Jambonews FR - Restons informés

Belgique : une messe en mémoire des trois évêques assassinés au Rwanda en 1994

Belgique : une messe en mémoire des trois évêques assassinés au Rwanda en 1994

Alors qu’on commémore le 19éme anniversaire de la mort des trois évêques assassinés en juin 1994 au Rwanda par le FPR du Président Paul Kagame, une messe à leur mémoire a été célébrée à Bruxelles ce samedi 8 juin 2013.
Plusieurs fidèles, notamment plusieurs membres de la diaspora rwandaise vivant en Europe avaient fait le déplacement pour assister à cette messe de mémoire qui s’est tenue à l’église Sainte Cécile dans la commune de Ganshoren au centre de Bruxelles. Cette messe a été coorganisée par le Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda (CLIIR), Ibukabose-Rengerabose Mémoire et Justice pour tous, Hotel Rwanda Rusesabagina Foundation, et la famille de Mme Espérance Mukashema dont le fils ainé qui avait 8ans a été abattu à côtée des évêques.La messe a étécélébrée par Monseigneur Linguyeneza Vénuste, et deux autres prêtres.
 
Mgr Joseph Ruzindana, évêque de Byumba (Nord), Mgr Thaddée Nsengiyumva, évêque de Kabgayi (Centre), Mgr Vincent Nsengiyumva, archevêque de Kigali et Président de la Conférence des évêques catholiques du Rwanda ainsi que plusieurs autres religieux furent assassinés le 5 juin 1994 à Gakurazo, dans le centre du Rwanda, par un commando appartenant au bataillon 157 du FPR (Front patriotique rwandais au pouvoir à Kigali aujourd’hui) ; bataillon qui était dirigé à l’époque par le Colonel Fred Ibingira (Général aujourd’hui).
 
Dans un entretien que Monseigneur Thaddée Ntahinyurwa archevêque de Kigali a accordé à la radio Ijwi rya Rubanda le samedi 08 juin 2013, il a souligné que les évêques assassinés, ont eu le temps de se préparer puisque depuis le 02 juin 1994 (3 jours avant leur assassinat), ils savaient qu’ils allaient être tués. Monseigneur Ntahinyurwa a également souligné que l’église catholique rwandaise a cherché à enterrer dignement en 1995 ses évêques assassinés, mais sans y parvenir. En effet, le parlement rwandais s’est opposé en 1995 à ce que ces ecclésiastiques assassinés soient enterrés dans la dignité. Nous rappelons qu’à leur assassinat en juin 1994, les ecclésiastiques ont été enterrés (par leurs bourreaux) dans une fosse commune loin de leurs diocèses, sans même un office religieux. « Toute personne décédée a le droit d’être enterrée dans la dignité, c’est son dernier droit sur terre, c’est même le seul droit avec lequel il entre dans le tombeau » a souligné Mgr Thadée Ntahinyurwa.
 
A la fin de la messe, dans une courte interview qu’elle a accordé à la radio en ligne IkonderaInfos, Madame Mukashema, qui était présente sur les lieux lors du massacre a réitéré les propos tenus sur la même radio en ligne le 20 mars 2013 selon lesquels, les massacres de Gakurazo au cours desquels les ecclésiastiques et son fils ainé furent sauvagement abattus, « ont été perpétrés par les soldats du FPR sous les ordres du général Ibingira, qui lui aussi recevait les instructions directement de Paul Kagame ». « Mon fils de 8 ans qui était lors des massacres, assis sur les genoux de Mgr Gasabwoya, a reçu plusieurs balles dans le dos, et s’est brisé en deux, lors des coups de feu il criait fort, demandant pardon et m’appelant pour lui venir en aide » a-t-elle ajouté. Madame Mukashema a profité de ce moment pour annoncer la sortie prochaine d’un petit livre intitulé « on a assassiné un ange, mon fils ainé Richard Sheja« . Ce livre est son temoignage sur le déroulement des massacres de Gakurazo, et dont le dernier chapitre est consacré à un appel à tous les Rwandais à l’unité, la réconciliation, et surtout à dire la vérité.
 
Jean Mitari
Jambonews.net
 
http://www.youtube.com/watch?v=5YTc9HEjeB8&feature=youtu.be
 

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews