Jambonews FR - Restons informés

L’ancien Ambassadeur de la Belgique au Rwanda se livre

L’ancien Ambassadeur de la Belgique au Rwanda se livre

Dans une interview accordée à l’Hebdomadaire belge « Le Vif l’Express », Johan Swinnen, l’ancien Ambassadeur de la Belgique au Rwanda de 1990 à 1994, a livré son analyse sur le Rwanda, en marge de la publication du rapport d’expertise commandité par les juges français Trevidic et Poux et à l’aube du 50ème anniversaire de l’indépendance du Rwanda.
Interrogé sur  le « rapport Trevidic », l’ancien Ambassadeur  a déclaré ne connaitre de ce rapport que les extraits qui ont fait

Johan Swinnen source: elpais.com

Johan Swinnen source: elpais.com


l’objet de fuites dans la presse sur ce qui n’est « qu’un rapport intermédiaire » et a estimé qu’il était « inacceptable » d’« extrapoler comme le font certains en désignant déjà les tireurs ».
Invité ensuite à livrer son intime conviction sur l’auteur de cet attentat, il hésite « Je n’ose me prononcer là-dessus. Les extrémistes Hutu, peut-être. Mais je n’exclus pas un scénario machiavélique du FPR qui aurait considéré les Tutsi du Rwanda comme quantité négligeable. Voulait-il s’emparer de tout le pouvoir ? Comme il était minoritaire, il ne voulait pas entendre parler d’élections, pourtant inscrites dans les accords d’Arusha de 1993. » Avant d’ajouter « mon intime conviction est que nous devons avoir le courage de poser les questions et y répondre ».
Pour lui, la meilleure méthode afin d’avancer « serait une enquête objective et internationalement mandatée » et  il considère que « Le problème aujourd’hui, c’est que le débat est tronqué. Quiconque émet une nuance, ou formule une question, se fait vite taxer de révisionniste et négationniste. » Avant d’exprimer son ras le bol de la situation « J’en ai assez de ces antagonismes plus idéologiques que factuels, entre experts, politiques, diplomates, rwandais ou européens. »
Sur la question de la planification du génocide, Johan Swinnen s’interroge, « y’avait-il un plan pour exterminer les Tutsi ? Je ne l’exclus pas, mais honnêtement, je n’ai pas connaissance d’un plan général orchestré jusque dans les moindres détails pour associer en masse les Hutu contre les Tutsi et les Hutu modérés. Même si on doit me taxer de révisionniste… »
Il explique alors ce qui pour lui a provoqué des massacres d’une telle ampleur, « La tension était à son comble. Les rebelles du FPR avaient provoqué le déplacement de plus d’un million de personnes, qui vivaient dans des conditions innommables. Ils sont tous tombés dans le piège de la radicalisation et de l’extrémisme. La haine était partagée entre Hutu et Tutsi !Je suis le seul diplomate à m’être rendu à Mulindi pour dire à Kagame qu’il devait également faire taire sa radio Muhabura, si je voulais avoir des chances de succès dans mes démarches à l’égard de la RTLM. Muhabura était aussi une radio de la mort. »
Durant l’interview, l’ancien Ambassadeur a également répondu  à des questions  sur le rôle de la MINUAR, les raisons du retrait des belges du Rwanda, les relations entre les bailleurs de fonds et le Rwanda pour lequel il considère malgré des aspects à apprécier à leur juste valeur, qu’« Il y’a une dérive autoritaire. »
L’intégralité de l’entretien est disponible dans le Vif l’Express 20 au 26 janvier 2012.
Ruhumuza Mbonyumutwa

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews