FR | EN

Rwanda: la gouvernance en question (2ème partie)

Publié : le 15 septembre 2017 à 15:06 | Par | Catégorie: A la une, Analyses de l'actualité, Economie

Il s’agit de la deuxième et dernière partie de l’article qui révèle les défaillances dans les principales caractéristiques de la gouvernance qui ont été promises au peuple rwandais par les dirigeants en place comme il est indiqué dans le document officiel du programme Vision 2020 (Pg 10). La première partie de l’ article peut être lue ici.

[Cliquez ici pour découvrir la 1er partie de l’article]

Cet article vise à stimuler les citoyens rwandais ainsi que les décideurs politiques actuels et potentiels à travers le monde à travailler avec diligence pour améliorer la gouvernance du Rwanda. Surtout que l’année 2020 approche rapidement.

Structure et processus démocratiques

Selon le document du programme Vision 2020, le leadership du Rwanda a promis «un État respectueux de la structure et des processus démocratiques» aux citoyens. Cependant, la démocratie rwandaise est toujours en déclin.

Le Transformation Index BTI) qui mesure la transformation de la démocratie et de l’économie de marché dans 129 pays indique que le score de la démocratie au Rwanda est passé de 4,23 sur 10 en 2006 à 3,83 sur 10 en 2016. Le rapport le plus récent de l’indice sur le Rwanda décrit la structure démocratique du pays dans les mots suivants:

« Le système politique rwandais est blanchi à la chaux par le cercle au pouvoir en tant que démocratie « consensuelle » » de partage de pouvoir « , justifiée par la nécessité de surmonter les divisions ethniques et l’exigence d’un développement accéléré. La constitution donne au président une autorité illimitée en matière de sécurité et de politique étrangère. Il nomme le premier ministre et les membres du cabinet, et bien qu’il soit obligé par la constitution de donner une part de postes à tous les partis représentés au parlement, il peut choisir les personnes de son choix. En outre, il nomme ses conseillers personnels, les officiers supérieurs de l’armée, les principaux administrateurs, les juges en chef, un quart des sénateurs, et cetera. Le système est en fait une façade institutionnelle habilement conçue qui dissimule la répartition réelle du pouvoir. Toutes les principales questions politiques et liées au pouvoir sont décidées par le président, avec ses principaux conseillers. Le FPR (parti dirigeant) et l’armée contrôlent l’accès au bureau politique et administratif  » (Pg 7-8).

L’Indice de la démocratie, publié par Economic Intelligence Unit (EIU) , qui évalue le niveau de démocratie de 167 pays, réaffirme également le déclin de la démocratie au Rwanda entre 2006 et 2016. L’indice révèle que la détérioration de la démocratie au Rwanda est en grande partie due au fait d’une mauvaise performance dans la catégorie du processus électoral et du pluralisme. Cette catégorie vérifie la condition d’avoir des élections libres et équitables et de satisfaire les aspects de la liberté politique au Rwanda. Le score pour le Rwanda dans cette catégorie est passé de 3 sur 10 en 2006 à 0,83 sur 10 en 2016. L’EIU a systématiquement marqué le niveau de démocratie du Rwanda en dessous de la moyenne de l’Afrique subsaharienne et classé le pays parmi les régimes autoritaires chaque année depuis 2006 jusqu’à 2016, l’année la plus récente de la publication de l’indice.

En dépit de ce qui précède, l’affaiblissement de la démocratie rwandaise est souvent négligé en raison du progrès social et économique que le pays a réalisé depuis 1994. Mais, ceux-ci sont surestimés.

LIRE: L’économie du Rwanda est-elle résiliente?

Sur cette toile de fond, la promesse faite par le gouvernement en place de transformer le Rwanda en un État qui respecte la structure et les processus démocratiques n’est toujours pas tenue. En fait, le déclin continu  de la démocratie soulève des questions sur l’État de droit, les droits de l’homme et la participation des citoyens dans la prise de décisions au Rwanda.

État de droit

Á travers le document officiel de Vision 2020, le leadership en place a promis un État soumis au droit. Pourtant, le Rwanda est confronté à de nombreux défis en ce qui concerne l’État de droit qui restent préoccupants. Selon Hill Innovating Justice publication 2012 , il s’agit de 1) la façon dont l’idéologie du génocide a été criminalisée dans la loi et mise en pratique, 2) la réduction de la liberté de la presse, 3) l’espace politique restreint et l’indépendance de la magistrature en ce qui concerne les affaires juridique de haut profil et 4) l’équité des Gacaca.

Le fait qui affecte l’État de droit au Rwanda le plus est le manque de transfert de pouvoir. Ceci est évidemment observé à partir de l’Index Ibrahim pour la gouvernance africaine (IIAG), un indice annuellement publié qui fournit une mesure statistique de la performance de la gouvernance dans chaque pays africain. L’indice affirme une baisse au classement de l’État de droit au Rwanda entre 2001 et 2015 en raison principalement des résultats médiocres du pays dans son indicateur de transfert de pouvoir. De 2001 à 2006, le Rwanda est noté  44,4 sur 100 du transfert de pouvoir. Cela a augmenté à 66,7 en 2007 et 2008. Toutefois, il a diminué à 33,3 sur 100 en 2009 puis à 0 en 2010 jusqu’en 2015

L’indicateur de transfert de pouvoir évalue dans quelle mesure les mécanismes constitutionnels sont clairs, établis et acceptés pour le transfert ordonné du pouvoir d’un gouvernement à l’autre. Le rapport de l’indice de transformation de 2016 (BTI) expliquait le problème avec la séparation des pouvoirs au Rwanda dans les mots suivants:

 «La constitution prévoit une séparation des pouvoirs, mais le pouvoir de contrepoids du parlement est faible puisqu’il n’a que des compétences limitées, et est composé d’un seul côté. L’administration centrale atteint le niveau local. Le président a un pouvoir décisif en tant que chef des forces armées et de l’administration centrale. Après avoir été l’homme fort et le chef absolu du pays depuis 1994, il sert maintenant selon la constitution, son dernier mandat finissant en 2017. Il existe déjà des propositions pour changer la constitution lui permettant de briguer un autre mandat. » (Pg 9)

En décembre 2015, un référendum a été voté pour modifier la constitution au Rwanda. Ce référendum a autorisé le président sortant à se présenter pour un autre mandat de sept ans ainsi que deux autres de cinq ans chacun, ce qui signifie qu’il pourrait gouverner le pays jusqu’en 2034.

Compte tenu des défis susmentionnés pour le Rwanda en ce qui concerne l’État de droit et, en particulier, le manque de transfert de pouvoir – qui a caractérisé le régime précédent renversé par les titulaires actuels en 1994 – la promesse de rendre le Rwanda un État soumis au droit faite par le gouvernement actuel aux Rwandais n’a pas encore été honorée.

Les Droits de l’homme

Bien que la Vision 2020 du Rwanda promet la protection Des droits des citoyens, de violations des droits de l’homme au pays sont  à grande échelle. Le Cingranelli-Richards (CIRI) human right dataset qui mesure les pratiques gouvernementales en matière de droits de l’homme montre que le Rwanda a se situe très bas en ce qui concerne   l’intégrité physique. L’indice englobe quatre indicateurs individuels, à savoir le droit à l’absence de meurtres extrajudiciaires, de disparitions, de torture et d’emprisonnements politiques. Le score du Rwanda sur cet indice est passé de 5 sur 8 en 2007 à 2 sur 8 en 2011. (Un score de 0 indique qu’il n’y a pas de respect du gouvernement pour les quatre droits et un score de 8 implique un respect total du gouvernement pour les quatre droits. )

En outre, le CIRI montre que le score du Rwanda sur l’Indice des Droits d’Émancipation s’est détérioré de 7 sur 10 en 2006 à 5 en 10 en 2010. Les composantes de l’échelle, desquelles le Rwanda a des défaillances sont: liberté d’expression, liberté de réunion et d’association, les droits des travailleurs, l’autodétermination électorale et la liberté de culte.

Le respect des droits de l’homme au Rwanda demeure une préoccupation aujourd’hui. Le plus récent rapport sur les pratiques en matière de droits de l’homme au Rwanda a été publié par le Département d’État américain en mars 2017 et illumine les problèmes de droits de l’homme au Rwanda comme suit:

«Les problèmes les plus importants en matière de droits de l’homme étaient le harcèlement, l’arrestation et les abus des opposants politiques, Les défenseurs des droits de l’homme et les individus perçus comme menaçant le contrôle et l’ordre social du gouvernement; Le manque de respect de la loi par les forces de sécurité; Et les restrictions à la liberté des médias et aux libertés civiles. En raison des restrictions sur l’enregistrement et l’exploitation des partis d’opposition, les citoyens n’ont pas la capacité de changer leur gouvernement par des élections libres et équitables. »

Il est évident que le gouvernement en place au Rwanda n’a pas tenu sa promesse de protéger les droits des citoyens.

Le processus de décentralisation

Selon le document Vision 2020, les citoyens rwandais auront le pouvoir de participer aux processus décisionnels sur les problèmes qui les touchent le plus grâce au processus de décentralisation. Néanmoins, une étude de 2010 sur la participation des citoyens à la gouvernance démocratique au Rwanda menée par l’Institut de Recherche et de Dialogue pour la Paix (IRDP), une organisation qui opère dans le pays, a conclu que les documents officiels du Rwanda (y compris la politique nationale de décentralisation) exprime la volonté politique d’engager les citoyens rwandais dans le processus décisionnel. Cependant, l’analyse de la réalité sur le terrain est différente (Pg 67).

Les résultats de l’étude, générés par l’entremise d’un échantillon de 1200 Rwandais de différents milieux sociaux à l’échelle nationale, permettent de comprendre le statut de la participation des citoyens au Rwanda. 49% des répondants de l’échantillon ont déclaré qu’ils n’étaient pas impliqués dans la mise en place des lois (Pg 31), alors que 74% ont déclaré ne pas être impliqués dans l’élaboration des politiques (Pg 33). Plus de 50% ont répondu qu’ils ne sont pas suffisamment informés sur les politiques et les lois (Pg 39). 45% n’étaient pas particulièrement conscients des décisions prises au niveau des entités décentralisées (Pg 41). 62% des répondants ont indiqué qu’ils n’avaient jamais été consultés par les parlementaires dans la mise en place des lois, tandis que 41% ont souligné qu’ils n’avaient jamais été visités par un membre du gouvernement pour discuter les questions relatives à la vie du pays ou de la communauté (Pg. 48 à 49). En outre, 60% des personnes interrogées ont confirmé qu’elles n’avaient jamais été visitées par des responsables des partis politiques pour discuter les questions nationales relative a la vie du pays ou de la communautaires et 68% en disent de même pour les responsables de la société civile (Pg 56 à 57).

Les répondants de l’enquête ont souligné les politiques qui ont été mises en œuvre sans leur participation, y compris la transition abrupte du français vers l’anglais en tant que langue de l’éducation et les politiques de la consolidation des terres et la régionalisation des cultures (Pg 34)

Alors que les changements soudains dans la langue de l’éducation ont été mis en œuvre avec effet direct en 2008, les politiques de consolidation des terres et la régionalisation des cultures sont étroitement liées et constamment mises en œuvre dans tout le Rwanda. Malheureusement, la question du manque de participation des citoyens dans la mise en œuvre de ces politiques prévaut même aujourd’hui.

En 2012, les experts indépendants des Nations Unies ont appelé le gouvernement rwandais « … à veiller à ce que la mise en œuvre de la politique de consolidation des terres soit menée sur la base des valeurs des droits de l’homme en matière de consultation et de participation « . En mars 2017, Human Rights Watch a signalé une répression dans des cas fonciers au Rwanda, selon laquelle le gouvernement local a imposé des solutions sans le consentement ou la participation complète des résidents.

En outre, une étude récente explique que la politique agricole qui cherche à orienter l’agriculture du Rwanda vers la spécialisation, impose aux agriculteurs quelles cultures doivent être cultivées. Afin de s’assurer que les agriculteurs s’y conforment, la politique stipule que: «… il devrait être possible pour le gouvernement de reprendre possession du terrain si le propriétaire ou le titulaire des droits fonciers n’a pas réussi à l’utiliser conformément à la loi.»

La manque de participation des citoyens au Rwanda est également reprise par des sources mondiales, indépendantes et crédibles. Par exemple:

  1. L’indice sur le budget ouvert (IBO) qui évalue dans quelle mesure les gouvernements fournissent des opportunités au public de participer dans les processus budgétaires a attribué au Rwanda un score de 25 sur 100 lors de son évaluation de 2015. Ce score indique que la disposition du gouvernement au Rwanda pour que le public participe dans le processus budgétaire soit faible.
  2. L’indice de la démocratie a constamment noté le Rwanda 2.22 sur 10 de 2006 à 2016 sur la participation politique.
  3. L’indice de développement de la jeunesse (YDI) de 2016, préparé par le Secrétariat du Commonwealth et qui évalue les progrès réalisés en matière de développement de la jeunesse place le Rwanda parmi les dix pays les moins classés dans la participation civique des jeunes, à la 180e place sur 183 pays (Pg 44).  En outre, l’indice décrit le niveau de la jeunesse rwandaise dans la participation politique comme « Medium » avec un score de 0,514. Ce niveau a diminué par rapport à ce que le Rwanda avait réalisé en 2010 (un score de 0,559). La note est également inférieure à la moyenne de l’Afrique subsaharienne (0,574) et les pays membres du Commonwealth (0,621).
  4. Malgré son bilan mondial d’avoir un grand nombre de membres féminins au Parlement, une étude récente a révélé que l’augmentation de la représentation descriptive des femmes en politique, n’a pas de sens pour les femmes ordinaires au Rwanda. Les explications possibles à cet égard sont que les pouvoirs décisionnels incombent au régime autoritaire et à l’éviction de l’identité de genre par l’identité ethnique au Rwanda. L’étude soutient alors que la perception de la représentation politique dépend de la mise en œuvre des politiques, donc de la représentation substantielle, et non de la représentation descriptive.

La voie à suivre

Les caractéristiques de la gouvernance que les dirigeants en place ont promis aux citoyens –  rédigées dans le document  programme de développent Vision 2020 – sont complets et réalistes. Cependant, des défis majeurs demeurent dans les caractéristiques de cette gouvernance comme cela a été souligné dans la première et deuxième parties de cet article. Les citoyens rwandais ainsi que les décideurs potentiels à l’intérieur et à l’extérieur du pays devraient faire pression pour que la rhétorique dans les documents officiels se traduise dans des actes qui favorisent la mise en œuvre d’une réelle bonne gouvernance au Rwanda. Dans tous les autres cas, les citoyens et la communauté des partenaires mondiaux considéreront les décideurs rwandais comme des menteurs qui ne font que parler sans jamais joindre le geste à la parole. Lisez le premier article ici.

Écrit par Aimé Muligo Sindayigaya

Traduit de l’anglais par Pacifique 

Pour lire plus d’articles écrits par l’auteur, visitez: http://insightfulquotient.com/

[Cliquez ici pour découvrir la 1er partie de l’article]

www.jambonews.net

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , , ,

Laissez un commentaire