Jambonews FR - Restons informés

Rwanda-USA : Manifestation « historique » à Chicago contre la "dictature"

Rwanda-USA : Manifestation « historique » à Chicago contre la "dictature"

Manifestation contre Paul Kagame à Chicago

Manifestation contre Paul Kagame à Chicago


Entre trois et quatre cents rwandais et congolais accompagnés de citoyens américains ont manifesté ce samedi 11 juin  à Chicago contre la présence de Paul Kagame qu’ils qualifient de « dictateur » et de « criminel de guerre ».
Ces manifestants répondaient à plusieurs appels de partis d’oppositions rwandais ainsi que de différentes associations rwandaises et congolaises basées aux Etats-Unis.
Pendant près de 5 heures, les manifestants ont entonné des slogans tels que « Kagame, terroriste» ou encore « Kagame, génocidaire », contre celui qu’ils considèrent comme « le symbole de la cruauté et des massacres du régime du FPR »
Ils tenaient en mains plusieurs pancartes sur lesquelles on pouvait entre autres lire « Hutu, Tutsi, Twa, ensemble pour la paix », « Arrêtez de violer les femmes congolaises », « institutions fortes : oui, hommes forts : non »  « quittez le Congo », « Kagame, arrêtez de tuer les réfugiés rwandais » ainsi que « Kagame est une honte pour l’Afrique ».
Parmi les personnalités les plus en vues, figurait l’ancien directeur de cabinet de Paul Kagame, Thèogene Rudasingwa qui a déclaré à l’AFP être là pour « demander au monde de nous aider à faire en sorte que Kagame réponde de ses crimes mais aussi pour appeler à ce que ces crimes cessent car ils continuent encore »
Le Héros du film Hotel Rwanda, Paul Rusesabagina était également en première ligne et a déclaré à un journal basé à Chicago être  aujourd’hui beaucoup plus inquiet qu’avant car, selon lui, rien n’a changé par rapport à la situation explosive d’avant 1994. « Les danseurs ont changé, mais la musique est toujours la même » a-t-il résumé.
Un manifestant joint par Jambonews, Jérôme Nayigiziki,  a déclaré que la manifestation était « historique » car « jamais dans l’histoire des Etats-Unis, autant de rwandais ne s’étaient déplacés pour manifester contre le régime ». D’habitude nous a-t-il dit, « nous sommes entre 5 et 20 personnes, car les distances sont telles que peu de personnes se déplacent ».
Manifestation de Chicago

Manifestation de Chicago


Un autre manifestant qui a parcouru plusieurs centaines de KM pour manifester, Claude Gatebuke a pour sa part nuancé cette affirmation « Il est vrai que c’est une première historique au niveau du nombre de manifestants et il faut s’en réjouir », mais, a-t-il ajouté, « les manifestations d’Oklahoma et de New York d’avril et septembre dernier ont à mon avis été plus significatives au niveau de l’impact ».
 

Et pour cause, à Oklahoma, Paul Kagame était rentré d’urgence au Rwanda avant même la fin de l’événement dans lequel il était invité, car une plainte avait été déposée contre lui. A New York, nous dit Claude, « on avait l’oreille de la communauté internationale et plusieurs pays nous ont reçus et ont écouté nos préoccupations ».
Antwan Hamilton, un afro-américain, vétéran de l’armée, a pris la parole lors de la manifestation  et a expliqué les raisons de sa présence « même si mes ancêtres ont été amenés ici il y’a 400 ans, je suis très préoccupé par ce qui se passe sur ma terre natale. Les génocides en Afrique doivent cesser. Pour cette raison, Paul Kagame doit partir, il est responsable de la mort de plus de 6 millions de personnes ».
Les partisans de Paul Kagame

Les partisans de Paul Kagame


Alors que leurs cordes vocales commençaient à s’essouffler à force de chants et cris, les manifestants ont eu droit à une visite inattendue. Une centaine de membres de la délégation de Paul Kagame, dont les ministres Louise Mushikiwabo,  Musoni, et les ambassadeurs Kimonyo, Murigande et d’autres officiels et diplomates encadrés par des agents de la DMI sont en effet venus s’adresser à eux. Les échanges étaient au départ courtois, mais lorsque des officiels ont provoqué les manifestants, le ton est monté et la police a éloigné la délégation sans toutefois qu’aucun incident ne soit déploré.
Une cinquantaine de membres du même groupe ont organisé à quelques pas des manifestants, une contre manifestation avec des slogans et des pancartes à la gloire du chef  de l’Etat rwandais. On pouvait notamment y lire « Paul Kagame, notre leader, notre héros », ou encore « bienvenue à Chicago ; Monsieur le Président, nous sommes fiers de vous ».
A l’intérieur, l’ambiance était toute autre,  une foule de rwandais était venue accueillir le chef de l’état. Tout le gratin de Kigali, des ministres aux hauts fonctionnaires en passant par les hommes d’affaires les plus fortunés s’était déplacé pour l’événement.
Presque chaque ménage rwandais d’Amérique du Nord, non connu pour ses positions contre le régime, de New York à Atlanta en passant par Montréal et Toronto avait été invité à monter dans les cars spécialement affrétés pour l’occasion.
Un événement similaire mais de moindre envergure devait avoir lieu au Canada, mais selon des sources proches du dossier, l’événement n’a pas eu lieu, car le Canada a refusé un visa d’entrée à la Ministre Aloisea Inyumba ainsi qu’à plusieurs membres de la délégation.
En bref, un événement ayant couté 579 344 $ d’après une note interne diffusée par leprophete.fr et ayant pour noble objectif de vanter la culture rwandaise et les possibilités d’investissement au Rwanda,  dont les objectifs annoncés furent éclipsés  par l’omniprésence du chef de l’Etat qui a accaparé sur sa personne, toutes les attentions et toutes les tensions.
La une des médias américains était ainsi consacrée à la présence de Paul Kagame contestée par des manifestations, ce dernier occupait également la une des quotidiens du Rwanda acquis à sa cause  pour lesquels l’événement se résumait à une rencontre de Paul Kagame avec la diaspora.
 

Ruhumuza Mbonyumutwa
Jambonews.net

1. Rapport de l’événement par la chaine Youtube de Paul kagame
2. Vidéo de la manifestation contre Paul Kagame
3. Le reportage de AFP
 
 

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews