Jambonews FR - Restons informés

Rwanda – EDPRS: Mais à quoi (qui) servent ces plans de développement?

Rwanda – EDPRS: Mais à quoi (qui) servent ces plans de développement?

Au début du mois de septembre, le gouvernement rwandais a publié le deuxième volet de sa stratégie de développement économique et de réduction de la pauvreté (Economic Development and Poverty Reduction Strategy -EDPRS-) 2013 – 2018. Ce dernier est  la suite de deux précédents  plans dont le gouvernement martèle les impacts positifs sur la croissance du pays notamment le document stratégique de réduction de la pauvreté (Poverty Reduction Strategy Paper -PRSP-) 2002-2005 et le premier volet de la Stratégie de développement économique et de réduction de la pauvreté (Economic Development and Poverty Reduction Strategy -EDPRS-) qui couvrait la période 2008 – 2012. A quoi servent ces documents?
Une stratégie pour quoi faire? 

EDPRS 2 - source: www.primature.gov.rw/

EDPRS 2 – source: www.primature.gov.rw/


Lorsque nous évoquons les stratégies de développement, nous pourrions être tentés de penser que c’est un document interne au pays, n’ayant de réels intérêts que pour les acteurs locaux du développement et les administrés à qui ils rendent des comptes. Après tout, l’objectif ici est en somme toute basique: une stratégie répond à un besoin manifeste de rationaliser et d’optimiser les efforts d’un pays en permettant à l’administration publique de coordonner et d’évaluer la progression.
En effet, les Etats ont toujours eu une fonction de planification et de gestion forte. Il y a quelques temps, les ministères ou les commissariats au plan remplissaient cette fonction. Aujourd’hui, avec l’engouement suscité par le retour du concept de l’Etat stratège  composé d’un gouvernement concentré sur ses activités régaliennes (justice, sécurité, défense, diplomatie) tout en ayant une capacité à prendre et mettre en place des orientations stratégiques avec une visée à long terme, les dits ministères et autres commissariats au plan tendent à disparaître au profit d’équipes au sein des ministères de l’économie en charge de la planification.
Au Rwanda, la tâche revient à la coordination de l’EDPRS qui dépend du directoire du développement national, du planning et de la recherche au Ministère des finances et de la planification économique (MINECOFI).
Ce service s’occupe de préparer et de superviser la mise en œuvre des stratégies qui ont pour mission ambitieuse de permettre au Rwanda de faire son entrée dans le club très fermé des Etats africains à revenu intermédiaire; une étape importante sur la route du développement.
Les destinataires des stratégies de développement
Malgré cette première fonction non négligeable, il faut très vite comprendre que ce type de documents est, quelques fois, plutôt destiné aux partenaires internationaux. Derrière cette appellation générique « partenaires internationaux » se trouve principalement deux types d’organisations.
D’une part, il y a les Organisations non-gouvernementales (ONG) auprès desquelles les stratégies de développement veulent démontrer les principes de bonne gouvernance telles que la transparence dans l’action publique ou encore la responsabilité puisque le gouvernement doit donner des objectifs précis et mesurables pour lesquelles il s’engage à rendre des comptes. Bien exécutée, la stratégie peut devenir une action de marketing territorial.
Et cela, le gouvernement rwandais l’a bien compris comme l’atteste ses performances à l’indice Mo Ibrahim, destiné à mesurer la gouvernance des Etats africains.
Alors que le Rwanda est classé 48ème sur 52 quand il s’agit de sécurité nationale et qu’il a perdu plus de 16 points en 6 ans dans le domaine de la sécurité personnelle, sa note globale n’a cessé de croître depuis le début des années 2000. Pour ce, le pays a bénéficié d’une amélioration notable en matière de développement humain durant la même période (+9 points). Tout cela étant tout sauf un hasard puisqu’en parcourant la Stratégie de développement économique et de réduction de la pauvreté (Economic Development and Poverty Reduction Strategy -EDPRS-) 2008 – 2012, l’accent est clairement porté sur le développement humain comme instrument pour sortir de la pauvreté.
En ce sens, en obtenant le blanc-seing de la part des acteurs de la société civile internationale, le gouvernement légitime ses décisions.
D’autre part, puisque le financement de son développement est ce dont il est question pour le Rwanda, les stratégies de développement s’adressent aux bailleurs de fonds parmi lesquels les institutions financières internationales comme la Banque mondiale (BM), le Fonds monétaire international (FMI) ou la Banque africaine de développement (BAD). Et là, c’est sans aucun doute la partie prenante la plus importante.
Avec un budget national dépendant de l’aide extérieure, à peu près de 40%, le Rwanda a besoin de cette manne pour son développement. Si le pourcentage oscille toujours entre 40 et 50% depuis le début des années 2000, les sommes engagées ne sont plus les mêmes. De 76,7 milliards de francs rwandais en 2000 l’aide en est actuellement à 442,1 milliards soit une augmentation  en valeur de plus de 400% (multiplié par 5).
Dès lors, l’intérêt de démontrer aux bailleurs la nécessité qu’a le pays à recevoir leurs fonds puisqu’ils s’inscrivent dans une vision à long terme devient évident.
Actuellement, en ayant un plan d’action précis cela permet au gouvernement de pouvoir continuer à bénéficier du financement des projets même de la part de pays qui ont cessé l’aide directe au budget. A noter que cette aide directe au budget donne plus de latitude au récepteur car il est en mesure d’utiliser les fonds à sa guise.
Auprès de ces institutions, les plans stratégiques servent également de base à la stratégie du pays puisque celle adoptée  doit être en conformité avec les aspirations nationales. De cette stratégie découlera le type de projets qui seront financés, le secteur d’actions privilégiés, d’où son importance primordiale.
Au-delà du rôle de la stratégie de développement économique et de réduction de la pauvreté (Economic Development and Poverty Reduction Strategy -EDPRS-) 2013 – 2018, ce qui importe le plus c’est ce qu’elle révèle des intentions du gouvernement rwandais. Quelles sont les priorités? Les leçons des stratégies précédentes ont elle été tirées?
 
Boniface Duval
Jambonews.net

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews