminateurs des Congolais, leurs voisins, pourquoi ceux-ci n’ont jamais réagi négativement contre ces premières et leurs familles? Est-il vraisemblable qu’elles puissent massacrer les Congolais sans provoquer une réaction de ces derniers ne serait ce qu’à l’égard de leurs familles? Les révélations de la MONUSCO confirment ce que les représentants des FDLR ont toujours dit depuis des années: les auteurs des crimes contre les paysans congolais sont des criminels qui ont été envoyés par Kagame pour commettre les crimes en RDC afin de discréditer et diaboliser les vraies FDLR. Il convient de rappeler aux lecteurs de Jambo News que les dirigeants des FDLR ont maintes fois écrit au Secrétaire Général de l’ONU et à Kabila aux fins de leur demander de mettre en place une commission d’enquête internationale impartiale et indépendante sur les crimes prétendument commis par les FDLR. L’ONU et Kabila ont fait fi de leur demande. Les vraies FDLR ont protégé les Congolais contre les agissements des soldats et criminels en tous genres de Kagame. Elles ont joué un rôle déterminant la mise en déroute des soldats de Kagame et de Museveni qui entendaient installer un régime tutsi à Kinshasa. Kabila le sait car ce sont les FDRL qui ont émietté les soldats de Kagame dont la mission était de capturer Colonel Kabira fils, le tout même s’il n’a pas été reconnaissant à l’égard de ceux qui l’ont sauvé. Les affirmations de la MONUSCO ôtent toute crédibilité aux allégations de Kagame et ses sponsors dont Obama, Merkel et Cameron contre les FDLR. Il est hasardeux de soutenir que les membres des familles des victimes congolaises cohabitent, partagent l’ordinaire depuis des années et se marient avec les bourreaux. Les FDLR n’ont aucune raison de se battre contre la MONUSCO et et encore moins contre l’armée congolaise.Mais elles ont le devoir d’assurer la sécurité de leurs familles et des rescapés des crimes de masse qui ont été commis par les soldats de Kagame et sur ordre de celui-ci. C’est leur raison d’être, le tout même s’elles sont dépourvues de moyens.
    Les FDLR sont une organisation politico-militaire dont la mission est de protéger les rescapés Hutu des massacres en ex-Zaïre. En tant qu’organisation politique, elles entendent retourner au Rwanda et exercer librement leur activité politique dans un cadre légal mis en place par le Peuple Rwandais. Si parmi elles il y a ceux qui ont effectivement commis les crimes allégués par Kagame, ils répondront de leurs actes devant un tribunal impartial et indépendant, conformément aux lois rwandaises. Leurs dirigeants ont toujours précisé qu’il serait contradictoire de revendiquer la démocratie et demander en même temps l’impunité. Elles ont un dessein pour le Rwanda. Il appartiendra au Peuple Rwandais de juger le moment venu. Or, Kagame continue à s’arc-bouter sur ses fabulations aujourd’hui démolies par les affirmations de la MONUSCO. Il ressort des déclarations des dignitaires du régime rwandais que Kagame a peur d’affronter ses adversaires politiques. Sa peur s’est transformée en paranoïa de sorte que tout Hutu est devenu son ennemi y compris les bébés qu’il faut neutraliser par tous moyens.Il agit comme un animal enragé contre ses proies à savoir ses adversaires politiques ou quiconque supposé être contre lui et son régime.
    La parfaite illustration est le nombre de prisonniers politiques au Rwanda dont Ingabile Umuhoza, Président des FDU et ses compagnons. Kagame bat le reccord dans les emprisonnements politiques. Plus le nombre de prisonniers politiques augmente, plus la détermination des autres est totale. Kagame ne peut et ne pourra mettre en prison tous les Rwandais qui revendiquent le pluralisme d’opinions. Il est allé assister aux obsèques du Président Mandela. Celui-ci était un visionnaire pour son pays.Il incarnait principalement trois valeurs universelles: Paix, Justice et Libertés. Mandela c’est l’humilité et le sens aigu d’intérêt général.Il avait une haute idée de la Nation. Kagame incarne la haine intrinsèque contre les Hutu (ses compatriotes), la division des Rwandais en trois strates, Tutsi, Hutu et Twa. Il incarne l’injustice et l’enterrement des libertés fondamentales des Rwandais. Kagame est le mépris à l’endroit des Hutu et Tutsi second rang. Il bat le reccord en matière de collection de cadavres de Rwandais et de Congolais de tous âges.
    Il n’existe aujourd’hui sur le notre continent que trois despotes : Paul Kagame, Museveni Kaguta et Issayas Afewerki. L’histoire ne pardonne jamais la tyrannie et ce, quelle que soient les époques et circonstances. Kagame semble l’ignorer.

       2 likes

Laissez un commentaire