Jambonews FR - Restons informés

Kayumba Nyamwasa demande -t -il pardon?

Kayumba Nyamwasa demande -t -il pardon?
Lieutenant Géneral Faustin Nyamwasa

Lieutenant Géneral Faustin Nyamwasa

Lieutenant Géneral Faustin Nyamwasa


Le 14 mai dernier, lors d’une conférence du parti RNC à Londres, s’exprimant via internet, par conférence skype, le Général rwandais déchu Kayumba Nyamwasa a tenu à s’excuser en guise de réponses aux questions concernant son passé à la tête des troupes du FPR, et son rôle au sein du parti politique.
En effet, comme à chaque conférence du RNC, des questions sur le rôle et la responsabilité de Kayumba Nyamwasa en tant qu’ancien responsable d’une armée   auteur  de plusieurs massacres et d’ actes de génocide ont été posées.
Voici en résumé ce que Kayumba Nyamwasa a répondu à ces questions :

  • Il affirme qu’au début de l’invasion du FPR, à savoir en octobre 1990, ce n’était pas l’intention du FPR d’exterminer les Hutu en masse. Il donne ses preuves de coexistence pacifique avec les Hutu dans les régions de Nyagatare et Nyabwishongezi (Nord du pays).Les massacres systématiques ont été déclenchés par les mesures prises à l’intérieur du pays, par le gouvernement de Habyarimana. Notamment l’arrestation des supposés « traitres » à l’intérieur du pays, et les meurtres des Tutsi à Mutara entre autres. Tout ceci a provoqué, selon lui, l’esprit de vengeance et les règlements de compte. D’après lui, les massacres ont bien eu lieu et ont été perpétrés par l’armée du FPR, par les Ex-FAR, et par les populations civiles. De ce fait, on ne peut nier les morts de deux côtés, à savoir les Hutu et les Tutsi. Il a aussi confirmé la véracité du « mapping report ».
  • Pour sa part, prendre la responsabilité d’une armée telle que le FPR, et commencer une guerre qui se termine par un génocide est une chose regrettable. En effet, il estime qu’une guerre qui se termine par un génocide n’est pas une victoire, au contraire, c’est un échec car c’était une guerre entre les rwandais et non une guerre entre les Rwanda et un pays étranger.
  • En ce qui concerne la recherche de la responsabilité de chacun dans cette tragédie, il regrette « personnellement » et « s’excuse ». Il utilise les mots « It’s really regreatable and I really apologize ». Ce qui s’est passé était inapproprié. Il reconnaît qu’il a vu beaucoup de choses se passer. Cependant, tout ceci doit faire l’objet d’une enquête, et il attend que le moment arrive afin de qu’il puisse s’expliquer devant un tribunal. Il ne faut pas interférer avec le cours de la justice, il faut la laisser faire son travail ; et s’expliquer devant un public serait justement une interférence. Affirme-t-il.
  • Tous les rwandais devraient reconnaître que tous ceux qui sont morts ont été tués par des rwandais. Ils devraient reconnaître que ce qui s’est passé était inapproprié, mais ils devraient aussi regarder vers l’avenir. Il donne l’exemple de l’Afrique du Sud : Mandela a été enfermé pendant 27 ans, mais à sa sortie de prison, les premières personnes avec lesquelles il a discuté étaient ses anciens bourreaux, à savoir Pieter Botha et Frederik De Klerk. Ils ont arrangé leur problème à leur manière. Donc, les rwandais devraient suivre l’exemple et résoudre leur problème.
  • Il termine son intervention en réitérant ses regrets. En effet, il pense que c’est terrible et triste de voir, alors que les rwandais s’entretuent, certains crient haut et fort leur victoire. Mais quelle victoire ? Rappelons que Mr Kayumba Nyamwasa est l’un des fondateurs du FPR (Front Patriotique Rwandais) en 1988. Il a fait des études de droit à l’université de Makerere avant de rejoindre la guérilla de Museveni pour renverser Milton Obote (Ouganda) ; Il a été le chef d’état-major de l’armée rwandaise sous le régime de Kagame – et de Pasteur Bizimungu ? (1994-2002). Son conflit avec Kagame remonte du temps où il a été nommé chef des services de renseignements (2002). Il est nommé ambassadeur en Inde en 2004 et, en février 2010, il quitte l’ambassade pour se réfugier en Afrique du Sud. A ce jour il a été victime de deux tentatives d’assassinat. Il fait aussi l’objet de trois mandants d’arrêts internationaux émis par la France, l’Espagne et le Rwanda. Aujourd’hui il milite au sein du mouvement RNC (Rwanda National Congrees) aux côtés des autres dissidents du FPR, entre autres Gerald Gahima et Patrick Karegeya.

Analysons de plus près les propos audacieux de Mr Kayumba :
Il regrette quoi ?
Mr Kayumba Nyamwasa regrette ce qui s’est passé qui n’aurait pas dû se passer. Mais qu’est ce qui s’est passé qui n’aurait pas dû se passer ? Le fait que les rwandais s’entretuent, selon lui. En aucun cas, il ne dit regretter un fait personnel. Il regrette ce qui s’est passé en général. Tant que l’on ne sait pas ce qu’il regrette, comment juger la pertinence de ses regrets, du moins dans l’intérêt du peuple rwandais ?
I really regreat and I apologize
Je regrette vraiment et je m’excuse:
Il s’excuse auprès de qui ?
Il s’excuse en général, mais il ne dit pas auprès de qui il le fait. Auprès du peuple rwandais ? Auprès de ses amis ? De sa famille ?
Il s’excuse pour quoi ? Pour quels faits ?
Pour ce qui s’est passé qui n’aurait pas dû se passer. Mais qu’est ce qui s’est passé exactement ? Les rwandais se sont entretués. Il va laisser les tribunaux établir les responsabilités de chacun dans cette tragédie. Pour sa part, il reconnaît qu’il a  « vu » des choses se passer, mais il ne reconnaît pas avoir « fait » des choses.
La différence entre « S’excuser » et « demander pardon » est que ; quand on s’excuse, généralement on n’attend pas la réponse de la partie adverse. Les excuses peuvent être formulées de manière vague, de façon à ne pas se compromettre (pour aller de l’avant, continuer son chemin…). De plus, s’excuser ou excuser suppose que l’on peut relever les circonstances atténuantes ou des explications, bonnes ou mauvaises du geste posé. Cependant, quand on demande pardon, on attend généralement une contrepartie de la partie adverse, c’est-à-dire une interaction éventuelle. Le chemin du pardon est long et exige des précisions et la reconnaissance de ses responsabilités. Ce n’est pas un oubli, ce n’est pas le fait d’excuser ou de s’excuser, car le demandeur du pardon est sur un chemin qui lui permettra de se réconcilier avec soi-même, ainsi qu’avec les autres.
Dans notre langue rwandaise, cette différence n’existe pas à ma connaissance. Le mot qui existe est unique et c’est « gusaba imbabazi », ou « ndasaba imbabazi ». C’est pourquoi Mr Kayumba Nyamwasa a pris soin de dire ces mots en  « anglais », malgré qu’il ait répondu à la question en Kinyarwanda intégralement.
Par conséquent, il serait prudent de ne pas rentrer dans la mouvance qui hoche la tête tout de suite aux supposé « demande de pardon », sans avoir répondu aux questions éventuelles relatives à cette demande qui n’a pas été formulée. Demander pardon suppose la mise à plat de ce qui s’est passé.



Commission Vérité et réconciliation Afrique du Sud

Commission Vérité et réconciliation Afrique du Sud





 

Et la justice dans tout ça ?
Selon lui, pour avoir des explications, il faut attendre quand il ira s’expliquer devant un tribunal institutionnel. Encore faudra-t-il que cela arrive …en effet, rien ne garantit que ce moment arrivera.
L’exemple de l’Afrique du Sud
A la fin de sa réponse, Nyamwasa donne l’exemple de Mandela, qui, après 27 ans de captivité, n’a pas hésité à négocier et coopérer avec ses anciens bourreaux, à savoir Pieter Botha et Frederik De Klerk. Si nous comprenons bien ses propos, le temps est venu aujourd’hui pour que tous les rwandais reconnaissent leurs torts, mais aussi qu’ils osent négocier leur liberté et leur paix avec les bourreaux d’hier.
Rappelons en passant que Mandela était de race noire issu de l’ethnie Xhosa, et que Pieter Botha et De Clerck sont issus des envahisseurs de l’Afrique du Sud depuis de siècles et de race blanche(Africanders). Ce qui diffère dans le cas du Rwanda où c’est une guerre fratricide. De plus, Botha n’a pas du tout été inquiété, ni aucun blanc d’Afrique du Sud pour son rôle dans l’apartheid. Le trou creusé par l’apartheid est resté le même à nos jours, les blancs ayant en main l’économie du pays, et gardant toutes les richesses acquises en oppressant le peuple noir. Aucune indemnité n’a été versé, juste une « commission vérité et réconciliation » qui a été créé, pour permettre de parler des atrocités, sans aucune réparation.
Je sais que Mr Kayumba va lire cet article, et je me permets de lui poser une question à ce sujet : Vous souhaitez aller de l’avant, vous dites que les choses inappropriées se sont passées, mais il faudra négocier avec vous. Puis-je supposer que vous vous mettez dans le camp des bourreaux d’hier ? Si négociation il y a pour la paix et liberté du peuple rwandais, faudrait-il ne plus vous inquiéter sur vos responsabilités dans la tragédie rwandaise, ainsi que tous les membres du FPR voulant se ranger de votre côté ? Laisser le pouvoir au sein de la minorité ? Ne pas récupérer les biens volés ? Et surtout ne pas demander réparation morale ou matériel ? Faudrait-il laisser à ceux qui se sont institués comme plus forts et plus présidentiables que tout le peuple, tous les privilèges qu’ils se sont octroyés de force  pour payer la paix et la liberté ?Je me permets de vous poser ces questions « à vous », bien que vous n’êtes pas la seule personne ou le seul camp d’opinion pour lequel elles sont valables.
Enfin, je dois dire que je salue l’intelligence de cet homme. On disait qu’il était parmi les plus intelligents du régime, mais je dois dire que je confirme ce fait en analysant ses propos .Il est assez éloquent, il sait ce qu’il veut (le pouvoir) pour lui et ses collaborateurs, et ils font tout pour y arriver. Notamment en utilisant aussi cet art qui consiste à noyer le poisson. Son discours est concis, et chaque mot est mesuré avec précision, contrairement à certaines personnalités du régime actuel….
Est-ce que le peuple rwandais est capable d’aller de l’avant sans la mise à plat de l’essentiel du problème ? Sans conditions? Certes tous les crimes ne seront jamais punis en intégralité, mais le chemin n’est-il pas encore long? Comment faire confiance aux bourreaux d’hier sans conditions, sans garantie quant à labonne foi de ces personnes ? Surtout si cette bonne foi est conditionnée par les problèmes avec le régime actuel…
La tentation serait de croire que Mr Kayumba a fait un grand pas en avant. Je ne doute pas que ce discours a du lui coûter cher, car c’est la première fois qu’il s’exprime ainsi depuis les premières conférences du RNC. Cependant je rejoins mon confrère J. Bigambo, après les confessions de Mr Th. Rudasingwa: A ces messieurs, il reste  des épreuves à passer. Ils doivent d’abord récolter le fruit de leur semence. Car  « Imbuto y’umugisha isoromwa ku giti cy’umuruho ».

Clarisse Rugwiro
http://jambonews.net

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews