FR | EN

Rwanda : Victoire Ingabire, quatre ans après le retour d’une icône – 1ère partie

Publié : le 16 janvier 2014 à 8:33 | Par | Catégorie: Actualité, Edition spéciale Victoire Ingabire
En janvier 2010, après une période d’exil de 16 ans, Ingabire Victoire Umuhoza, présidente du parti de l’opposition FDU-Inkingi, a quitté les Pays-Bas pour se rendre au Rwanda afin de se présenter comme candidate aux élections présidentielles en tant qu‘opposante de l’actuel Président Paul Kagame. Aujourd’hui, 4 ans plus tard, Victoire a été condamnée à une peine de 15 ans de prison pour les crimes de terrorisme, divisionnisme et idéologie génocidaire. A l’occasion de cette semaine qui marque le 4e anniversaire de son retour au Rwanda, Jambonews se penche sur la personnalité qui se cache derrière la leader d’opposition, qualifiée de « Aung San Suu Kyi rwandaise » et offre un portrait de cette « icône de la lutte pour la liberté et la démocratie au Rwanda.»

Cette contribution fait partie d’une série de 3 articles consacrés à Victoire.

Victoire-Umuhoza-300x166Au cours de ce mois de janvier, nombreux sont les groupes de Rwandais prêts à marcher dans les rues de Belgique et des Pays-Bas, dans le but d’honorer et de porter à la lumière le combat de Victoire. Leur intention est de condamner les agissements du régime rwandais et de demander la libération de “tous les prisonniers politiques”. Une des personnes qui a été la plus active pour perpétuer le combat de Victoire n’est autre que Lin Muyizere, membre du parti de Victoire et son conjoint depuis plus de 25 ans. Lorsqu’on lui demande quel genre de personne est Victoire, Lin Muyizere répond que la passion de sa femme a toujours été d’aider les plus nécessiteux. .

C’est mon épouse et donc je connais toutes ses pensées et ses considérations. C’est une personne qui se préoccupe toujours des problèmes que rencontrent ses prochains. Elle a toujours été comme ça. Je me souviens que même au Rwanda, des fois, elle me disait de rentrer directement après le travail car elle avait besoin de mon aide. Lorsque j’arrivais à la maison, je la trouvais en train d’emballer des haricots et de la farine à apporter aux pauvres”, dit-il en ajoutant qu’elle ne s’est engagée en politique que plus tard, lorsqu’elle était en Europe.

D’après Anneke Verbraeken, une journaliste freelance néerlandaise, l’opposante n’est pas seulement serviable, mais également une jeune meneuse. Verbraeken a écrit la première biographie de Victoire dans un livre intitulé “Victoire, Rwanda kiest voor de toekomst”. (Traduction : Victoire, le Rwanda choisit le future). Dans ce livre elle dévoile que la femme que certains nomment “la Nelson Mandela féminin”, a un jour voulu devenir une religieuse, mais qu’étant adolescente, elle manquait de docilité.

La journaliste relate que “pendant ses études secondaires, Victoire se révèle déjà comme une meneuse. Elle réussit à convaincre la direction de son internat de laisser ses camarades de classe aller au cinéma tous les samedis soir dans la petite ville voisine, en promettant que les élèves n’iront qu’au cinéma et rentreraient directement après la séance (…) Elle est respectée par ses camarades et devient doyenne (représentante des élèves de l’établissement) alors qu’elle faisait partie des élèves les plus jeunes. Elle a fait son premier discours devant 350 étudiants. Elle était à la fois intimidée et enthousiaste. De quoi pouvait-elle parler ? Allait-elle parler en français ? Toute tremblante, elle s’est avancée devant le podium et là, elle a paniqué. Elle n’arrivait pas à sortir un seul son ! Dans sa tête, le silence a duré une éternité, mais finalement, elle a pu se reprendre en fixant une seule personne dans l’audience et elle a pu faire son discours. Elle ne se souvient pas de ce qu’elle a dit, mais tout ce dont elle se souvient c’est qu’à la fin de son discours, plusieurs personnes sont venues la remercier et la féliciter”, écrit la journaliste dans son livre (p.9-10).

Au moment où le génocide rwandais a eu lieu, Victoire était en visite aux Pays bas, chez un ami. Muyizere et leurs deux enfants ont pu la rejoindre plus tard, grâce aux efforts fournis par leur avocat Jan Hofdijk et par l’ONG “Médecins Sans Frontières”. C’est après que sa famille soit réunie que Victoire a commencé à avoir des ambitions politiques. Au début, elle a commencé par la création de petites associations telle que l’association des femmes rwandaises aux Pays-Bas. Toutefois, plus le temps passait, plus elle était touchée par l’injustice à laquelle faisaient face les réfugiés rwandais dans divers camps en République Démocratique du Congo(RDC). En 1996, elle a adhéré au Rassemblement Républicain pour la Démocratie au Rwanda (RDR), en tant que première femme membre du parti. Plus tard elle est devenue la présidente de la section internationale du parti.

Dans son livre, Verbraeken décrit la première réunion du RDR. Victoire, seule femme présente à la réunion a remarqué que les participants ne faisaient que parler d’eux-mêmes.

“Ce qui lui dérange le plus est la façon dont ils s’adressent l’un à l’autre. ‘L’honorable ministre’ et ‘L’honorable général’. En effet, même en étant des réfugiés sans titres d’honneur, les hommes continuent à vouloir sauver les apparences. Victoire est assaillie de doutes. Elle est là pour la première fois, c’est la première fois qu’elle rencontre la plupart des participants. À la fin de la réunion, elle se lève. Une toute petite femme, parmi tous ces grands hommes. Elle dit qu’elle est surprise ; que contrairement à la plupart des gens présents ce jour-là, elle ne voit aucun ministre, aucun général ou aucun directeur, mais qu’elle voit des réfugiés rwandais. Elle propose qu’ils arrêtent d’utiliser des titres, qu’ils sont tous égaux. Elle dit aux hommes qu’il faut résoudre les problèmes du Rwanda et leur demande s’ils se rendent compte qu’une grande partie d’entre eux sont à l’origine des problèmes actuels du Rwanda” écrit Verbraeken (p.23-24).

Les années qui ont suivi, Victoire est parvenue à unir les politiciens rwandais en exil. En sa qualité de présidente du RDR, elle a prôné une coalition entre les différents partis politiques rwandais et associations rwandaises. Muyizere explique qu’“elle était convaincue que les problèmes du Rwanda avaient une origine politique et que pour cela il fallait leur trouver une solution politique. Son but était, et reste toujours, d’amener la démocratie et la réconciliation au Rwanda via le dialogue. C’est dans ce but que le parti FDU-Inkingi fut fondé en 2006.

Peu après cela, en 2008, Victoire a annoncé sa volonté de retourner dans son pays natal et de participer aux élections présidentielles de 2010. Les quatre points principaux de sa campagne étaient “la vérité sur le génocide de 1994”, “la justice pour tous”, » la réconciliation nationale » et “le développement économique partagé”. Au moment de son retour, le gouvernement rwandais avait mis en place une politique invitant la diaspora à retourner au Rwanda pour participer à la politique nationale et assurant que le Rwanda est un pays démocratique. Joseph Bukeye, conseiller à la mobilisation des FDU-Inkingi, déclare qu’envoyer Victoire au Rwanda fut alors l’étape logique qui devait suivre dans la stratégie du parti.

Selon Bukeye, “Victoire est une femme ayant une détermination extraordinaire. Bien avant tous les autres membres du parti, elle était la première à émettre l’idée de retourner au Rwanda pour y poursuivre notre combat politique. C’est dans cette optique qu’elle n’a pas voulu demander la nationalité néerlandaise, mais a préféré garder la nationalité rwandaise (…). L’idée est venue un peu après la fondation du parti FDU en 2006. À cette époque, Victoire avait déjà acquis son statut de leader. C’était [l’envoyer au Rwanda] bien entendu la meilleure chose à faire. Mais au départ l’idée était de l’envoyer avec une équipe, dans un contexte d’élections présidentielles. Toutefois, en raison de désistements de dernière minute, cela n’a pas été possible.”

Entre temps, en novembre 2009, Victoire a démissionné de son travail de comptable. Deux mois plus tard, elle disait au revoir à ses trois enfants et à son mari et prenait l’avion à Amsterdam vers son pays natal, en compagnie de deux autres membres du parti. Son mari, Muyizere dit que Victoire était convaincue que son plan marcherait, que son parti pourrait apporter la démocratie au Rwanda et unir son peuple. “Elle a même dit qu’elle viendrait nous voir souvent”, précise-t-il. Muyizere souligne toutefois que sa femme se rendait parfaitement compte du possible danger qu’elle courrait en voulant défier le président Paul Kagame.

 

Jane Nishimwe

Jambonews.net

Traduit de l’Anglais par Doreen Uwineza

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , , , ,

7 Commentaires à “Rwanda : Victoire Ingabire, quatre ans après le retour d’une icône – 1ère partie”

  1. fanche dit :

    tu es la seule de l’opposition a avoir oser. tu devais savoir quel danger tu courrais, mon dieu toi tu as une sacrée paire de c…..es mais tu en paies les conséquences. Ce pays a été reconolisé en lui imposant l’anglais (merci clintonet blair by the way) et c epays est confus au niveau de son identité, que faire? quoi parler? penser? combiend de temps a subir? et j’en passe…. meme un minable « considéré comme telen europe parce qu’il fait pas si ou ca, je le prends mais on est en Afrique…..j’avais oublié m..de !!

       1 likes

  2. FISIVU dit :

    J’appelle à la mobilisation de l’opinion nationale et internationale de former une chaine de solidarité autour de Victoire Ingabire Umuhoza,Maman démocratie qui est aujourd’hui avec Bernard Ntaganda et Déo Mushaid, Une patate chaude dans la gorge du Dictateur Paul Kagame .

    J’appelle toute les forces vives ,tout les acteurs politiques rwandais d’avoir une maturité politique d’action ,une stratégie gagnante d’union et un projet de société d’urgence ou États Généraux de la république(EGR) au tour de la présidente des Forces Démocratiques Unifiées (FDU-Inkingi) Victoire Ingabire Umuhoza ,une Lideur incontestable ,une femme de parole
    qui est prête jusqu’au sacrifice suprême ,rien que pour sauver le Rwanda !une politicienne de la trempé de Nelson Mandela

    Depuis son retour pacifique au Rwanda pour affronter le Dictateur président Paul Kagame aux urnes de 2010 ,un tsunami médiatique est tombé au pays des Milles collines ,les bras droits du régime dictateur prennent le chemin de l’exilé(Kayumba par ex) le mensonge d’état a été mis sur la place publique, un soulèvement du peuple rwandais s’est mis en marche pour réclamer leurs Droits,les journalistes ont recommencé leur noble métier de journalisme ……. les Rwandais exile du Monde entier se sont inscrits massivement dans le noble combat de la libération du Rwanda, celui de la restauration de l’état de droit au Rwanda et de la défense de la dignité humaine dans notre patrie. Notre combat est juste et mérite d’être encouragé et respecté. Les Rwandais ne doivent aucunement en être détournés au profit d’un autre calendrier politique et d’ambitions personnelles démesurées.

    Pour mémoire, rappelons-nous que Nelson Mandela n’était pas à la tête de l’ANC lorsqu’il a été arrêté et emprisonné à Robben Island. Cependant, Oliver Tambo et le bureau politique de l’ANC en exil décidèrent d’identifier la lutte contre l’apartheid à sa personne. Un visage politique, celui de Nelson Mandela était désormais assimilé à l’ANC et à la lutte contre la domination raciale blanche en vigueur en Afrique du Sud. Et ce choix stratégique de Oliver Tambo fut gagnant, du moins au regard du chemin parcouru par l’Afrique du Sud depuis 1962 et l’hommage planétaire que le monde entier a rendu à la mémoire de Nelson Mandela à sa disparition le 5 décembre 2013.

    Notre combat est symbolisé par une femme de conviction, Victoire Ingabire Umuhoza, une cause, celle du combat pour la démocratie au Rwanda , et un parti politique, les Forces Démocratiques Unifiées . Le FDU-Inkingi ne doit donc pas succomber à la tentation d’un autre calendrier politique que celui dans lequel les militantes, les militants et les sympathisants de la démocratie sont résolument engagés. Sachons que la victoire de l’opposition rwandaise passe d’abord par la libération de tous les prisonniers politiques qui sont pris en otage par un seul homme, Paul Kagame.En gros la Politique et la démocratie sont en prison au Rwanda ,l’heure est à l’action ,mobilisation ,sensibilisation,dénonciation,unification et à la diplomatie .Tout ce qui luttent pour autre chose que la Démocratie au Rwanda perdent leur temps car la souffrance du peuple rwandais prime sur l’imposture de certains soit- disant Politiciens « les m’as tu vu » ??????

    Comme au Football ,on ne change pas une équipe qui gagne ,offensivement on a trois attaquants performants dont Victoire Ingabire est l’attaquant de pointe ,Bernard Ntaganda allier droit et Déo Mushaid allier Gauche !les autres acteurs doivent occuper les postes restants à savoir :les milieux ,les défenseurs,et les gardiens (Fdlr par ex.) .

    Together as One
    Que Dieu bénisse le Rwanda
    Signé FISIVU

       1 likes

  3. Castro dit :

    -Elle est revenue sans connaissance de la réalité actuelle du Rwanda. Elle se croyait encore a l’époque ou des propos génocidaires et ethnicistes étaient applaudies et propagées en public sans aucune conséquence, par ceux-la mêmes qui étaient sensés défendre tout rwandais de n’importe quelle ethnies. C’était l’époque pré-génocidaire, l’époque du règne du MRNDD, CDR et autres MDR Power. Elle s’est donc trompée d’époque sinon de lieu.
    -Je suis sur que si c’était a recommencer, elle procéderait autrement, aurait un discours digne d’une opposition constructive, unioniste et réconciliation, des propos rassurante pour tout le monde, réparateurs des plaies que les Rwandais ont subies durant les sinistres atrocités, et non des paroles qui dressent les Rwandais les uns contre, ravivent des tensions ethniques, remettent a frais les plaies qui commençaient déjà a cicatriser depuis un certain temps.
    « INZIRA NTIBWIRA UMUGENZI »dit un dicton rwandais, elle aurait pris des cours sur l’actualité et l’histoire du Rwanda Post-Génocide avant de faire sa réservation d’avion pour KIGALI.
    Puis-je espérer qu’elle puisse profiter de ses années de prison pour puiser dans la sagesse traditionnelle rwandaise afin qu’a sa sortie, elle puisse avoir un comportement plus positif et jouer le rôle quieest le sien dans la société moderne rwandaise.

       2 likes

    • Hendrix dit :

      @castro,

      Ton commentaire est tres pertinent. J’espere que l’auteur de cet article aura bien le temps de te lire et de comprendre ton recit.
      C’est grave et blasphematoire de comparer cette Interahamwe a Aung San Suu Kyi.

         2 likes

    • Rukundo dit :

      Je vous suis les amis. Le gros problème de l’opposition Rwandaise; c’est que son dialogue se fond encore sur l’ethnie. Au vu de ce qui s’est passé en 1994, c’est un sujet à manier avec tact. De toute façon même dans certains pays l’atteinte à la haine raciale, le négationnisme ou révisionnisme est passible de prison (USA, France, UK,…)

      Au lieu de dire Kagame must go on, l’opposition devrait aussi monter un vrai projet digne du vision 2020. Regarder ce qui a été fait depuis 1994, ce qui a été réussie, manqué et ce qui reste à faire. A partir de ça il crée leur propre projet. Quel secteur faut il développer ? Quel système scolaire ? Que pensent il de la EAC ? Du développement durable ? Quelles relations diplomatiques ?…..

      Bref c’est là dessus que les opposants et autres experts doivent s’appuyer. De ce faites les Rwandais seront plus à même de les écouter et de les lire.

         1 likes

  4. eric dit :

    @ castro donc toi tu penses vraiment que Victoire est Interahamwe parceque elle a pas dit ce que tu voulais?

    T’aurais aime qu’elle te dise que t’es beaux ou belle et les autres….mama shenge…etc?

    Dans tes analyses il faut mettre en consideration plusieur hypotheses. Les gens ont leur facon de voir les choses qui n’est pas necessairement votre facon. Donc veuillez comprendre les parcours et la paine des autres. Respectez leurs opinions et donnez les une chance de s’ exprimer….ubwo nibwo bufura…appeler tous ce qui partager pas les meme idee que toi d’etre interahamwe c’est trop defensive. Souvent on se pose la question
    .. »de quoi vous vous defendez si vous vous sentez pas coupable? »

    Arretez ces penses cher(e) Castro et continuez ton fanatism en silence kuko…amakosa amaze kuba menshi cyane pe!…Anyway….be blessed but please understand and accept other ppl view and dont act defensive….relax mate :)…Naho Victoire…izina ni iry »umuntu!

    @ Hendrix….idem.

       1 likes

  5. eric dit :

    @Rukundo tu as raison dans le context economique mais t’as pas raison dans le contex politique. En plus il faut laisser les gens s’ explimer sur tous les sujets sans les limite que sur le development.

    Le development durable ne peut pas etre attient sans un changement politique (Good governance). Meme ces « achievement » economique on nous parle n’est durable et inclusive. Une des raisons est la situation politique interne et externe au Rd qui n’est pas rassurant en long term. Cette situation decourage les investissement domestic et etrangers dans le pays. Il y a aussi la politique sociale au Rd qui a tendance de limiter le peuple d’entreprendre des projects car le Rd d’aujourd’hui est trop regulalise en tous et souvent on se demandent pour quel but?

    Donc pour changer tous ce la et autre il nous faut des politiciens qui parle de comment resoudre les problems politique et sociales au pays. Si nos different ethnies sont parmis des problemes sociales qui peuvent nous empecher a atteindre un development durable…il ns faut des politiciens qui doivent nous en parler et ecoutons les et votons selon mos choix.

    La manque d’espace politique et du respect de droit de l’homme ainsi que les problems sociales etc doivent etre discute et les bon politiciens seront ceux qui amelioreront la situation.

    Je suis d’accord avec toi sur le fait que persone ne parle pas des projects concret sur le development du pays. Il faut qu’ils en parlent aussi. Malheuresement la politique Rwandaise n’est pas assez mature pour engager un debat critique qui combine les problems politique et economique en meme temps :-(

       0 likes

Laissez un commentaire