FR | EN

Le Rwanda débute victorieusement son Championnat d’Afrique des Nations

Publié : le 16 janvier 2016 à 21:47 | Par | Catégorie: A la une, Actualité, Sports

Ce samedi 16 janvier, le Rwanda et la Côte d’Ivoire s’affrontaient dans le cadre du match d’ouverture du Championnat d’Afrique des Nations 2016. Cet après-midi, l’équipe nationale Rwandaise l’a emporté 1 – 0 sur l’équipe ivoirienne pour ce premier match du Groupe A. Le Rwanda, pays organisateur, débute donc de la meilleure des manières la 4e édition de la CHAN qui se déroule pour la première fois sur ses terres.

2016_African_Nations_Championship_0En 2011, le Rwanda a été désigné par le CAF organisateur de la 4e édition du Championnat d’Afrique des Nations. Compétition dont la particularité est que seuls les joueurs évoluant dans un club de leur pays peuvent y participer. Le Rwanda a mis les petits plats dans les grands pour accueillir l’Afrique du football. Avec la construction d’un nouveau stade à Huye et la rénovation du stade de Rubavu et des deux stades de Kigali dont le stade Amahoro (stade de la finale).

Selon le journal rwandais The New Times, le gouvernement rwandais a dépensé quelque 16 milliards de francs rwandais (près de 20 millions d’euros), en travaux d’infrastructure et frais d’organisation, pour accueillir le CHAN-2016. Les prix des billets pour assister aux rencontres varieront de 500 francs rwandais (environ 60 cts d’euros) à 20 000 francs rwandais (environ 24,50 euros).

Sur la plan sportif , une atmosphère de fête régnait sur Kigali ce samedi. Le stade Amahoro est le théâtre du match d’ouverture de la CHAN 2016 entre le Rwanda et la Côte d’Ivoire. Sur le papier, cette affiche totalement déséquilibrée l’était forcément moins dans les faits puisque les Ivoiriens étaient privés de leurs stars évoluant dans les grands clubs européens.

Les « Amavubi » (guêpes en Kinyarwanda) du Rwanda ont commencé le match avec beaucoup d’entrain. Galvanisés par un public acquis à leur cause, ils ont été les premiers à se montrer dangereux notamment par l’intermédiaire d’Innocent Habyarimana, l’ailier gauche virevoltant, souvent surnommé « Di Maria ». Il ne faudra attendre qu’un petit quart d’heure pour voir le peuple rwandais exulter. Après un slalom du capitaine Jacques Tuyisenge dans la défense des « Éléphants », l’attaquant rwandais a été fauché irrégulièrement par un défenseur ivoirien. L’arbitre malgache du match offre alors un coup franc indiscutable au Rwanda. C’est Emery Bayisenga, l’une des stars de l’équipe, qui va s’en charger et qui va le placer hors de portée de Badri Ali Sangaré, le gardien ivoirien. Au passage, le gardien reçoit une remontrance de son sélectionneur, Michel Dussuyer, lui reprochant d’avoir placé son mur dans le mauvais sens, facilitant par là la tache au joueur rwandais.

Mis en confiance par ce but inaugural, l’équipe rwandaise continuera à impressionner en jouant par séquence un football chatoyant et en dominant physiquement, tactiquement et techniquement des Ivoiriens qui ont du mal à se relever de ce but. Ils réussiront néanmoins à ne pas encaisser de second but malgré les assauts des attaquants rwandais.

La guêpe pique l’éléphant

De retour des vestiaires les deux équipes n’ont plus le même visage. Les Ivoiriens recommencent la seconde mi-temps pied au plancher. Beaucoup plus entreprenants, ils monopolisent le ballon et font le siège du but de Éric Ndayishimye dit « Bakame ». Sur la première incursion rwandaise de la seconde période dans le camp ivoirien, les Rwandais obtiennent un corner. Sur le corner, Jacques Tuyisenge s’écroule tout seul et l’arbitre offre sans hésiter un penalty à l’équipe locale. L’occasion alors, à l’heure de jeu, pour Emery Bayisenga de doubler la mise pour le Rwanda et d’inscrire son second but de l’après-midi. C’était alors sans compter sur le gardien ivoirien, Badri Ali Sangaré, qui sort un arrêt de classe internationale pour repousser le penalty du numéro 8 rwandais.

Emery Bayisenge of Rwanda celebrates his goal with teammates during the 2016 CHAN football match between Rwanda and Ivory Coast  at the Amahoro Stadium in Kigali, Rwanda on 16 January 2016 ©Muzi Ntombela/BackpagePix

Les Ivoiriens reprennent leur domination sans partage et vont même obtenir une énorme occasion par l’intermédiaire de Djedje Franck Guiza à la 75e minute. Lancé en profondeur par l’excellent Atcho, l’attaquant ivoirien se retrouve tout seul face au gardien rwandais, le but grand ouvert, mais la sortie rapide et courageuse de Bakame permet au Rwanda de garder sa cage inviolée. Au fur et à mesure du match, sur le terrain, la fatigue se fait tout doucement ressentir des deux côtés, les passes sont moins précises, la technique et les placements tactiques sont de plus en plus approximatifs. Des crampes commencent même à apparaître chez certains. Dans les gradins, les supporters ressentent que leur équipe commence à puiser dans ses réserves, c’est le moment choisi par le public du stade Amahoro, assez calme jusque-là, pour se réveiller et encourager son équipe qui en cette fin de match a grandement besoin de son douzième homme.

Les joueurs rwandais, malgré la fatigue apparente, défendent brillamment avec une volonté et un engagement héroïque. Les dernières minutes sont très longues pour les supporters rwandais dont les visages se tendent alors que l’arbitre malgache indique 3 minutes additionnelles aux 90 déjà disputées. Ils auront même le souffle coupé lorsqu’à 2 minutes du terme, Djedje Franck Guiza, l’attaquant ivoirien, reprendra de volée un ballon qui trainait à l’entrée de la surface, mais celui-ci s’en ira frapper les montants des buts rwandais.

Qu’à cela ne tienne, les dieux du football avaient choisi leur camp cet après-midi à Kigali. Le Rwanda l’emporte 1 – 0 et prend la première place du groupe A en attendant la rencontre qui opposera les deux autres équipes de la poule, le Maroc et le Gabon.

C’est donc sur un petit nuage de bonheur que sont montés les Rwandais cet après-midi grâce à cette belle victoire, une belle parenthèse joyeuse qu’offrent les Amavubi au peuple. Désormais, ils se mettent à rêver et espèrent que cette parenthèse ne prendra pas fin avant le 7 février, date de la finale qui se déroulera au Stade Amahoro.

Jambonews

www.jambonews.net

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , , ,

Laissez un commentaire