FR | EN

Rwanda : 5 000 étudiants priés de rentrer chez eux 

Publié : le 5 avril 2017 à 9:01 | Par | Catégorie: A la une, Actualité

Le 10 mars 2017, le ministre de l’Éducation a ordonné à différentes universités privées de suspendre immédiatement leurs facultés de médecine, de laboratoire et de sciences infirmières. Au total, 4 universités ont dû suspendre toutes leurs activités et 6 autres ont vu certains de leurs programmes suspendus. En tout, 5000 étudiants ont été priés de rentrer chez eux.

Que va devenir la dernière génération de diplômés de l'Université de Gitwe?

Que va devenir la dernière génération de diplômés de l’Université de Gitwe?

« Les Universités dont les activités sont suspendues à titre provisoire sont : Université Internationale de Rusizi(RIU) sise à Rusizi ; Singhd Technical University-Rwanda (STES) dans le district de Kicukiro ; Mahatma Gandhi University Rwanda (MGUR) sise à Gasabo; et Nile Source Technical Polytechnic of Applied Arts (NSPA) sise dans le district de Huye », lit-on dans un communiqué remis le 20 mars 2017 lors d’une conférence de presse.

Le même communiqué ajoute que les universités dont certains programmes sont suspendus sont : « Université of Technology and Arts of Byumba (UTAB) sise dans le district de Gicumbi ; Open University of Tanzania (OUT) sise dans le district de Ngoma ; University of Gitwe (UG) sise dans le district de Ruhango ; Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology (JKUAT) sise dans le district de Kicukiro; Institut Catholique de Kabgayi(ICK) sise dans le district de Muhanga ; et l’Institut d’Enseignement Supérieur de Ruhengeri (INES-Ruhengeri) sise dans le district de Musanze.

Le régime rwandais, par son ministère de l’éducation, aurait fondé sa décision sur le fait que ces universités n’auraient pas de laboratoires, de formateurs et d’autres équipements à la hauteur des exigences actuelles pour ce type de formations supérieures.

Pourtant, ces universités ont déjà diplômé un certain nombre de professionnels qui exercent aujourd’hui depuis quelques années. Par exemple, l’université de Gitwe d’où 1500 étudiants sont rentrés chez eux a déjà formé 4 promotions qui exercent leurs métiers depuis donc 4 ans. À ce jour, rien ne laisse penser qu’ils aient été visés par une quelconque interdiction d’exercer pour cause d’incompétence. Cela laisse à penser qu’ils sont à la hauteur de leur mission, et donc qu’ils ont été correctement formés.

Le Dr Jered Rugengande, le recteur de l’Université de Gitwe, a déclaré qu’ils avaient satisfait aux exigences du MINEDUC et que la lettre suspendant les cours les a surpris sans le savoir. “Nous avons été surpris par la décision parce que l’université avait rempli toutes les exigences. En effet, la direction de l’université avait écrit des lettres en décembre 2016 et février 2017 demandant à MINEDUC de revenir pour une autre inspection suite à l’audit effectué le 25 octobre 2016”, lit une partie de la déclaration signée par le Dr Rugengande. “L’audit demandé par l’université n’a pas été réalisé et nous avons été surpris par la décision de suspendre les trois cours”, ajoute le communiqué.

Dans la vidéo ci-après le Chancelier de cette université, Gerard Urayeneza, se dit choqué par cette décision incompréhensible. Il souligne sa compassion face à la déception que les parents de ces étudiants éprouvent. En effet, ces étudiants ont dû débourser jusqu’à 800000frw (à peu près 1 000 €) alors même que le salaire moyen s’élève à moins de 100 €/mois. Sachant qu’au Rwanda chaque ménage compte plus ou moins 5 enfants, on comprend qu’il ne s’agit pas seulement d’une déception, mais d’un drame pour ces parents de voir leurs efforts, leurs privations et celles de leurs autres enfants réduits à néant par une décision aussi brutale qu’injuste.

L’autocensure devant une injustice aussi évidente laisse perplexe. Les étudiants, victimes de cette injustice, sont astreints à répondre par le silence. Ils sont contraints à s’exécuter sans broncher, car ils savent que toute expression de mécontentement pourrait aboutir à la mort.

Version française:

English version:

Jean-François Singiza

www.jambonews.net

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , ,

Un commentaire à “Rwanda : 5 000 étudiants priés de rentrer chez eux ”

  1. CESAR dit :

    La fermeture de plusieurs universités par Kagame s’il s’agit effectivement des universités au sens exact du terme est la preuve de son incapacité de diriger le Rwanda comme un bon père de famille. Au regard des faits, ces universités poubelles sont dans tous les coins de la rue dans notre pays. Il faut préciser qu’elles ont été agréées par le Gouvernement Kagamé, qu’elles fonctionnent depuis plusieurs années et délivrent des diplômes mais qui ne sont reconnus que le Rwanda.
    Ce qui est incompréhensible, Kagame dit au Rwandais que les programmes d’enseignements de ces universités ne répondent pas au standard des programmes universitaires internationaux établis par l’UNESCO en l’occurrence. En somme, Kagame reconnaît ouvertement et publiquement que ces universités ne le sont que de nom, qu’en réalité, il s’agit des universités poubelles qui, conséquemment doivent être fermées. En fait, ces prétendues universités sont des sociétés commerciales de fait dont l’objet est de gagner de l’argent. Alors que le revenu mensuel d’un paysan rwandais ne dépasse pas cents euros et que les familles rwandaises sont des familles nombreuses, le montant des frais universitaires hors nourriture et logement sont au moins 2000 dollars US. Les propriétaires de ces universités sont en réalité des oligarques du régime qui fait preuve de leur exploit dans la spoliation et le racket des millions de paysans. Par ces prétendues universités ne sont qu’un des moyens de ces oligarques de s’enrichir et d’optimiser leurs profits qu’ils placent dans les paradis fiscaux. Le Rwanda compte plus de 600 millionnaires dont Kagame, le tout dans un pays où des millions de Rwandais sont gravement frappés par la famine et la paupérisation. Ces millionnaires affichent. Les progénitures de ces oligarques millionnaires, tous Tutsi ( il faut dire les choses telles qu’elles sont) ne sont pas dans ces universités poubelles mais dans les meilleurs universités américaines, canadiennes, ougandaise autres. Que celui qui connaît un enfant d’un oligarque du régime Kagame qui fait ses études dans une université nationale de notre pays précise ses nom et prénom et l’université en question.
    Ces universités concernées savaient que leurs programmes étaient des programmes bidons. Or, ils ont fait croire à des milliers de jeunes rwandais que les enseignements qu’elles dispensent sont conformes au standard des programmes universitaires internationaux alors qu’il en était rien. Par leurs agissements, les dirigeants de ces universités ont trompé des millions de jeunes rwandais pour les soutirer de l’argent. Ce sont des escrocs et devraient répondre de leurs méfaits devant un tribunal si Kagame avaient accepté et accepte le débat ouvert et royal avec ses opposants politiques qui sont des forces proposition et de correction des actes du gouvernement et nullement des ennemis comme l’a dit et le dit ouvertement.
    Ces escrocs doivent restituer aux étudiants l’intégralité des frais universitaires qu’ils ont payés.
    Que vont devenir ces 5000 étudiants ? Vont-ils retourner dans leurs village et se livrer aux activités champêtres comme leurs parents et/ ou les paysans rwandais qui n’ont pas eu la chance d’aller plus loin dans leurs études ?
    Alors que le cas de ces jeunes rwandais sont d’une particulière gravité, force est de constater le silence de tombeau de Kagamé. Pour celui-ci, l’avenir des jeunes rwandais, issus de Peuple n’a jamais été sa préoccupation. En réalité, son silence s’explique aisément par le fait qu’il est le commandant en chef de la clic d’escrocs qui ont affamé et affament des millions de Rwandais er spolié des biens de ceux-ci. Aussi, par son silence de cathédral, Kagamé prouve une fois de plus qu’il est dépourvu de sens de compassion élémentaire. Les opposants politiques ont également brillé peur leur silence de tombeau. Question: sont-ils opposants à qui et pour faire quoi et au bénéfice de qui? L’essor économique et social de notre pays repose sur ses enfants bien formés. En privant l’école à nos enfants, Kagamé infirme lui-même ses dires selon lesquels le Rwanda est le futur Singapour. La qualité d’j=un chef d’Etat se prouve par ses actes positifs au bénéfice des enfants de la Nation. Kagame est au pouvoir depuis 4 juillet 1994.
    Qu’a-t-il fait de positif à l’égard de nos enfants dont des milliers son privés d’accès à l’enseignement supérieurs, qui ont la honte de dire qu’ils sont titulaires d’un certificat d’école secondaire, qui ne savent plus à quel que Saint se vouer?

       2 likes

Laissez un commentaire