Jambonews FR - Restons informés

RDC – Rwanda : Les FDLR dialoguent à Rome, le Rwanda s’insurge

RDC – Rwanda : Les FDLR dialoguent à Rome, le Rwanda s’insurge

Ce 26 juin les rebelles rwandais des FDLR ont envoyé une délégation à Rome pour parler du processus de désarmement qu’ils ont entamé il y a quelques mois. La rencontre a déplacé plusieurs personnalités. Le Rwanda n’a pas apprécié.

Martin Kobler,le chef de la MONUSCO, avec des anciens rebelles à Bwerema, décembre 2013 (Archives/ONU)

Martin Kobler,le chef de la MONUSCO, avec des anciens rebelles à Bwerema, décembre 2013 (Archives/ONU)


La réunion s’est tenue sur invitation de la communauté religieuse Sant’Egidio qui avait déjà servi d’intermédiaire en 2005. Cette rencontre a aussi déplacé les représentants de l’ONU dans la sous-région, à savoir le patron de la Monusco, Martin Kobler et Mary Robinson, envoyée spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour les Grands Lacs ainsi que Frank De Coninck, envoyé spécial de la Belgique pour la région. Le processus de désarmement des FDLR est critiqué par Kigali qui ne veut pas dialoguer avec ceux qu’il qualifie de génocidaires alors que le dialogue avec l’opposition non armée est la suite voulue par ce mouvement qui dit vouloir ne lutter que politiquement dorénavant.
La rencontre a été facilitée par l’ONU en la personne d’Hervé Ladsous, le sous-secrétaire général des Nations unies chargé des opérations de maintien de la paix, qui s’est prononcé pour une levée temporaire de l’interdiction de voyage du président par intérim des FDLR, Victor Byiringiro placé sous sanctions de l’ONU depuis 2010 en tant que responsable d’un groupe armé qui contribue à l’instabilité de l’est de la RDC. Le comité de sanctions de l’ONU avait néanmoins décidé de rejeter cette demande suite aux contestations rwandaises.
Dans ce processus chacun des acteurs y a naturellement ses intérêts à défendre. L’objectif des FDLR est de chercher le soutien international au dialogue inter-rwandais, incluant tous les partis politiques d’opposition et les réfugiés disséminés à travers le monde ; alors que l’ONU quant à elle cherche à accélérer le processus de désarment des FDLR qui n’a pas beaucoup avancé – seuls 188 rebelles ont rendu leurs armes depuis son déclenchement.
C’est donc dans ce contexte que le Régime du FPR qui s’est battu et se bat pour l’isolement de ses opposants a envoyé le 26 juin une lettre de protestation au Conseil de sécurité de l’ONU ( protestation du rwanda le president du conseil de securit reagit), menaçant de se retirer de l’accord-cadre d’Addis-Abeba, qui a été signé par onze pays de la région le 24 février l’année dernière sous l’égide de l’Union africaine et de l’ONU, l’accord cadre devant permettre d’instaurer la paix dans l’est du Congo. Le gouvernement rwandais accuse certains hauts responsables de l’ONU de vouloir réhabiliter les FDLR qu’il lie toujours au génocide de 1994 et avec lesquels il s’est catégoriquement refuser de dialoguer au point de traiter de complices tous ceux qui soutiennent cet éventuel et lointain dialogue.
 
Pacifique Habimana
Jambonews.net
 
 

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews