Jambonews FR - Restons informés

Rwanda : Deux grenades explosent dans un intervalle de 24 heures à Kigali

Rwanda : Deux grenades explosent dans un intervalle de 24 heures à Kigali
newstimes

Une grenade a explosé dans un marché au centre de Kigali ce samedi l14  septembre, tuant une personne et blessant 8 autres, une autre grenade avait explosé la veille dans le même marché faisant également un mort et plusieurs blessés.

souce: newtimes


C’est la deuxième attaque à la grenade qui survient dans la capitale rwandaise dans un intervalle de 24 heures. La première grenade avait été lancée vendredi 13 vers 18h30, heure locale, au marché  de Kicukiro dans le centre de la capitale rwandaise Kigali. Contrairement à la  première grenade lancée à la tombe de la nuit au moment où le marché commence à se vider, l’attaque de ce samedi est survenue à 13h00, heure locale, au moment de la grande fréquentation.
L’improbable version de la police
Selon la police rwandaise, la deuxième grenade aurait été lancée en même temps que la première, mais n’a pas explosé immédiatement car ayant été bloquée par la toiture du marché, nous a rapporté Igihe. Cette version des faits n’a néanmoins pas  convaincu beaucoup.
Déjà les interrogations sur « comment une grenade dégoupillée censée exploser normalement au bout de quelques secondes a pu rester plus de 20heures avant de sauter » fusent sur la toile. La police chercherait selon certaines sources, à sauver la face car elle avait annoncé, avoir arrêté trois suspects impliqués dans la première attaque quelques heures après les faits. Dans l’impossibilité d’expliquer comment une autre attaque a pu intervenir,  alors que les présumés responsables du premier ont été arrêtés, la police a dû livrer une explication simpliste selon laquell, les deux grenades ont été lancées en même temps mais la dernière aurait explosé à plus de 20heures d’intervalle que de la première.
Les coupables restent inchangés pour le régime  
Ce dimanche, la Ministre des affaires étrangères Louise Mushikiwabo a accusé les ex-compagnons du Général Paul Kagame refugiés en Afrique du Sud, d’être les auteurs de ces actes de terreur en collaboration avec la rébellion des Forces Démocratique de Libération du Rwanda (FDRL).
Ce n’est pas la première fois que le régime de Kigali met en cause les ex-compagnons de Paul Kagame, notamment l’ancien chef d’état major Kayumba Nyamwasa et l’ancien chef des services de renseignements Patrick Karegeya.
Du déjà vu ?
Cette série d’explosions survient à quelques jours des élections législatives qui doivent se tenir ce lundi 16 septembre. « Du déjà vu » scandent plusieurs internautes. En 2010,  à l’approche des élections présidentielles remportées haut la main par l’actuel homme fort du Rwanda, une série d’attaques semblables avaient visé la capitale rwandaise. Si le régime attribue à chaque fois cette terreur à ses opposants, pour ces derniers,   c’est le gouvernement qui se cacherait derrière ces attaques.
Selon eux, le régime cherche à l’approche de chaque élection, à semer la terreur, pour salir les opposants qu’il taxe ensuite de « perturbateurs, criminels », tandis que le régime s’active pour donner l’image de garant de la sécurité. « Le régime joue au pompier pyromane, il continue à jouer la carte qui lui a permis de s’installer au pouvoir » commente un partisan d’un parti d’opposition contacté par Jambonews.
Quels que soient les auteurs de ces attaques qui s’intensifient souvent à l’approche d’un scrutin, c’est le régime qui en tire les bénéfices en salissant l’opposition, et en mettant en avant les enjeux sécuritaires, sur les vrais problèmes que rencontre la population, notamment la pauvreté, et surtout la famine qui ravage actuellement plusieurs régions du Rwanda.
 
Jean Mitari
Jambonews.net        

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews