Jambonews FR - Restons informés

Rwanda-Suède : le journaliste Gasasira réapparait après un mois sans nouvelles

Rwanda-Suède : le journaliste Gasasira réapparait après un mois sans nouvelles
Gasasira

Le journaliste Rwandais Jean Bosco Gasasira du journal Umuvugizi qui était porté disparu depuis le 13 janvier dernier, vient de faire surface, malade, et craignant pour sa sécurité, il était resté caché pendant ce temps avec, dit-il , l’aide la police suédoise.

Gasasira, en février 2007, sur son lit d'hospital après son agression.

Gasasira, en février 2007, sur son lit d'hospital après son agression.


Le journaliste rwandais Jean Bosco Gasasira, exilé en Suédé, et dont on n’avait pas de nouvelles depuis plus d’un mois vient de réapparaitre. Dans une interview accordée à la BBC le 14 février, il a affirmé qu’il était caché dans un lieu qu’il a refusé de dévoiler car une menace imminente pèserait sur sa vie. Jean Bosco Gasasira dit avoir préféré se mettre à l’abri d’autant plus qu’il était malade. Il a affirmé sur les ondes de la BBC que la police Suédoise l’avait énormément aidé dans sa cache et a affirmé que sans cette assistance il ne serait plus en vie à l’heure actuelle.
En effet, Gasasira vit en Suède depuis quelques années, ses très nombreuses critiques à l’égard du régime de Kigali qu’il diffusait dans son journal, l’ont placé dans la ligne de mire du régime.
Le 9 février 2007, Jean Bosco Gasasira fut violemment agressé à Kigali par quatre inconnus, l’ayant notamment battu sur la tête à coups de barres de fer et laissés pour mort.
En avril 2010, son journal, le Bi-mensuel Umuvugizi, qui était l’un des deux principaux journaux indépendants au Rwanda, fût par le Haut Conseil des médias à l’approche de l’élection présidentielle qui s’est tenue en août 2010.
Le 24 juin 2010, le rédacteur en chef adjoint de Gasasira, Jean Léonard Rugambage, fût fusillé de quatre balles à bout portant alors qu’il enquêtait sur la tentative d’assassinat en Afrique du Sud de Kayumba Nyamwasa.
Malgré ces « déboires », Gasasira acontinué à publier depuis son exil en Suède, via le site internet du journal qui est resté actif après la fermeture de la version papier.
Dans son interview du 14 février, il a déclaré à la BBC que l’expulsion par la Suède le mercredi 8 février, d’Evode Mudaheranwa, deuxième conseil de l’Ambassade du Rwanda en Suède et chargé des renseignements rwandais était en lien avec sa récente disparition et sa maladie.
Selon le site Rwiza News, qui fût le premier média à évoquer l’expulsion du diplomate Evode Mudaheranwa, ce dernier aurait, enplus de ses activités d’espionnage de rwandais refugiés en Suède, été chargé récemment d’éliminer physiquement le journaliste Gasasira.
Cette hypothèse est renforcée par l’occurrence que l’expulsion d’un diplomate est un acte diplomatique très rare et très lourd, qui n’est effectué que lorsque des circonstances particulièrement graves le justifient.
Les intimidations voire même les assassinats des journalistes et dissidents rwandais en exil se sont intensifiés ces derniers temps, le régime de Kigali a déployé un peu partout dans le monde, surtout dans les pays abritant une communauté rwandaise importante, les agents qui se livrent à des actes de terreurs, intimidations et des assassinats de Rwandais dans leurs pays d’exil. Récemment, au mois de décembre 2011, le journaliste Charles Ingabire fût sauvagement abattu à Kampala après plusieurs séries d’intimidations. En mai 2011, la police britannique a avait averti deux critiques du régime rwandais, René Claudel Mugenzi et Jonathan Musonera qu’une menace imminente d’atteinte à leur vie pesait contre eux.
De son côté, l’Afrique du Sud a rappelé son ambassadeur à Kigali en 2010, après plusieurs tentatives d’assassiner le général Kayumba Nyamwasa qui vit en exil dans ce pays. La liste s’allonge avec l’assassinat en exil de plusieurs opposants, notamment Théoneste Lizinde, Augustin Bugirimfura et Seth Sendashonga, assassinés à Nairobi tous par les agents de l’ambassade du Rwanda à la fin des années 90, agents qui furent ensuite expulsés du Kenya.
Depuis que Gasasira vit en Suède où il était refugié, il n’a jamais caché ses inquiétudes quant à sa sécurité, d’ailleurs il n’avait voulu révéler son adresse à personne, se sentant en danger suite à plusieurs menaces, il a dû déménager plusieurs fois. Le site internet du journal UMUVUGIZI qui était resté inactif depuis la disparition de Gasasira a repris la diffusion.
Jean Mitari
JamboNews.net

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews