Jambonews FR - Restons informés

Rwanda – Afrique du Sud: des diplomates expulsés

Rwanda – Afrique du Sud: des diplomates expulsés

 Une mesure d’expulsion a été prise par l’Afrique du Sud à l’encontre des membres de l’ambassade du Rwanda , parmi lesquels Didier Rutembesa, le chef de poste des services extérieurs et son adjoint.

Mise à jour 00:40

Vincent KarVincent Karega - source: newtimes.co.rw

Vincent Karega – source: newtimes.co.rw


Selon les informations parvenues à Jambonews, Vincent Karega, l’ambassadeur du Rwanda auprès de l’Afrique du sud serait également concerné par ces expulsions.
En représailles, Kigali a également expulsé six diplomates sud-africains en poste au Rwanda, a annoncé Louise Mushikiwabo, la chef de la diplomatie rwandais sur son compte twitter, se disant concernée par le fait que l’Afrique du Sud abrite des « dissidents responsables d’attaques terroristes au Rwanda ».
Ces expulsions interviennent quelques jours à peine après que la résidence du Général Kayumba Nyamwasa ait été attaquée sans que personne, ni parmi les assaillants ni parmi les forces de l’ordre qui protégeaient la résidence du Général, ne soit blessé.
Au lendemain de cette attaque qui est la quatrième visant Kayumba Nyamwasa en l’espace de quatre ans, ce dernier avait accusé Kigali d’en être le commanditaire. La police sud-africaine avait annoncé avoir ouvert une enquête sur cette attaque, par la voix de Paul Ramaloko, le porte parole de l’unité d’élite de la police Sud-africaine au micro de RFI.
Selon une source diplomatique sud-africaine citée par Reuters, les trois diplomates ont été expulsés car ils seraient les auteurs de l’attaque contre la résidence du Général Nyamwasa.
Cette attaque a vraisemblablement été une récidive de trop que les autorités sud-africaines ne pouvaient pas tolérer. En effet, en plus d’autres tentatives d’assassinat auxquelles Nyamwasa a échappé, le 1er janvier 2014, Patrick Karegeya, l’ancien chef des services de renseignements du Rwanda qui était membre du même parti d’opposition politique que Kayumba Nyamwasa, le Congrès national rwandais, avait été retrouvé assassiné par strangulation dans une chambre d’hôtel à Johannesbourg. Jusqu’à présent, l’enquête n’a pas abouti mais les autorités rwandaises avaient été pointées du doigt.
Bien qu’aucune autorité rwandaise n’ait formellement reconnue l’implication de Kigali dans cet assassinat, les déclarations des principaux dirigeants rwandais avaient laissé sous-entendre que Kigali serait derrière l’assassinat.
Le premier Ministre avait ainsi écrit sur son compte twitter en date du six janvier 2014 « Trahir un pays et ses citoyens qui ont fait de toi un homme devrait toujours te porter des conséquences ».  James Kabarebe, le Ministre de la défense et ancien compagnon de lutte de Patrick Karegeya, avait pour sa part déclaré, en clôture d’une semaine du programme controversé ndi umunyarwanda à Rubavu  « lorsque tu choisis de vivre comme un chien, tu meurs comme un chien et ceux qui sont chargés de la propreté t’emportent avec les autres déchets pour ne pas que tu les empestes, et ceux à qui ça arrive l’ont choisi, on ne peut rien y faire et on ne devrait pas être questionné la dessus ».
Quant à Paul Kagame, le numéro un rwandais dont Karegeya avait été un proche durant près de trente ans, loin de calmer le jeu avait déclaré en date du 12 janvier 2014 lors d’un déjeuner de prière « quiconque trahit notre cause ou souhaite du mal à notre peuple deviendra une victime. Il reste seulement à savoir comment il deviendra une victime »  des propos qui avaient résonné comme un aveu implicite du chef de l’Etat rwandais et un avertissement aux autres opposants.
A la veille de l’enterrement de Karegeya, les Etats-Unis, traditionnels alliés du régime de  Kigali avaient condamné ces propos « nous sommes troublés par une succession de meurtres d’exilés rwandais importants, meurtres qui semblent avoir une motivation politique. Les déclarations récentes du Président Kagame à propos des « conséquences pour ceux qui trahiraient le Rwanda », nous inquiètent au plus haut point », avait ainsi déclaré le porte-parole du département d’Etat américain cité par RFI.
 
Ruhumuza Mbonyumutwa
Jambonews.net
 

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews