FR | EN

Rwanda: Victoire Ingabire est malade et le régime lui refuse des soins

Publié : le 27 juillet 2016 à 14:59 | Par | Catégorie: A la une, Actualité

Madame Victoire Ingabire, présidente des Forces Démocratiques Unifiées (FDU), principal parti d’opposition au régime rwandais, emprisonnée à Kigali depuis 2010, est malade depuis la semaine dernière et nécessite des soins de santé urgemment, mais la direction de la prison lui refuse catégoriquement ce droit.

rwanda-victoire-ingabire-trial-2-2Dans un communiqué du parti FDU, daté du 26 juillet 2016 et signé par le 1er vice-président du parti, Boniface Twagirimana, nous apprenions ce mardi que Victoire Ingabire est gravement malade depuis le samedi 24 juillet 2016 et que malgré les demandes répétées à la direction de la prison centrale de Kigali, surnommée « 1930 », celle-ci refuse catégoriquement de laisser madame Ingabire de se rendre à l’hôpital. Twagirimana a également précisé dans le communiqué que: » le parti a demandé, sans succès, aux mêmes autorités le droit de la faire soigner à ses frais, si la prison n’en avait pas les moyens ». L’attitude de la direction de la prison est tout aussi suspecte puisque par le passé, en pareille situation, Madame Ingabire était soignée sans que ses proches et soutiens n’aient à en faire la demande.

Les conditions de détention de Madame Ingabire ne cessent de se dégrader à l’approche des élections présidentielles de 2017. Le régime a d’abord voulu lui couper tout contact avec l’extérieur en renforçant le dispositif autour de la cellule avec plus de membres de la DMI  (Directorate Military Inteligence) au contact de Madame Ingabire. Les visites hebdomadaires auxquelles elle avait droit ont également été drastiquement limitées. A plusieurs reprises son avocat n’a pas eu le droit de la rencontrer, avant d’être sommé de quitter le pays en mai dernier. Quant à la cellule où elle purge sa peine, dans un premier temps la direction avait décidé d’en boucher toutes les ouvertures laissant entrevoir la lumière naturelle, avant de décider de la déplacer vers une cellule avec plus de 600 autres prisonniers avec des conditions de vie extrêmement sommaires. Dernièrement, son certificat médical délivré par un docteur néerlandais lui permettant de recevoir une alimentation spécialisée provenant l’extérieur lui avait été confisqué malgré le risque de détérioration de sa santé. Ainsi, le refus de lui fournir les soins de santé qu’elle nécessite apparait comme le dernier fait d’arme du régime pour tenter de détruire psychologiquement et physiquement la principale figure politique de l’opposition au Président Kagame.

Sinamenye Norman

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

5 Commentaires à “Rwanda: Victoire Ingabire est malade et le régime lui refuse des soins”

  1. CESAR dit :

    Sinamenye Norman porte à la connaissance des Rwandais qui lisent Jambo News la situation dans laquelle se trouve actuellement de la Présidente des FDU.
    Il n’y a rien de surprenant. En effet, il est de notoriété publique que la loi, la justice et l’humanité élémentaire sont des mots dépourvus de sens chez Kagame. S’il a décidé d’emprisonner celle-ci ce n’est certainement pas pour qu’elle puisse sortir vivante par la suite. Kagame a donc déjà rendu le jugement suprême. Et même si par extraordinaire, elle sorte vivante de la geôle de Kagame, son existence ici bas sera de courte durée, à moins de faire exception aux centaines de cas notoires ici au Rwanda.
    Dans ce pays, Kagame dispose du droit de vie et de mort sur les Rwandais. Il est à la fois loi, justice et juge. Alerter les Rwandais relativement à privation des soins à sa prisonnière est inopérant. Ceux que l’on appelle communément les défenseurs des droits de l’homme outre qu’il n’en existe pas ici, ne peuvent rien faire contre Kagame. Il n’y a ses sponsors américains et britanniques qui peuvent le sommer à s’efforcer à intégrer le sens d’humanité élémentaire, de la loi et de la justice. Or, pour eux, la vie de la présidente des FDU ne vaut même pas un clou. Face aux intérêts de leurs multinationales à qui Kagame a cédé le Rwanda, la vie ou la mort de celle-ci ne signifie rien. Ils parlent du respect des droits de l’homme au bénéfice de tel ou tel individu du tiers monde quand ils ont la garantie qu’il peut aussi être leur serviteur. La parfaite illustration est le cas Burundi. En sus des preuves irréfutables quant aux agissements négatifs de Kagame contre le Burundi, celui-ci a reconnu publiquement ses méfaits: formation et armement des escadrons de la mort pour semer la mort et la terreur au Burundi. Au lieu de vilipender et sanctionner l’auteur crimes flagrants abominables contre les Burundais de tous âges et conditions, Ils ont vilipendé les dirigeants burundais et sanctionner financièrement leur pays. Au regard de l’ensemble des faits, les sponsors de Kagame lui ont délivré le passeport de tuer les Rwandais, les Burundais et les Congolais en toute impunité. Un autre exemple est le cas deux que Kagame a appelés des déchets: des milliers de pauvres et enfants de rue rwandais. Le traitement que leur a été réservé sur ordre de Kagame a fait la Une des médias étrangers de sorte qu’il n’est pas nécessaire d’en faire des commentaires. Un pauvre rwandais ne vaut même la patte du chien de Kagame. Alors que les ONG dont HRW américaine ont suffisamment informé le public international et le président OBAMA en l’occurrence de la situation infra-humaine dans laquelle Kagame a mis des milliers d’enfants et pauvres rwandais, force est de constater leur silence de tombeau. Mais par contre, ils ont ordonné leurs obligés de la commission de l’ONU contre la torture d’examiner en séance publique les cas de torture prétendument commise par les autorités burundaises contre certains citoyens burundais. Autrement dit, pour eux, il y a au Burundi deux catégories de citoyens, les Burundais qui appartiennent à l’humanité et ceux qui n’y appartiennent pas.Les premiers méritent compassion et justice, les seconds ne méritent rien y compris la compassion humaine élémentaire comme des milliers de pauvres et enfants de rue de Rwanda, assassinés, torturés et traités des objets avariés sans maître par Kagame au vu et au su des prédicateurs du respect des droits de l’homme.

       3 likes

    • Feuille de chêne dit :

      Rasec, j ai lu attentivement ton poste et t as totalement raison à une nuance près. Pour te suivre depuis un moment je sais que tu privilégiés,ou plutôt tu insistes beaucoup plus sur le côté international,en dénonçant l action (la non action? )des grandes puissances à l encontre des autorités rwandaises et Kagame en particulier. Je disais donc à une nuance près,parce que à mon humble avis le sort de notre peuple nous concerne nous d’abord,je ne doute pas un instant que tu partages cet

         1 likes

  2. Feuille de Chêne dit :

    Cette grande dame (héroïne de la résistance ) fait partie de l histoire moderne du Rwanda et ne sera jamais oubliée. ..Quelle courage, quelle force. ..Que ses geôliers sachent que quelqu’un devra en payer le prix tôt ou tard.

       2 likes

  3. CESAR dit :

    Kagame refuse que sa prisonnière soit examinée par un médecin choisi par elle-même. La question est de savoir pourquoi.
    A mon humble avis, Sous réserve de me tromper et l’histoire jugera, probablement, Kagame empoisonne au compte-gouttes la présidente des FDU c’est-à-dire il a ordonné aux gardiens de prison de mettre dans sa nourriture de petites doses de poison sans conséquences immédiatement ou à court terme visibles sur la santé de la prisonnière. Les effets de l’empoisonnement se manifestent plusieurs années voire plusieurs mois après la première inoculation.
    Exemple : Plusieurs anciens haut fonctionnaires civils et militaires Hutu des gouvernements précédents qui n’ont pas fui le régime Kagame ont été emprisonnés sans dossier. Ils sont morts des maladies inconnues quelques mois voire années après leur sortie de prison alors qu’ils étaient prétendument examinés régulièrement par un médecin envoyé par les maîtres du Rwanda. Celui-ci a indiqué que leur état de santé est satisfaisant. Ils présentaient les mêmes symptômes.
    Sur ordre de Kagame, les demandes d’autopsies formulées par certains membres des familles des victimes ont été rejetées sans explication aucune. De plus, certains de ces malades ont demandé l’autorisation d’aller se faire soigner à l’étranger mais leurs demandes ont été rejetées. Enfin, après leur sortie de prison, après plusieurs années de calvaires dans les geôles de Kagame, ils ont été frappés d’interdiction de sortir du Rwanda.
    Au regard de l’ensemble des faits et des cas précis, au surplus vérifiables quant à leur véracité, si un médecin étranger examine cette prisonnière, il devra nécessairement faire un bilan sanguin complet. Or, si Kagame donne son accord, en tout état de cause, les examens sanguins démontreront qu’Ingabire Umuhoza a été empoisonnée. Ainsi Kagame sera démasqué, ses sponsors seront alors contraints de réagir négativement à son endroit et le monde entier saura qui est effectivement Kagame. Pour ce motif, il a pris des précautions par le refus d’autoriser sa prisonnière de se faire examiner par un médecin de son choix. Que celui qui a une autre analyse du refus flagrant et stupéfiant de Kagame en partage avec les lecteurs de Jambo News.
    J’ose espérer que l’histoire me démentira.

       1 likes

  4. Bene dit :

    Ni irungu…encore un peu de patience. Munyakazi va lui tenir compagnie.

    http://afrika54news.com/2016/09/28/rwanda-u-s-deports-genocide-suspect-munyakazi/

       0 likes

Laissez un commentaire