Jambonews FR - Restons informés

Rwanda : Paul Kagame agace la France par ses propos

Rwanda : Paul Kagame agace la France par ses propos


Alain Juppé
Alain Juppé

La France ne cache pas son exaspération, suite aux propos tenus par le numéro un rwandais Paul Kagamé à l’encontre d’Alain Juppé. Le dictateur rwandais a clairement signifié que, le ministre français des Affaires étrangères n’est pas le bienvenu au Rwanda.

Alain Juppé personna non grata au Rwanda ? Il est difficile d’y croire pourtant c’est la réalité. « À ma connaissance, Alain Juppé n’est pas la bienvenu au Rwanda » a déclaré Paul Kagame au cours d’une interview qu’il a accordé à François Soudan, journaliste de l’hebdomadaire Jeune Afrique. Un an après la normalisation des relations entre les deux pays, suite à des années de brouille, les relations entre les anciens ennemis semblent de nouveau compromises. Entre Paul Kagamé et Alain Juppé le courant ne passe pas, d’ailleurs le régime de Paul Kagame n’a jamais caché son hostilité envers l’ancien premier ministre (actuellement ministre des affaires étrangères). Cette déclaration de Paul Kagame est manifestement une preuve que l’animosité demeure entre les responsables politiques, malgré la normalisation officielle des relations entre les deux pays, serrées en février 2010 par une visite de Nicolas Sarkozy à Kigali.
En effet, la nomination d’Alain Juppé le 27 février dernier au poste de ministre français des Affaires étrangères a suscité de vives contestations de la part des autorités rwandaises qui décrient son attitude « arrogante » et son refus de reconnaître sa part de responsabilité dans le génocide de 1994. « Nous pensons qu’avec des progrès accomplis dans la normalisation des relations diplomatiques avec la France, le ministre Juppé devait manifester un geste comme une personnalité ayant été responsable de tout ce qui s’est passé au Rwanda dans un passé récent« , a déclaré à la presse le ministre rwandais des Affaires étrangères, Mme Louise Mushikiwabo, faisant allusion au génocide des tutsis de 1994.
Quant au dictateur Paul Kagame, il a qualifié la nomination d’Alain Juppé à la tête de la diplomatie française, comme une insulte envers les rwandais. Le président rwandais a d’ailleurs, probablement en guise de protestation, repoussé sa première visite officielle en France, qui devrait avoir lieu en juillet 2011.
Cette fois-ci c’est par l’intermédiaire de l’hebdomadaire Jeune Afrique, que le numéro un rwandais exprime sa colère. Selon lui, Alain Juppé n’est pas le bienvenu au Rwanda. «Ca tombe bien, je n’avais pas l’intention d’y aller ni de lui serrer la main» » a répliqué le chef de la diplomatie française au cours d’une conférence de presse.
En 2008, le Rwanda a rendu public les conclusions d’une commission d’enquête connue sous le nom de « rapport Mucyo », ce rapport constitue selon le régime de Kigali,  » les éléments de preuve montrant l’implication de l’État français dans la préparation et l’exécution du génocide perpétré au Rwanda en 1994« . Si ce rapport met en cause les responsables français dont Dominique de Villepin, Hubert Védrine, François Mitterrand et Edouard Balladur ; c’est Alain Juppé qui a été largement pointé du doigt. Probablement à cause du poste qu’il occupait à l’époque.

Paul Kagame avec président Sarkozy

Paul Kagame avec président Sarkozy


Tout au long de ce rapport de 330 pages, l’actuel ministre des affaires étrangères est abondamment cité, et accusé de divers délits. Les membres de la commission Mucyo l’accusent entre autres d’avoir collaboré activement avec le « gouvernement génocidaire ».  En tout cas, le 27 avril 1994, soit trois semaines après le déclenchement de la guerre au Rwanda, Paul Kagame et son mouvement le FPR qui combattaient le gouvernement en place au Rwanda à cette époque, n’ont pas digéré que les deux émissaires de ce gouvernement, Jérôme Bicamumpaka et Jean Bosco Barayagwiza, soient reçus en grande pompe  à Paris, notamment à l’Elysée et à Matignon, alors que les Etats-Unis et la Belgique leur avaient fermés les portes. La brouille entre Paul Kagame et Alain Juppé date de cette époque.
Alain Juppé a toujours défendu la politique de la France, dénonçant même les amalgames de la repentance, lorsque Bernard Kouchner en 2008 avait évoqué «une faute politique» de la France lors du génocide.
Son directeur de cabinet de l’époque, Dominique de Villepin, avait évoqué en 2003, « les terribles génocides qui ont frappé le Rwanda » indiquant par là, qu’à côté du génocide commis contre les Tutsi, un génocide contre les Hutu avait également été perpétré.
Régulièrement accusé d’avoir commis un génocide contre les Hutu, Paul Kagame avait logiquement été ulcéré par ces propos.

Jean Mitari
Jambonews.net

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews