Jambonews FR - Restons informés

Le secrétaire d’État américain parle de « violence génocidaire » et de « réconciliation » au Rwanda ; un nouvel espoir pour les survivants hutus ?

Le secrétaire d’État américain parle de « violence génocidaire » et de « réconciliation » au Rwanda ; un nouvel espoir pour les survivants hutus ?

Article d’opinion soumis pour publication

Les 10 et 11 août 2022, le secrétaire d’État américain Antony Blinken était à Kigali pour une visite de deux jours. Selon le protocole habituel réservé aux VIP, le gouvernement rwandais l’a conduit au Mémorial du Génocide à Kigali et l’a invité à laisser un message dans le livre des condoléances. À la surprise de beaucoup, le message du secrétaire Blinken qualifiait les événements survenus au Rwanda au printemps 1994 de « violence génocidaire » plutôt que de « génocide contre les Tutsis », et déclarait que les États-Unis étaient « déterminés » à « soutenir tous les Rwandais qui œuvrent pour la réconciliation, la paix et la prospérité ».

Tout d’abord, soulignons le fait que la population Tutsi du Rwanda a été victime d’un génocide, au moins entre avril et juillet 1994. Des centaines de milliers d’humains innocents ont été tués ou chassés parce qu’ils étaient Tutsi et avec l’intention spécifique de les détruire en tout ou en partie.

Deuxièmement, il ne fait aucun doute que le Secrétaire d’État américain, descendant d’un survivant de l’Holocauste, connaît la définition du génocide telle qu’elle est énoncée à l’article 2 de la Convention pour prévenir et combattre le génocide.[1]

Alors, pourquoi Antony Blinken, lors d’une mission officielle en tant que représentant de haut niveau du gouvernement américain, a-t-il choisi de parler de « violence génocidaire » au Rwanda, et non de « génocide contre les Tutsis » comme le gouvernement rwandais souhaite que tout le monde le fasse ?

Les crimes commis contre les Hutus

Une première réponse pourrait être que, même si la formulation « Génocide contre les Tutsi » est factuellement et juridiquement correcte pour décrire ce qui est arrivé à la population Tutsi en 1994, elle n’inclut pas ce qui est arrivé à la population Hutu au cours de la même période, ainsi que les années précédentes et suivantes. En effet, alors que de nombreux Rwandais étaient en guerre et/ou commettaient ou/et incitaient à commettre des massacres, la plupart de la population rwandaise, Tutsi et Hutu, étaient simplement des victimes.[2]

Le message laissé par le secrétaire Blinken dans le livre de condoléances du Mémorial du génocide est un rappel subtil mais clair que les États-Unis ont choisi de ne pas ignorer les victimes hutues innocentes, contrairement à de nombreux gouvernements et individus dans le monde qui ont choisi de le faire.

Des rapports sérieux et crédibles ont documenté les crimes commis contre la population hutue depuis le début des années 90[3] Le rapport Mapping de l’ONU a notamment établi que les réfugiés hutus ont été systématiquement tués dans l’est de la RDC et que ces meurtres s’apparentent à un génocide, en particulier entre 1996 et 1998.,[4] après que Paul Kagame ait décidé de détruire les camps de réfugiés hutus et de pourchasser tous ceux qui ne retourneraient pas au Rwanda.[5]

Les enquêtes spéciales menées par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ont révélé des crimes brutaux commis contre la population hutue dès 1993 et jusqu’en 1995 au Rwanda, faisant des centaines de milliers de morts parmi les hommes, les femmes, les enfants et les personnes âgées. Autres témoignages[6] and investigations[7] detailing crimes committed against the Hutu population in 1996 in northern Rwanda are terrifying.

En 2008, un juge espagnol, Fernando Andreu Merelles, a émis des mandats d’arrêt internationaux contre 40 officiers supérieurs du FPR pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crime de génocide contre la population hutue[8].  En raison de pressions politiques, les mandats d’arrêt ont été limités au territoire espagnol en 2015.[9]

Même s’il n’y a pas eu de procès contre les auteurs, cela ne signifie pas que les crimes n’ont jamais eu lieu ou que les survivants et ceux qui ont été tués doivent être ignorés. Dans cette optique, on comprend pourquoi Antony Blinken a refusé de tomber dans le piège de l’utilisation d’une terminologie qui ignore des centaines de milliers de victimes innocentes en raison de leur appartenance ethnique (hutue).

Un chemin vers la réconciliation

Une deuxième réponse à la question de savoir pourquoi le secrétaire d’État Blinken a utilisé la terminologie de « violence génocidaire » se trouve dans la deuxième partie de son message, où il déclare que les États-Unis restent « fermes » dans leur soutien à « chaque Rwandais travaillant à la réconciliation, à la paix et à la prospérité », précisément comme s’il demandait au gouvernement rwandais de reconnaître toutes les victimes comme un pas supplémentaire vers une réconciliation, une paix et une prospérité véritables.

En 2021, le gouvernement rwandais a déclaré avoir atteint un score de 94,6 % sur le baromètre de la réconciliation nationale.[10] Lorsque le rapport complet a été publié, beaucoup se sont demandé comment il était possible d’obtenir un score de réconciliation aussi élevé alors que les survivants hutus n’ont jamais été impliqués dans un quelconque programme de réconciliation.

Faire référence à la « violence génocidaire » est un message clair indiquant que les Tutsis n’ont pas été les seules victimes et que les victimes hutues doivent désormais être prises en compte dans les programmes de réconciliation. Cela n’a rien à voir avec le fait de nier quoi que ce soit, mais plutôt avec le fait de suggérer qu’une véritable réconciliation entre les Rwandais peut être atteinte si et seulement si toutes les victimes sont reconnues comme il se doit, et si tous les survivants sont autorisés à se reconstruire.

Aujourd’hui, c’est le ministère de l’Unité et de l’Engagement civique, créé en juillet 2021, qui est chargé de la réconciliation nationale. Malheureusement, il est dirigé par un extrémiste notoire qui va jusqu’à qualifier toute personne qui parle des victimes hutues de « négationniste du génocide.”[11] Les États-Unis auront du mal à travailler avec lui sur cette question, d’autant plus qu’il est l’architecte de l’idéologie utilisée pour harceler, et dans certains cas poursuivre, toute personne qui parle des crimes commis contre les Hutus.[12]

Un plus un égale deux

Enfin, une autre raison pour laquelle le secrétaire Blinken a pu laisser un tel message est que le débat sensible sur la façon de nommer correctement les crimes commis contre tous les Rwandais n’a jamais trouvé de consensus. Sans surprise, le parti au pouvoir, le FPR, s’efforce d’imposer une terminologie qui n’inclut pas les crimes dont il est accusé, c’est-à-dire le génocide contre les Hutus, tandis que d’autres (dont apparemment le Secrétaire Blinken) cherchent à inclure tous les crimes génocidaires commis contre les Rwandais, peu importe qui les a commis.

Les maîtres à penser et les propagandistes du FPR ont appris aux jeunes Rwandais que quiconque parle d’un autre génocide, c’est-à-dire celui contre les Hutus, est un « négationniste du génocide » et un « ennemi de l’État. » Un raisonnement absurde, mais qui s’est traduit par une loi pénale en 2018, permettant au gouvernement d’emprisonner jusqu’à 7 ans toute personne qui plaide pour la reconnaissance du génocide contre les Hutus. Nul ne devrait être emprisonné pour avoir cherché à obtenir justice pour ce dont il a été victime, d’autant plus qu’un génocide plus un génocide égale deux génocides, et non zéro génocide…

Le Secrétaire Blinken devrait être à l’abri de toute poursuite, puisqu’il n’a pas fait explicitement référence à un second génocide. D’un autre côté, sa référence à une « violence génocidaire » – reconnaissant implicitement des victimes de génocide de tous les côtés – est un message clair que les États-Unis restent ouverts à la reconnaissance de l’existence de deux génocides.

Quelle que soit la réaction des extrémistes du régime jusqu’à présent, le message d’Antony Blinken a déjà suscité un nouvel espoir chez les survivants hutus au Rwanda, ainsi que dans toute la région des Grands Lacs et dans le monde entier, où ils luttent pour renaître et obtenir justice.

Patrick Horanimpundu, un survivant hutu qui vit en Belgique, a déclaré un jour : « Nous ne perdrons jamais espoir, notre douleur sera reconnue un jour« [13]

Après presque trois décennies de déni de la condition de victime, le jour que Patrick attendait est peut-être sur le point d’arriver ?

Gustave Mbonyumutwa

Article d’opinion soumis pour publication


[1] https://www.ohchr.org/fr/instruments-mechanisms/instruments/convention-prevention-and-punishment-crime-genocide

[2] https://www.jambonews.net/actualites/20181001-rwanda-de-quels-crimes-les-hutus-et-les-tutsis-ont-ils-ete-victimes/

[3] https://youtu.be/-QvLu0JmBIw (vidéo : Une cartographie des crimes dans le livre « Éloge du sang, les crimes du FPR ».)

[4] http://www.mapping-report.org/fr/4-crime-de-genocide-a-lencontre-des-hutu/

[5] https://youtu.be/xP_fAI9k-9M (extract of Paul Kagame’s speech on military operations in DRC in 1996)

[6] Voir entre autres le témoignage d’Eric Maniriho, un rescapé: https://www.youtube.com/watch?v=qanwws0-1_Q

[7] Voir entre autres, le livre “Éloge du sang : Les crimes du Front patriotique rwandais”, by Judi Rever

[8] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2008/02/07/un-juge-espagnol-emet-40-mandats-d-arret-contre-les-chefs-de-l-armee-rwandaise_1008523_3212.html

[9] https://www.bbc.com/news/world-africa-34477883

[10] https://twitter.com/RwandaUnity/status/1385160461348491265?s=20&t=tqd97DePGthyxY62aIsIww

[11] https://www.jambonews.net/actualites/20210907-lextremiste-j-d-bizimana-prete-serment-comme-ministre-de-lunite-nationale-a-quoisattendre/

[12] Le cas de Victoire Ingabire: https://www.amnesty.org/fr/documents/afr47/001/2013/fr/

[13] Interview avec JamboNews du 25 février 2019: https://www.youtube.com/watch?v=jj3oPaWkI_g

Commentaires

commentaires


© 2022 Jambonews