Jambonews FR - Restons informés

La situation des réfugiés congolais & rwandais

La situation des réfugiés congolais & rwandais

Haut Commissariat pour les réfugiés

Haut Commissariat pour les réfugiés


Il existe actuellement 89.000 réfugiés rwandais en RD Congo disséminés entre les provinces de l’Est et du Centre et près de 53.000 réfugiés congolais actuellement au Rwanda au camp de réfugiés de Kiziba.
Tous des déplacés forcés suite aux guerres qui ont secoué la sous région depuis le début des années nonante à ce jour. Les uns ayant fui le Rwanda suite au génocide et à l’avancée des soldats du FPR durant leur conquête du pays les autres ayant dû abandonner leurs localités du Kivu en Rd Congo pour se réfugier au Rwanda suite aux différents combats entre l’armée Congolaise et les groupes armés tels que le CNDP et le RCD.
Actuellement, selon une déclaration du Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies faite à Radio Okapi, organe de presse de la mission de l’ONU en RDC, environ 90% de ces réfugiés rwandais installés dans la province du Kasaï orientale, en RD Congo, seraient demandeurs de la nationalité congolaise car, selon le HCR, ils se sont intégrés, participent à la vie socio-économique locale, jouissent des mêmes droits que les congolais mais sans droit de participer à la vie politique ou aux élections.
De l’autre côté, au Rwanda, la situation des réfugiés congolais est tout à fait différente. L’intégration n’est pas vécue de la même manière. Les moyens mis en place pour leur intégration restent faibles et ces derniers ne manifestent pas le même désir de rester au Rwanda et encore moins d’en demander la nationalité. Pour ces réfugiés, l’optique du HCR est à la formation scolaire mais aussi au retour en RD Congo.
Le décor étant planté, voici « là où les romains s’empoignèrent« ! Compte tenu de la situation créée en 1997 par LD Kabila qui vit se déverser en RD Congo, alors République du Zaïre, des milliers de soldats dont beaucoup étaient des Rwandais ou rwandophones qui n’ont pas laissé un très bon souvenir aux congolais en général et aux kinois en particulier, compte tenu du ressenti des populations congolaises sur la politique étrangère de Kigali, qui crée un sentiment d’injustice face aux crimes supposés ou avérés de l’armée rwandaise ou de ses « succursales que sont des mouvements armées de libération pseudo congolais comme le CNDP et le RCD, il sera dur de faire accepter à la population congolaise comme à ses diasporas cette demande de naturalisation de réfugiés rwandais en RD Congo.
Il y a déjà eu par le passé des cas de populations rwandaises venues en territoire Zaïro-Congolais qui furent acceptées, intégrées et même placées à de hautes fonctions par feu le président Mobutu grâce à leur compétence comme ce fut le cas de Mr Bisengimana et d’autres. Cependant, le contexte était différent car il n’y avait pas de contentieux entre le Rwanda et le Zaïre. Or  actuellement, le peuple congolais dans sa généralité verrait l’acceptation de Kinshasa à cette demande comme une allégeance plus qu’officielle à Kigali en le débarrassant d’une population parfois encombrante voire dérangeante.
Il est vrai que beaucoup de réfugiés rwandais en RD Congo ne demandent qu’à pouvoir retourner chez eux mais dans le cadre d’un dialogue inter rwandais garantissant leur intégrité. Un dialogue en demi teinte voire biaisé car répondant d’abord aux attentes du régime de Kigali seul. Car comment comprendre que d’un côté les réfugiés congolais aspirent à retourner chez eux et les réfugiés rwandais à demander une naturalisation? Ce qui sous entend qu’ils doutent de l’intégrité de leur vie une fois au pays et de la sincérité du dialogue inter rwandais.
Naturaliser ces populations, c’est peut-être allumer à nouveau une autre bombe à retardement que le peuple congolais n’a plus du tout envie de voir exploser à sa figure après avoir fraternellement ouvert sa porte à ses frères des Grands Lacs dans les années 60, 70 et 80. La liberté et les droits dont ils jouissent actuellement sont suffisants pour mener une vie paisible et stable. Mais de là à demander la nationalité, il est une frontière symbolique à ne pas franchir.
Les blessures encore ouvertes dans la conscience collective du peuple congolais ne peuvent nous permettre le luxe d’octroyer ce droit à une population « extra frontalière », pour ne pas utiliser le terme étranger, même au nom de la paix sociale et des droits de l’homme et des réfugiés, d’acquérir la nationalité congolaise dans ces temps troublés que nous traversons encore en tant que Nation Congolaise. Ce n’est pas le bon moment et ce n’est pas la bonne demande… de la part du HCR

M’BUZE Momi
Jambonews.net

 

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews