FR | EN

Vives tensions entre la France et le Rwanda, les anciens hauts responsables français interviennent

Publié : le 8 avril 2014 à 22:18 | Par | Catégorie: A la une

Une nouvelle charge du président rwandais Paul Kagame contre la France qu’il accuse d’avoir « participé » activement au génocide de 1994, a poussé Paris à renoncer à sa participation aux commémorations du 20ème anniversaire du génocide rwandais ce lundi à Kigali. Alain Juppé, ancien ministre des Affaires étrangères à l’époque du génocide, a appelé le samedi 5 avril François Hollande « à défendre l’honneur de la France », face à ce qu’il qualifie « d’inacceptable mise en cause de la France » par le président du Rwanda. C’est donc dans ce climat que les autorités rwandaises ont retiré l’accréditation à l’ambassadeur de France qui devait représenter son pays à la cérémonie officielle de lancement des commémorations, suite à l’annulation de la délégation française qui devait se rendre Kigali. Quant à Léotard, ministre français de la défense en 94, celui-ci commente « la France n’a aucune excuse à faire à Kagame ».

Juvenal Habyarimana et François Mitterrand

Juvenal Habyarimana et François Mitterrand

Paul Kagame

Paul Kagame

La nouvelle accusation portée par Paul Kagame contre la France ne cesse de faire des remous. Interviewé par Jeune Afrique samedi le 05 avril dernier, l’homme fort du Rwanda a une nouvelle fois accusé la France d’avoir contribué à la « préparation du génocide » et son « exécution ». Alain Juppé, ancien ministre des affaires étrangères pendant le génocide rwandais, et maire de Bordeaux aujourd’hui, a appelé François Hollande « à défendre l’honneur de la France » suite à cette énième accusation. « Il serait aujourd’hui intolérable que nous soyons désignés comme les principaux coupables. J’appelle le président de la République et le gouvernement français à défendre sans ambiguïté l’honneur de la France, l’honneur de son Armée, l’honneur de ses diplomates », a publié Alain Juppé dans un article sur son blog le 05 avril dernier.

Realpolitik mais pas au prix de la falsification de l’histoire

« Je connais trop les exigences de la « realpolitik » pour ne pas comprendre la prudence de la ligne diplomatique que suit la France depuis plusieurs années dans sa relation avec le Rwanda. Ce pays joue un rôle économique et politique important dans la région des Grands Lacs et en Afrique en général. Nous avons eu raison de choisir la voie de la réconciliation avec ses dirigeants. Mais pas à n’importe quel prix! Pas au prix de la falsification de l’histoire qui ne cesse de se propager à l’encontre de la France, de ses dirigeants politiques, de ses diplomates et de son Armée » a continué Alain Juppé dans son article.

Accusations totalement fausses et infondées

Alain Juppé affirme que les accusations de Paul Kagame sont  fausses et totalement infondées. La  France « n’a aidé en quelque manière les auteurs du génocide à préparer leur forfait », déclare-t-il. L’ancien ministre affirme par contre que son pays « a tout fait pour pousser à la réconciliation des deux camps en affrontement, en œuvrant efficacement à la conclusion des accords d’Arusha qui posaient les bases de cette réconciliation, et salués positivement par le général Kagamé lui-même, chef de la rébellion à cette période ».

« (…) on ne peut tolérer la véritable entreprise de falsification historique qui veut faire porter à la France la culpabilité du génocide. (…) La communauté internationale a failli, c’est un fait. Elle a été incapable de prévenir et d’arrêter le génocide. Mais la communauté internationale, ce n’est pas la France seule », affirme l’ancien chef de la diplomatie française.

La France bannie aux cérémonies de la commémoration

Preuve que les tensions entre les deux pays sont au plus haut, l’accréditation de Michel Flesch, ambassadeur de France au Rwanda pour assister aux cérémonies de commémoration du 20ème anniversaire du génocide a été annulée ; il n’a donc pas pu, comme prévu auparavant, remplacer la ministre de la justice Christiane Taubira, qui devait initialement conduire une délégation française dont le déplacement avait été annulé suite aux accusations de Paul Kagame.

Ainsi, Michel Flesch n’a pas pu se rendre au Stade Amahoro où a eu lieu la cérémonie de lancement des commémorations. L’ambassadeur français a été également interdit par les autorités rwandaises de se rendre au mémorial du génocide de Gisozi (Kigali), pour y déposer une gerbe de fleurs.

Le gouvernement français n’a pas suffisamment réagi à cette insulte, selon Léotard

« Nous aurions dû aller beaucoup plus loin et plus fort. On pouvait par exemple éviter toute représentation de la République française aux commémorations. C’était à nous, de notre propre chef, de n’envoyer personne, pas même l’ambassadeur », a déclaré, scandalisé, l’ancien ministre de la défense au journal Le JDD. Léotard estime que Paul Kagame – qu’il qualifie de petit dictateur, « agit ainsi pour se sortir d’une passe diplomatique et intérieure difficile ».

L’ancien ministre plaide en outre pour une levée du secret défense pour que le monde sache la vérité et assurer l’honneur de la France et ainsi empêcher « une réécriture de l’Histoire qui ferait croire que la France avait connaissance d’une volonté de génocide ».

La France est le seul pays au monde qui a agi selon Balladur

Premier ministre entre 1993 et 95, Edouard Balladur rappelle que pour lui son pays n’est en rien complice du génocide ; qu’au contraire, il est de tous les pays du monde le seul qui ait pris l’initiative d’organiser une opération humanitaire pour éviter un massacre généralisé – l’Opération Turquoise qui reste controversée. « Le gouvernement que je dirigeais a, dès qu’il a été installé, mis fin à toute livraison d’armes au Rwanda et retiré les troupes françaises », a-t- il poursuivi. « Il fallait surtout que la France ne soit pas prise en tenaille dans une guerre civile qui se développait et qu’on ne pouvait pas arrêter », a-t-il encore fait valoir au journal Libération.

Après un semblant de rapprochement ces derniers temps entre la France et le Rwanda suite à la visite de Nicolas Sarkozy à Kigali en février 2010, les événements de ces derniers jours viennent démontrer qu’il suffit d’une étincelle pour que la tension monte d’un cran entre les deux capitales.

Jean Mitari

www.jambonews.net

__________________________________________

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

6 Commentaires à “Vives tensions entre la France et le Rwanda, les anciens hauts responsables français interviennent”

  1. Caribu dit :

    Vive le secret défense. La France pratique la politique d’un chien enchaîné qui, acculé par la la chaleur, se met à creuser tout autour de lui pour s’en protéger. Mais le monde voit , entend et retient les accusations de Kagame et retient que la France est un pays de génocidaires autant que le Rwanda.

       0 likes

  2. Marie Josée dit :

    Quand on ne maîtrise pas un sujet, il est préférable de ne rien dire au lieu de nous débiter de la bouse.
    Et Paul Kagame dans tout ça? Qui était il à cette période? Y répondre vous avez la reponse

       1 likes

  3. Thierry dit :

    Caribu, ca c’est du n’importe quoi. vous Rwandais devait prendre vos responsabilites, vous vous etes entretues tout seul et vous accuse la France, le seul pays au monde qui a ose vous aider. mais en realite votre pays est un poudriere en potentiel. imaginer un seul instant que Kagame quitte le pouvoir en 2017!!! vous n’avez que deux tribu mais vous ne vous entendez pas et si vous aviez plus de 200 tribus comme en RDC? vous avez des pieces d’identites ou le tribu n’est pas indique mais vous ne vous eviter de vous marrier entre hutu et tutsi, coment savez vous que tel est hutu ou tutsi? au lieu de chercher les accusation ailleurs, commencer par vous meme, reconcielez vous d’abord parceque vous devez vivre ensemble, mais cela est difficle pour le moment avec Kagame. c’est un dictateur, conflictuelle et genecidaire…… peut etre que si votre opposition (la vrai qui est a l’exterieur du pays) prenait le pouvoir cela pourrait etre possible

       2 likes

  4. kolomabele dit :

    Paul Kagamé devait au moins dire à la communauté internationale ce que la France a gagné en participant au génocide rwandais. C’est pas la première fois que les Hutus et les Tutsi s’entretuent. C’est pas non plus la dernière. La réaction de la France a toujours été molle, face aux allégations des ces tueurs tutsi. Ce qui pousse à persister dans leur mensonge. Même la réaction des dirigeants français à l’époque des faits, à l’occasion du 20è anniversaire du génocide n’est pas ferme. Leur voix est diluée dans les brouhaha des médias du monde entier, visiblement acquis à la cause des Tutsi. Comme toujours.
    Le dictateur rwandais doit savoir qu’il y a un bout à tout.

       0 likes

  5. RASEC dit :

    Kagame n’a sauvé aucun tutsi, sous réserve de prouver le contraire ou de citer un tutsi qui a été sauvé par lui alors qu’il avait des milliers de soldats de soldats.
    Kagama a fait fusiller des soldats de son arrmée qui sont allés allés souver leurs parents dont la mort était pourtant certaine.
    Pour Kagame, ses soldats avaient une et une seule mission: faire la guerre contre les FAR pour qu’il puisse prendre le pouvoir par la force dans le meilleur délai. En allant sauver leurs parents, ils ont violé la loi Kagame.Par conséquent, ils devaient être fusillés d’une part et il fallaiit qu’ils servent d’exemple pour tout soldat qui tentera de les imiter. Les faits sont incontestables car il existe des témoins.
    Les accusations de Kagame, outre qu’il s’agit d’une divagation de sa part, sont une fuite en avant.Il est devenu expert dans le rejet de ses forfaitures sur les autres.

    Par ailleurs, le monde entier a constaté que dans son discours, Kagame a parlé des Tutsi mais aucun mot sur les « Hutu modérés » évoqués par les journalistes français présents, tous les médias français voire même les hommes politiques français.
    Les victimes Hutu quant elles, n’appartenant pas à l’humanité et étant génétiquement génocidaire, il était inutile de les évoquer.

       0 likes

  6. francois collet dit :

    mais vous croyez quoi? Que la France va dire que les USA et le British etaient derriere le poulain venu des services screts ougandais? vou rigolez ou quoi? la boite noire est toujour a l’Onu a New York alors comme en ce moment il n’est plus ;a darling des anglo saxons a cause de sa guerre vi M23 en RDC il en profite pour se refaire une sante avec Jeune Afrique et au stade amahoro, c;est la real politik, un jour peut etre la verite eclatera si kagame se fait buté, mais les USA seront encore derriere….. affaire a suivre apres tout ca ces poliques il s’ent foutent des gens qui crevent , les interets priment mes chers

       0 likes

Laissez un commentaire