Jambonews FR - Restons informés

HRW craint pour les exilés rwandais suite au meurtre d’un journaliste

HRW craint pour les exilés rwandais suite au meurtre d’un journaliste

Human Rights Watch s’émeut de l’assassinat de Charles Ingabire, survenu le 30 novembre dans la capitale ougandaise, Kampala, et demande aux autorités du pays de diligenter une enquête sérieuse et d’assurer la protection des autres journalistes, critiques ou opposants rwandais qui ont trouvé refuge sur leur territoire.

Human Rights Watch

Human Rights Watch


Charles Ingabire qui a été abattu tard dans la soirée de deux balles dans la poitrine à la sortie d’un bar était le rédacteur en chef de la publication en ligne Inyenyeri news, lequel est souvent critique vis-à-vis du pouvoir rwandais.
La police ougandaise a ouvert une enquête selon son porte-parole et deux personnes sont retenues pour interrogatoire.
La victime qui était âgée de seulement 31 ans, avait fui le Rwanda en 2007 pour l’Ouganda où elle obtint le statut de réfugié et contribua au journal Umuvugizi, une des publications les plus virulentes du Rwanda.
Umuvugizi fut suspendu au Rwanda par le Haut Conseil des Médias, organisme contrôlé par le gouvernement. Un de ses journalistes, Jean-Léonard Rugambage fut assassiné et son rédacteur en chef, Jean-Bosco Gasasira, s’exila en Ouganda.
Suite à cette supension, Ingabire est devenu rédacteur en chef du journal en ligne Inyenyeri News qui lui aussi se montra très virulent avant d’être infiltré par des éléments proche du pouvoir rwandais qui le dépeignirent sous un jour plus favorable. Ce qui ne l’empêcha pas de déplacer la publication sur un autre site afin de continuer à rédiger librement.
Selon les amis de la victime cités par l’ONG américaine, deux mois avant sa mort, Ingabire s’était fait tabasser par des inconnus qui lui avaient volé son ordinateur et avaient tenté de la dissuader de maintenir ses critiques à l’encontre du pouvoir rwandais. De plus, Ingabire recevait régulièrement des appels téléphoniques anonymes de menaces de mort.
Human Rights Watch déplore ce qu’elle appelle « un schéma de répression de journalistes indépendants, de membres de partis d’opposition et de militants de la société civile au Rwanda bien documenté ».
« La persécution des détracteurs du gouvernement peut dépasser les frontières du Rwanda », a déclaré Daniel Bekele, directeur de la division Afrique à Human Rights Watch.
En effet, même si les rwandais vivant en Ouganda sont les plus exposés vue la proximité géographique, l’organisation des Droits de l’Homme rappelle le risque qui pèse sur les opposants et critiques se trouvant dans des territoires plus éloignés. Le cas de Kayumba Nyamwasa, ancien chef d’Etat-major, qui échappa à un attentat en Afrique du Sud ou de ces deux rwandais qui, en mai dernier, furent avertis par la police métropolitaine de Londres de l’existence de menaces contre leur sécurité émanant du gouvernement rwandais ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres.
Human Rights Watch appelle à la coopération du pouvoir judiciaire rwandais avec ses homologues ougandais pour découvrir la vérité sur le meurtre de Charles Ingabire.
Donatien Nshimyumuremyi
Jambonews.net

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews