Jambonews FR - Restons informés

Le Héros d’Hôtel Rwanda dévoile la stratégie de son parti politique à Bruxelles

Le Héros d’Hôtel Rwanda dévoile la stratégie de son parti politique à Bruxelles
Paul Rusesabagina en discussion avec Barack Obama

L’évènement organisé dans l’un des hôtels chics de la capitale belge avait réuni près de 200 personnes sous l’invitation du PDR humure et de son Président, le célèbre Paul Rusesabagina qui a sauvé la vie à 1286 personnes lors du génocide rwandais de 1994 et dont l’histoire a inspiré Hollywood pour réaliser le film « Hôtel Rwanda ».

Rusesabagina et Obama

Paul Rusesabagina en discussion avec Barack Obama


D’emblée, on pouvait remarquer dans la salle d’éminents invités tels l’Ambassadeur Charles Robert Krueger, également ancien sénateur américain, le Colonel de la Minuar Luc Marchal, un représentant de la mission Turquoise, une importante délégation italienne,  le professeur américain et conseiller à l’Hotel Rwanda Rusesabagina Foundation  Brian Endless ainsi que Kitty Kurth, collaboratrice dans la même fondation.
Les partis politiques d’opposition et  les organisations de la société civile en exil avaient été tous invités. L’absence du RNC, la formation politique dont Rusesabagina est membre fondateur, n’est pas passée inaperçue. Pour rappel, Rusesabigina a démissionné de cette plateforme politique le 18/03/2012 pour divergences de point de vue avec les autres membres fondateurs pour la plupart des dissidents issus du parti FPR au pouvoir actuellement à Kigali.
Le représentant du PDR- Ihumure en Belgique, a introduit les assises d’évaluation en souhaitant la bienvenue à tous les invités et en ne manquant pas de souligner l’importance qu’aurait pu revêtir ce rassemblement s’il avait pu être organisé “chez nous”.
La fin de son introduction fut ponctuée par une minute de silence en hommage à toutes les victimes innocentes de la tragédie rwandaise.
Ensuite, le Vice-Président a pris la parole pour expliquer que le parti PDR-Ihumure axe son action dans les domaines politiques, institutionnels, sociaux et dans les relations internationales. Il a lancé un appel solennel à l’assistance, en particulier aux partis politiques “à  conjuguer les efforts et à mettre de côté les intérêts partisants” pour permettre l’instauration de  la démocratie au Rwanda et  “rétablir les institutions basées sur la simple volonté du peuple”.
Appel à une « union sacrée des partis d’opposition »
En sa qualité de témoin privilégié sur l’échiquier politique rwandais, Luc Marchal a livré une réflexion personnelle sous forme d’encouragement au PDR Ihumure: « aucune petite pierre n’est négligeable pour construire une démocratie au service du peuple ». Il a néanmoins lancé un appel à l’attention des autres partis politiques de l’opposition à « une union sacrée des oppositions extérieure et intérieure afin de présenter à la Communauté internationale un front unique et solidaire » pour priver les mauvaises langues d’arguments qui prétendent que l’opposition n’existe pas.
D’autres personnalités se sont succédées à la tribune pour vanter les mérites de Paul Rusesabagina, présenté comme le nouvel homme providentiel pour le Rwanda. M. Brian Endless ne tarira pas assez d’éloges à l’endroit de Paul Rusesabagina tandis que sa collègue Mme Kitty Kurth s’attardera  sur son engagement humanitaire qui a permis de « faire changer les lignes de l’opinion américaine sur la tragédie rwandaise ».
Quant à l’Ambassadeur américain Charles Robert Krueger, il a rendu un vibrant hommage à « son Paul » qui a sauvé des vies pendant que d’autres les détruisaient et les détruisent encore aujourd’hui. Il s’est dit admiratif de l’homme qui a juré de s’engager pour que son pays puisse se doter d’une démocratie, d’une justice profitable à tout le peuple rwandais. Non sans humour, l’ancien Sentateur américain a rappelé que le nouveau président du  PDR Ihumure « ne fait pas de la politique pour être célèbre, car il est déjà célèbre, qu’il ne fait pas de la politique pour devenir riche, car il est déjà riche ». Son engagement politique est « lié à l’amour pour sa patrie » a-t-il conclu son intervention.
« Briser la dictature implacable du FPR »
Ce fût enfin au tour de Rusesabagina de monter à la tribune pour présenter les grandes lignes du projet politique du parti. Selon le Président, le temps est arrivé pour lui de conjuguer l’action humanitaire à l’action politique pour « briser la dictature implacable du FPR » dont la folie meurtrière vient de faire plus de 6 millions de victimes au Rwanda et en particulier en RDC dénoncée par les divers rapports de l’ONU
Pour Paul Rusesabagina, l’heure est venue de dire non à ce régime qui travestit les causes du génocide à des fins politiques. Dans son discours très critique envers le régime de Paul Kagame, il a dénoncé la profanation du corps humain à travers les mémoriaux de génocide qui exposent sans la moindre pudeur des ossements des victimes du génocide qui méritent selon lui de reposer en paix.
Parmi les revendications multiples du PDR-Ihumure, il est demandé entre autres au FPR de cesser d’agiter la menace FDLR pour justifier les multiples invasions en RD Congo qui « endeuillent des familles de nos frères et soeurs congolais ». Pour ce faire, le parti a lancé une série de recommandations à la Communauté internationale visant « à décréter un total embargo sur les armes au Rwanda »; et a souligné la nécessité « de cesser tout appui financier, diplomatique et militaire au régime sanguinaire ». Au sujet des FLDR, il a appelé le FPR à cesser de les stigmatiser estimant que la plupart des membres « étaient encore dans le dos de leurs mères au moment du génocide ».
Le Président du parti n’a pas non plus manqué de souligner que l’échéance de 2017 ne concernera pas le PDR-Ihumure tant que l’espace politique rwandais restera occupé par le seul FPR. Paul Rusesabagina et sa formation politique ont déclaré être déterminés à « déraciner complétement le FPR ».
« Vision 2060 »
On retiendra « la vision 2060 » du PDR Ihumure qui projette le Rwanda à l’occasion du centenaire de l’indépendance vers un pays en harmonie parfaite avec lui-même et ses voisins. Le Rwanda serait doté alors de 4 langues à savoir le Kinyarwanda, le Francais, l’Anglais et le Swahili, intégration régionale oblige. Le pays aux milles collines participerait activement « à la pacification régionale en tant qu’acteur et  bénéficiaire ».
Le parti de Paul Rusesabagina est convaincu de réussir à faire la différence dans le paysage politique actuel pour mettre fin à « un état garnison »  et affranchir un peuple asservi qui est empêché de s’exprimer librement. Il a rappelé que le PDR Ihumure avait pour objectif de construire véritablement l’unité nationale en vue de réconcilier le peuple rwandais déchiré par les stigmatisations ethniques.
Paul Rusesabagina a terminé son « discours présidentiel » en lançant un appel à la jeunesse rwandaise à rejeter toute instrumentalisation régionale et ethnique visant à prolonger des clivages qui sont un frein pour le progrès et le développement au Rwanda. A l’instar des intervenants qui l’ont précédé,  il a réitéré l’appel aux représentants des partis politiques de l’opposition en exil à conjuguer ensemble les efforts pour bâtir un meilleur pays.
Maurice Izabayo
Jambonews.net

Commentaires

commentaires


© 2019 Jambonews