Jambonews FR - Restons informés

Miss Rwanda 2014 : Honte ou inquiétude ?

Miss Rwanda 2014 : Honte ou inquiétude ?

Miss Rwanda a jusqu’ici été un concours peu célèbre. Cependant, une récente vidéo prise au cours de la procédure de sélection – plus spécifiquement, de la sélection dans la Province du Nord, a rapidement fait le tour dans le monde impitoyable du web où elle ne cesse d’être dénigrée par les internautes.

Miss-Rwanda-300x225Abstraction faite d’objections personnelles féministes à ces concours de beauté, en regardant le clip des sélections Province Nord, ma première réaction fut « Oh, ce n’est pas bon ». Plus tard, en discutant de la vidéo, quelqu’un a bafouillé « Pas bon! C’est un désastre!  » C’est évidemment une opinion populaire. A la lecture de la section des commentaires, il s’avère que les commentaires vont du choc à la crainte d’innombrables personnes de communiquer leur honte et leur embarras pour les femmes et pour le pays. Mon commentaire préféré étant l’étonnement accablant exprimé à l’égard du manque de honte des organisateurs en libérant une telle vidéo au public en guise de représentation du Rwanda.

Inutile de le dire, le clip est un « must watch ». Dans la dite sélection , nous voyons quatre femmes au cours de la partie questions-réponses, dans laquelle elles sont tenues de répondre à des questions sur les problèmes sociaux, économiques et politiques en Français ou en Anglais . De manière utopique, un concours de beauté dans lequel les candidates seraient aptes à manier habilement trois langues différentes suggère un pays développé avec un système d’éducation solide. Théoriquement, ce pays aurait le droit de crier au monde,  » regardez nous, nos femmes ne sont pas seulement belles, mais sont également trilingues et peuvent bien sûr converser aisément sur les affaires politiques, économiques et sociales actuelles dans une de ces langues. Nous devrions clairement avoir une place sur la scène mondiale !  » En effet, je suis portée à croire que tel était l’objectif des organisateurs de Miss Rwanda en exigeant que les candidates répondent à des questions dans différentes langues. Si ça avait été un succès, cela aurait certainement été impressionnant. En réalité, ce que nous avons pu observer est l’incapacité à s’exprimer sur des questions du monde dans aucune des deux langues étrangères, le Français ou l’Anglais.

Dans la suite des événements, nous assistons à des femmes qui tergiversent, chancèlent et se gourent complétement à travers une tentative de fournir des semi-réponses entrecoupées de non-sens absolu. Lorsque je n’étais pas concentrée à essayer de deviner ce qu’elles ont bien pu essayer de dire, je ressentais de l’empathie pour elles et leurs regards de terreur masqués par des sourires maniaques gravés en permanence sur leurs visages. Une candidate, à laquelle il était demandé de statuer sur l’importance de l’accent mis sur la planification familiale au Rwanda, a choisi de répondre en anglais et a déclaré, (verbatim)  » [car] il y a plusieurs années … il n’y avait pas la famille du genre… « (ce à quoi le public a éclaté en ferventes acclamations). Elle poursuit: « … mais maintenant ils font de leur mieux pour promouvoir la famille fondée sur le genre fondée sur la violence… comme ça. » Elle termine à nouveau sous les acclamations bruyantes du publique et un remerciement des juges. On me dit que les réponses françaises étaient tout aussi horribles. Certaines personnes dans leurs commentaires laissaient entendre que les réponses auraient été différentes si les femmes avaient été octroyées la possibilité de répondre aux questions en Kinyarwanda, mais de toute façon je doute que cela les aurait aidées à mieux cerner les enjeux actuels.

C’est « petit » de se montrer critique face aux participantes. Tout comme la bassesse des membres du public que nous voyons s ‘exprimer à la fin du clip, pointant la timidité comme une sorte d’explication à cette triste exhibition d’inconscience. Le même public qui a applaudi audacieusement aux réponses insensées, ne se rend manifestement pas compte des lacunes parce qu’il est lui-même incapable de statuer sur ces questions – ou n’était tout simplement pas attentif. Plus précisément, au pire, l’impact de la vidéo met en lumière la question terrifiante de l’état actuel du système d’éducation au Rwanda et, au mieux, elle remet en question l’avenir même du pays. De nombreux Rwandais, y compris l’actuel ministre de l’éducation, Vincent Biruta, ont exprimé leur préoccupation face à l’actuel système éducatif et ont longtemps argumenté sur le fait qu’il n’est pas suffisamment équipé pour former la prochaine génération. (The Guardian : Rwanda’s next education challenge: teacher training and employability)

En observant ces femmes, de soi-disant étudiantes, accumuler les bourdes à travers les questions, j’ai vu la vidéo de sélection comme un autre élément de preuve dans ce débat troublant. S’il s’agit là des gens instruits qui sont censés obtenir des rôles au sein du gouvernement et dans les diverses facettes de l’État – des leaders potentiels du Rwanda – nous sommes dans de beaux draps. Tristement, la supposition la plus probable est que les femmes représentées dans le clip sont issues du bas de l’échelle sociale rwandaise qui ne peut pas se permettre une bonne éducation en dehors des systèmes de l’État et pour laquelle il est peu probable d’occuper des postes de premier rang dans la gestion du pays. Plus troublant encore, nous pouvons aisément anticiper un Rwanda élitiste dont la majorité ne peut pas participer au développement du pays et dont seule une minorité triée sur le volet a les moyens d’être bien formée et contrôlera le fonctionnement de l’État. Evidemment, à moins que de nombreux réfugiés rwandais qui ont été formés à l’étranger reviennent pour reconstruire le pays; une possibilité pour laquelle j’ai peu d’espoir.

Malgré ma position personnelle, certes cynique, sur les concours de beauté – qui ne sont que distraction des problèmes réels pour le compte de l’Etat – regarder ce processus de sélection a été troublant. Le peu d’espoir qui reste est, comme anticipé par un commentateur, que les femmes « intelligentes » ont refusé de participer et qu’en vérité, l’ignorance que nous avons vue dans ce clip accablant n’était pas représentatif de la majorité. Un peu tiré par les cheveux, mais j’ose espérer que ce fut le cas.

Uwineza Rosine

Traduit de l’Anglais par Norman Ishimwe

______________________________________________________

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews