Jambonews FR - Restons informés

IBUKA-Belgique bientôt dissoute par la Justice belge ?

IBUKA-Belgique bientôt dissoute par la Justice belge ?

L’ASBL IBUKA Mémoire et Justice comparaitra ce jeudi 9 décembre 2021 à 14h00 devant le Tribunal de l’entreprise francophone de Bruxelles, dans le cadre d’une procédure en dissolution entamée pour non-dépôt de ses comptes annuels.

Selon plusieurs sources concordantes, les administrateurs d’IBUKA-Belgique n’ont plus déposé les comptes annuels de l’association depuis au moins trois ans. L’association risque la dissolution tandis que, le cas échéant, les administrateurs pourraient être poursuivis pénalement en cas de malversations financières et/ou de détournement de fonds.

IBUKA-Belgique, qui est par ailleurs subsidiée par plusieurs organismes publics belges, est tenue de déposer chaque année ses comptes annuels.

Le 16 septembre 2021, l’ASBL a été convoquée une première fois devant le Tribunal, mais l’audience a alors été remise au 4 novembre 2021.

Lors de la deuxième audience, le 4 novembre 2021, l’ASBL a sollicité un report de l’audience car l’expert-comptable désigné pour examiner les comptes de l’association n’avait toujours pas reçu les extraits bancaires 2018, 2019 et 2020 « malgré les démarches répétées de Maître Maingain à l’agence BNP Paribas Fortis de Meiser et de Kigali. »

Le report a été accepté et c’est dans ce cadre qu’une troisième audience, publique, a été fixée au jeudi 9 décembre à 14h00.

Représentée par Me Bernard Maingain, l’avocat qui défend également les intérêts du Front Patriotique Rwandais (parti au pouvoir au Rwanda) et du Président Paul Kagame en Europe, IBUKA-Belgique ne pourra s’échapper une troisième fois et devra démontrer que ses comptes ont été correctement gérés, et en plus, devra donner une raison valable pour avoir manqué à son obligation de dépôt des comptes pendant toutes ces années.

Cependant, plusieurs sources indiquent que l’équipe dirigeante actuelle, conduite par Félicité Lyamukuru, a toujours été incapable d’expliquer certains mouvements financiers de l’ASBL tant sur son compte belge que sur son compte rwandais, au point que des soupçons de malversations financières, voire de détournement de fonds, ont fini par naître parmi les membres.

En effet, entre 2018 et 2020, IBUKA-Belgique aurait reçu pour plusieurs centaines de milliers d’euros de subsides afin de réaliser des projets notamment dans le cadre de la 25e commémoration du génocide contre les Tutsi. Mais au vu de la qualité de ce qui a été finalement réalisé, des doutes quant à la bonne utilisation des subsides reçus ont été émis parmi les membres.

En l’occurrence, il s’agissait de la réalisation d’un documentaire[1] contenant les témoignages de rescapés et de « justes », qui aurait été financé par la Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi que l’érection d’une stèle en mémoire des victimes du génocide commis contre les tutsis du Rwanda.

Selon le Vif l’Express[2], 2000 exemplaires du livre « Quand l’histoire s’écrit à la machette » pour lequel l’ASBL avait été subsidiée,avaient également été détruits en 2019, par suite d’un veto de la Présidente Félicité Lyamukuru sur certaines parties du livre.

Depuis 2018, plusieurs administrateurs ont démissionné de leurs fonctions, dont Honoré Magorane, Dr. Vincent Depaigne et Aloys Kabanda, laissant pratiquement l’association aux mains de sa Présidente, Félicité Lyamukuru.

Cette dernière est régulièrement critiquée en interne pour sa propension à confondre « les positions d’Ibuka avec les positions des autorités rwandaises » et à propager, sous le couvert d’une asbl de droit belge, l’idéologie politique du Front Patriotique Rwandais (FPR).

Selon la journaliste Afrique du journal La Libre Belgique, Marie-France Cros : « Depuis 1998, c’est ainsi le gouvernement qui choisit le président d’Ibuka-Rwanda. L’association est, depuis, bien moins critique à l’égard du pouvoir. »[3]

Depuis le début de son mandat, Félicité Lyamukuru apparait en effet très régulièrement dans des interviews en train de s’en prendre aux opposants politiques du régime rwandais comme Victoire Ingabire ou Paul Rusesabagina[4], ainsi qu’à des associations critiques du régime de Kigali comme Jambo ASBL et même à des associations défendant spécifiquement les intérêts des rescapés du génocide des tutsis, à partir du moment où elles se veulent indépendantes du FPR, à l’instar d’« Igicumbi – la voix des rescapés du génocide des Tutsi » récemment créée en Belgique.[5]

Dans plusieurs autres interventions[6], on peut encore l’entendre défendre le bilan désastreux du régime rwandais en matière de violations des droits de l’Homme, y compris lorsque ce sont les droits fondamentaux des rescapés du génocide des tutsis qui sont bafoués, comme ce fut le cas lorsque Kizito Mihigo a été assassiné en février 2020[7].

Concernant la procédure en cours devant le Tribunal de l’Entreprise de Bruxelles, si les administrateurs d’IBUKA-Belgique arrivent à mettre les comptes de l’ASBL en ordre d’ici le 9 décembre 2021, l’affaire pourrait déboucher sur un simple avertissement dans le meilleur des cas, ou une mise sous contrôle judiciaire pendant quelques années.

Mais dans le cas contraire, l’asbl serait tout simplement dissoute.

Cela serait une fin totalement inattendue pour l’association de rescapés du génocide des tutsis la plus connue et la plus ancienne, créée précisément le 16 août 1994, quelques semaines seulement après la fin du génocide.

Emmanuel Hakuzwimana

Jambonews.net

A lire également :


[1] Le documentaire « Nés pendant les jours sombres » réalisé par le André Bossuroy pour le compte d’Ibuka Belgique a depuis lors été supprimé de toutes les plateformes internet pour des raisons inexpliquées par l’association.

[2] https://www.levif.be/actualite/international/genocide-rwandais-du-rififi-chez-ibuka/article-normal-1113549.html

[3] https://www.lalibre.be/international/2011/02/09/linquietude-des-rescapes-du-genocide-rwandais-QF4N2KOVPVBHPCRRDRDEVOBTKI/

[4] https://www.youtube.com/watch?v=saJLbRMrgEc&t=1494s

[5] https://www.jambonews.net/actualites/20210820-rwanda-naissance-dune-nouvelle-association-de-rescapes-du-genocide-des-tutsi/

[6] Voir entre autres les nombreuses interventions de Félicité Lyamukuru faites entre mai 2020 et novembre 2021, sur la chaine extrémiste Youtube « One Nation Radio » https://www.youtube.com/channel/UCt73TdW3wO1PSBDuH-QMxkQ/videos

[7] https://www.hrw.org/fr/news/2021/03/08/appel-une-enquete-independante-sur-la-mort-du-chanteur-rwandais-kizito-mihigo

Commentaires

commentaires


© 2022 Jambonews