Jambonews FR - Restons informés

RDC-Tshisekedi : illusion ou espoir ?

RDC-Tshisekedi : illusion ou espoir ?

Une forme de déception voire de désaveu est perceptible de la part de mouvements congolais de résistance suite au discours d’Etienne Tshisekedi, candidat aux futures élections présidentielles de novembre en RDC, tenu au stade Tata Raphaël à Kinshasa ce 24 avril.

Etienne Tshisekedi


Il n’y a de déception que lorsque les attentes et espoirs mises sur un homme ou le symbole que l’homme représente sont grands. En effet, ils l’étaient au sujet de celui que d’aucun appellent le Leader Maximo alias Etienne Tshisekedi wa Mulumba.
Les divers mouvements congolais en opposition ou en résistance au régime de celui qu’on appelle dans les cercles congolais Hyppolite Kanambe, sous-entendant par là qu’il n’est pas et n’a jamais été congolais ni de père ni de mère, attendaient de la part de Tshisekedi un mot d’ordre fort et un message à l’adresse du peuple, non seulement à Kinshasa, en RDC, mais aussi au sein des diasporas congolaises partout dans le monde.
Ils attendaient sans doute un appel officiel à la résistance et à la lutte. Une revendication forte face aux massacres (adeptes de Bundu Dia Kongo, ressortissants du groupe ethnique des Bangala), aux viols des femmes dans le pays mais spécialement dans l’Est du pays, aux assassinats (Floribert Chebeya, Armand Tungulu, et d’autres). Ils attendaient de celui que plusieurs avaient adopté par défaut comme LEUR leader un message d’appel à un soulèvement populaire, un message simple en deux mots :  « Kabila Dégage ».
Or ce dernier, a argumenté uniquement dans le sens du processus électoral, c’est à dire de la continuité avec un système Etatique que beaucoup soupçonne d’avoir déjà commencé à préparer la victoire de son candidat Joseph Kabila par le biais d’ une (autre?) fraude électorale massive.
Cependant, on ne peut ignorer l’autre son de cloche. Celui des personnes estimant que le discours était responsable, mature et dosé. Un discours qui n’allait pas donner de l’eau au moulin de ceux qui n’attendaient qu’un dérapage pour promulguer un Etat d’urgence, des lois d’exceptions, un report des élections et autres changements de dernière minute comme ce fut le cas avec la loi électorale passant de deux à un seul tour pour les présidentielles, la limite d’âge des candidat (pour exclure Tshisekedi) et les sommes astronomiques pour caution des candidats aux élections.
Un tel discours, selon ce deuxième groupe de personnes, permet de prendre le pouvoir à son propre piège, qui aurait été, semble-t-il, de chercher un moyen de reporter les élections pour ainsi dire garder encore le pouvoir.
Mais deux questions se posent! Si celui que la diaspora appelle « Hyppolite Kanambe » devrait l’emporter, comment va réagir le peuple et la diaspora? Surtout quand on sait que Tshisekedi  n’admettra pas sa défaite face à un système qu’il juge déjà corrompu et tricheur. Si Tshisekedi gagnait en effet, en sachant qu’il ne dispose pas de leviers forts pour asseoir son pouvoir sur le plan sécuritaire, comment va réagir le régime en place? Car peu de gens sont assez naïfs pour croire « qu’un lion qui a pris goût à la bonne chair, pourrait si facilement laisser le morceau à un autre, fusse-t-il un lion aussi ».
Le constat est clair, les élections pourraient déboucher sur une situation catastrophique sur le plan humanitaire. Mais comme dans toute révolution, il y a toujours un mal pour un bien.

Mais sommes nous préparés à ce qui risquerait d’arriver en cas de « défaite » de Tshisekedi ou de Kabila?

Le temps nous le dira.

Momi M’Buze
Jambonews.net

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews