Jambonews FR - Restons informés

Rwanda : Les 12 Travaux de Victoire Ingabire

Rwanda : Les 12 Travaux de Victoire Ingabire

Vœux de nouvel an au peuple rwandais, rencontres avec des missions diplomatiques, participation assidue aux travaux communautaires « Umuganda », rencontre avec des citoyens aux quatre coins du Rwanda, multiplication d’interviews auprès de différents médias, participation par vidéo conférence à différents événements organisés aux quatre coins du monde, une chose est sure, Victoire Ingabire Umuhoza ne chôme pas depuis sa sortie de prison le 15 septembre 2018 à la suite d’une grâce présidentielle.
Les huit années de détention ne semblent pas avoir entamé la verve de l’opposante rwandaise et encore moins sa détermination à participer à la construction d’un meilleur Rwanda pour les générations futures. Dans une longue interview accordée à La Voix de l’Amérique à la fin de l’année 2018, la chef de file de l’opposition rwandaise, tout en relayant les préoccupations du peuple Rwandais a dévoilé en même temps le plan d’actions qu’elle a conçu pour améliorer leur quotidien. Elle est aussi revenue sur ses conditions de vie en prison, sur sa volonté politique qui demeure intacte et sur sa conviction politique basée sur la nécessité d’établir une justice sociale au Rwanda. Retour sur les 12 lots des travaux de la Présidente des Forces Démocratiques Unifiées – Inkingi.

1. La justice pour eux

Depuis sa sortie de prison, Victoire Ingabire demande sans cesse de ne pas oublier les autres prisonniers politiques. Pour son parti, neuf membres sont toujours en prison, le vice-président du parti Boniface Twagirimana est porté disparu depuis le 12 octobre 2018 et on ne sait toujours pas ce qu’est devenue Illuminée Iragena (disparue le 26 mars 2016 alors qu’elle se rendait à son travail à l’hôpital Roi Fayçal à Kigali). De ce fait, la priorité pour de Victoire Ingabire est d’obtenir la justice pour les membres de son parti en prison ou portés disparus. Pour accomplir le premier de ses 12 travaux, elle est aidée de leurs avocats et va s’atteler à suivre de près leurs cas et accompagner leurs familles dans ces douloureuses épreuves.

2. Se surpasser

Victoire Ingabire ne déroge pas au proverbe de Confucius qui suppose que : «Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve». Son deuxième labeur est de parfaire sa connaissance. En prison elle avait entamé les études de Droit International des Affaires auprès d’une université londonienne. Depuis sa sortie elle poursuit ses études et en parallèle elle s’imprègne de la réalité du terrain. Au terme de cette tâche, Victoire Ingabire compte obtenir son diplôme de Master et faire profiter ses connaissances au Rwanda. Pour réaliser cette tâche elle tire sa force du soutien de son entourage. Sa famille est présente malgré la distance et elle a toujours pu compter sur le soutien des membres de son parti et de ses sympathisants.

3. Le programme politique

Lors du congrès ordinaire du FDU-Inkingi de Louvain-la-Neuve dès 01 et 02 septembre 2018, Victoire Ingabire a été reconduite à la tête de son parti pour un mandat de deux ans. Sa troisième œuvre est d’honorer son mandat. La première étape consiste à mettre à jour le programme politique de son parti en le délestant des enjeux dont le parti évaluera qu’ils ne sont plus d’actualité et en y ajoutant les nouveaux enjeux pour le Rwanda. Pour ce faire elle parcoure les quatre coins du Rwanda à l’écoute du peuple afin de mettre sur pied un parti politique orienté vers les Rwandais et qui propose des solutions à leurs problèmes. Elle souhaite éviter de faire un autre parti d’opposition de façade mais apporter par son action politique une réelle plus-value à la population.

4. Les conditions scolaires

Si le Rwanda a réussi à garantir le droit à la scolarité pour tous les enfants en mettant par exemple en place des programmes de Nine Years , l’ambition de Victoire Ingabire est d’aller plus loin. Elle compte faire en sorte que les enfants apprennent dans des bonnes conditions. Son quatrième travail est l’optimisation des conditions scolaires. Après avoir écouté les enseignants, Victoire Ingabire a identifié le fait que les enfants vont à l’école affamés « On ne peut pas apprendre le ventre vide » lui ont ainsi confié plusieurs enseignants. Elle souhaite œuvrer pour que l’on s’assure que les enfants ont été nourris avant de leur apprendre.

5. Education

La base de la richesse du Rwanda est la connaissance. La 5ème action de Victoire Ingabire consistera à identifier toutes les conditions nécessaires pour que cette connaissance s’acquière dès le plus jeune âge afin de garantir au Rwanda d’avoir des ressources humaines qualifiées dans la continuité. « Si les plus jeunes n’apprennent pas bien où est ce que le Rwanda va trouver la richesse de demain » ? Un des axes d’améliorations qu’elle a identifié est d’œuvrer pour que les programmes scolaires soient stables.

6. Le pouvoir d’achat

En discutant avec les commerçants Victoire Ingabire a réalisé qu’un des problèmes des Rwandais est le niveau du pouvoir d’achat. Il est faible et cela met en péril l’économie du pays. Sans pouvoir d’achat les Rwandais achètent moins, sans clientèle les commerçant et les indépendants risquent la faillite. A cette difficulté peut s’ajouter des politiques des institutions qui ne prennent pas en compte ce facteur. L’illustration est celui des indépendants qui gèrent les bureaux d’échange au Rwanda, Ils étaient obligés par la Banque Nationale du Rwanda d’avancer 20 millions de franc rwandais pour obtenir des dollars et à la fin du mois n’arrivaient pas à écouler leur stock. Depuis, la BNR a augmenté la mise à 50 millions des francs rwandais ce qui pourrait mettre un terme à leur activité.
Le sixième travail de Victoire Ingabire est donc de mettre en place une politique qui place la solidarité sociale au centre afin de garantir un pouvoir d’achat équitable à l’ensemble des Rwandais. « La richesse du Rwanda même si elle est faible, doit être partagée équitablement avec l’ensemble des Rwandais ».

7. Rétablir la confiance dans l’avenir

La majorité des Rwandais est inquiète pour son avenir. Si des buildings ont fleuri à Kigali et que les belles voitures y circulent, c’est surtout le symbole de l’extrême richesse d’une minorité des Rwandais. Le reste de la population en milieu rural ou en milieu citadin joint difficilement les deux bouts. « J’endette ma vie » a raconté un habitant d’un village à Victoire Ingabire. «Si je mesure ce que l’on me demande pour faire vivre ma famille, pour y arriver je devrais avoir au moins un revenu mensuel de 150 000 Frs rwandais. Cependant le peu que j’arrive à faire entrer par mois est de 40 000 Frs Rwandais ». Pour payer les frais de scolarité de ses enfants, cet habitant est obligé de vendre ses champs. Les citadins ont aussi raconté à Victoire Ingabire que le coût de la vie est devenu très cher pour eux.
Le 7ème travail de Victoire Ingabire sera de proposer un projet pour le Rwanda permettant la mise en place des conditions qui vont permettre à chaque Rwandais de trouver sa place dans son pays et s’y projeter avec optimisme. « Si un citoyen pauvre dit qu’il ne voit pas sa place dans le pays, avant de faire un parti politique je dois me poser la question de savoir comment lui trouver sa place »confie l’opposante.

8. Combattre le climat de peur

A son arrivée au Rwanda en 2010 Victoire Ingabire avait déjà constaté que le climat de peur régnait au Rwanda. A sa sortie de prison, cela n’a pas changé les gens l’implorent de se taire «Mme Ingabire nous vous demandons s’il vous plait d’arrêter de vous exprimer, pourquoi ne pas prendre votre passeport et quitter ce pays ? ». Cette dernière qui se demande comment il est possible de vivre dans la peur, souhaite que chaque Rwandais ait le droit à sa liberté individuelle par exemple en s’exprimant sans crainte. Amener les Rwandais à dépasser leurs peurs, telle est sa huitième tâche.

9. Implication des Rwandais vivant en exil

Victoire Ingabire écoute également les Rwandais vivant en exil, son neuvième travail leur est dédié : mettre en place toutes les conditions pour qu‘ils rentrent participer à la construction de leur pays. Une des actions est de lutter contre la politique de stigmatisation des ressortissants rwandais vivants en exil pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Pour cela, elle demande aux institutions, notamment la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide, de mettre en application l’article 10 de la constitution rwandaise « éradication des discriminations et divisions ethniques, régionales ou autres, et promotion de l’unité nationale » .

10. Dialogue politique

Pour son dixième labeur Victoire Ingabire veut résoudre les problèmes rwandais par la voie du dialogue et la recherche du consensus comme le stipule l’article 10 de la constitution rwandaise. Elle définit les prérequis pour aboutir à un dialogue politique réussi « un dialogue se fait entre des personnes qui n’ont pas la même vision. C’est en discutant des divergences de points de vue que l’on peut trouver des solutions. Pour cela il faut chercher un consensus ». Cette tâche nécessitera que Paul Kagame réponde aux différents appels lancés par l’opposition pour établir ce dialogue.

11. Transition politique pacifique

Le 11ème travail de Victoire Ingabire sera de participer à la transition politique pacifique. Pour cela elle appelle tous les acteurs à avoir la volonté politique de construire le pays ensemble et ce dans la paix.
La part de l’opposition sera de demander le dialogue politique, ce dialogue étant la clé qui va mettre fin aux problèmes rwandais et permettre à l’opposition de rentrer au Rwanda apporter sa pierre à l’édifice. La part du FPR sera d’admettre que l’opposition existe et qu’elle a une volonté d’établir le dialogue et de participer à l’effort de construction du pays. Elle rappelle au FPR que s’il a pris les armes en 1990 c’est parce que le régime en place leur avait refusé son droit au dialogue. Pour elle, Richard Sezibera, l’actuel ministre des Affaires Etrangères, en déclarant ne pas connaitre l’opposition rwandaise, a commis la même erreur d’appréciation que celle de Casimir Bizimungu, ministre des Affaires Etrangères du Rwanda entre 1989 et 1992. Ce dernier avait déclaré ne pas avoir vu de réfugiés rwandais en Ouganda quand il s’y était rendu.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=zwTKq-SFKZY[/embedyt]
Elle préconise aux acteurs de la politique d’arrêter d’utiliser le mépris comme réponse aux demandes des uns et des autres «Arrêtons de nous mépriser mutuellement, nous avons tous en commun la volonté de construire notre pays et ce dans des conditions de paix durable ».

12. Un Rwanda pacifique

Une fois les 11 travaux achevés, Victoire Ingabire s’attèlera à la dernière tâche qui consistera à mettre en place des garanties pour que la paix au Rwanda soit durable. En faisant le constat que jusqu’à présent les gens ont pris les armes pour acquérir leurs droits, elle souhaite un Rwanda de demain où la transition se fera de manière pacifique. Une fois les travaux de finition achevés, le Rwanda de demain ne devra pas être source de réfugiés politiques, ne devra pas être à l’origine des conflits dans la région des Grands Lacs. Ca devra être un pays qui a de bonnes relations avec les pays voisins qui ne voudront pas lui fermer les frontières.
Constance Mutimukeye
Jambonews.net
 
[1] https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2017/03/rwanda-come-clean-about-fate-of-missing-activist-illuminee-iragena/
[2] https://www.thecommonwealth-educationhub.net/goodpractice/nine-year-basic-education-fast-track-strategies/thecommonwealth-educationhub.net
[3] http://www.rwandabar.org.rw/wp-content/uploads/2017/03/The-New-Constitution-of-the-Repblic-of-Rwanda-3.pdf
[4] http://www.rfi.fr/afrique/20181114-rwanda-opposition-paul-kagame-lettre-p5-plateforme-victoire-ingabire

Commentaires

commentaires


© 2019 Jambonews