Jambonews FR - Restons informés

Des détenus du TPIR en grève de la faim

Des détenus du TPIR en grève de la faim

Des détenus du TPIR ont entamé une grève de la faim depuis le 13 juillet à 18h afin de protester contre la décision du TPIR de transférer le dossier du Pasteur Jean Uwikindi aux instances judiciaires du Rwanda.

TPIR

TPIR


Le 28 juin dernier le TPIR faisait droit à la requête du Procureur de transférer le dossier de Jean Uwinkindi aux instances  judiciaires du Rwanda avançant comme argument « la capacité et la bonne volonté (du Rwanda) d’appliquer les plus hauts standards en matière de justice internationale ».
La Défense de Jean Uwinkindi a interjeté appel contre cette décision jugée préjudiciable  et dangereuse, car susceptible de déboucher  sur sa condamnation et à son élimination  physique à brève échéance, pour l’empêcher de dire ce qu’il sait des massacres de masse des soldats du FPR sur les réfugiés  Hutu en République Démocratique du Congo.
Le 12 juillet 2011, Jean Uwinkindi a écrit au Commandant de l’UNDF pour l’informer de sa décision d’entamer une grève de la faim à partir  du l3 juillet 2011 afin de protester contre cette décision de le livrer au régime du FPR qu’il fuit depuis juillet 1994. Aussitôt informé, le Commandant de l’UNDF a menacé de le placer en isolement s’il ne revenait pas sur sa décision endéans les trois heures. Refusant de renoncer à sa décision, Jean Uwinkindi a donc été arbitrairement placé en cellule d’isolement bien qu’il ne remplissait aucune des conditions d’isolement énumérées par l’article 43 à 47 du Règlement sur la détention.
Le lendemain, ce fut au tour des détenus de l’UNDF d’annoncer leur intention de soutenir l’insurgé par des actions de solidarité. Dans une lettre envoyée à la Présidente du TPIR, les signataires ont tenu à exprimer leur incompréhension face à la décision de transférer le dossier de Jean Uwinkindi. En effet ce même Tribunal a refusé, à plusieurs reprises, le transfert de dossiers aux instances judiciaires du Rwanda car les Juges estimaient, à juste titre, que les accusés du TPIR ne pouvaient bénéficier d’un procès équitable dans la mesure où, notamment,  ils ne pouvaient pas présenter leur preuve dans les mêmes conditions que l’Accusation.
Les signataires maintiennent que cette situation n’a guerre changé mais s’est au contraire empirée : « Non  seulement  le gouvernement  rwandais  poursuit sa politique de persécution d’une  partie  de sa population pour  des raisons  ethniques, mais aussi il est à la base des défaillances manifestes de son appareil judiciaire régulièrement dénoncées par les organisations internationales les plus crédibles comme Amnesty international, Human Rights Watc, Association des Avocats Sans Frontières pour ne citer que quelques exemples. »
Ils soulignent également le fait que la Chambre reconnait la réalité de nombreuses questions soulevées par la défense de Jean Uwinkindi justifiant que les conditions ne sont pas réunies pour garantir un procès équitable au Rwanda. « Alors qu’à maintes reprises le gouvernement rwandais a démontré qu’il se moque des demandes adressées par ses partenaires extérieurs  pour changer  les déplorables  conditions  d’injustice et de graves violations des droits de l’homme il est étonnant de voir la Chambre se fonder sur de fausses promesses  de ce même gouvernement  d’assurer un procès  équitable  à des accusés  transférés du TPIR »

Le TPIR achève les procès à la fin de cette année en première instance et en 2013 pour les procès en appel. Selon les détenus, cette échéance ne risque pas d’être compromise par la prise en charge du dossier de Jean Uwinkindi. En effet son dossier devant le Tribunal a atteint un tel niveau d’avancement que plus rien ne s’oppose à ce qu’il puisse être immédiatement jugé, dans des conditions lui garantissant un procès équitable. Il est tout à fait possible selon eux de le terminer avant la fin de 2012.
Irène Nyenyeli

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews