Jambonews FR - Restons informés

La décision sur la dissolution d’IBUKA Belgique reportée

La décision sur la dissolution d’IBUKA Belgique reportée

Ce jeudi 9 décembre 2021, l’ASBL-IBUKA Belgique a comparu devant le Tribunal de l’entreprise de Bruxelles, dans le cadre d’une procédure en dissolution entamée pour non-dépôt de ses comptes annuels. A l’issue des débats, l’audience a de nouveau été reportée au 17 février 2022 et le sort de l’association a été remis entre les mains de ses membres.

Huis clos refusé

L’audience a commencé avec une demande assez surprenante de plaider à huis clos de la part de Me Bernard Maingain, l’avocat belge qui défend habituellement les intérêts du Président rwandais Paul Kagame en Europe. En effet, Me Maingain, qui conseille IBUKA-Belgique dans cette affaire, a souhaité que les débats se tiennent loin du public, justifiant sa requête par la présence de « membres de Jambo asbl » dans la salle. Le Tribunal n’y a pas donné suite.

« Pas de malversations financières » selon l’avocat d’IBUKA

Me Maingain a ensuite débuté sa plaidoirie en réfutant tout soupçon de malversation ou de détournement de fonds comme cela a été relevé dans la presse[1]. Il a tenu à préciser qu’IBUKA Belgique n’a jamais reçu pour plusieurs « centaines de milliers d’euros de subsides », mais plutôt « trois subventions de 10.000 euros payées par la communauté Wallonie-Bruxelles ainsi qu’une subvention de 25 000 euros payée pour la réalisation d’un documentaire » et qu’IBUKA Belgique ne possèderait aucun compte bancaire au Rwanda.

Une régularisation toujours en cours

Quant au fond de l’affaire Maître Maingain a expliqué qu’un important travail de régularisation avait été effectué pour mettre les comptes à jour, mais que ceux-ci n’avaient pu être déposés avant l’audience, étant donné qu’ils doivent d’abord être approuvés par une assemblée générale, convoquée pour le 29 décembre 2021.

En effet, la procédure en cours devant le Tribunal de l’Entreprise vise uniquement à vérifier si l’ASBL a rempli ses obligations administratives et comptables. Il ne s’agit pas d’une enquête pour malversations financières ou détournements de fond puisque dans ce cas, la procédure serait conduite par le Parquet ou un Juge d’Instruction et serait traitée devant le Tribunal Correctionnel.

Dans ce cas-ci, il s’agit simplement d’une régularisation administrative, et si les membres d’IBUKA-Belgique approuvent les comptes de l’asbl lors de leur Assemblée Générale du 29 décembre, cette procédure devant le Tribunal de l’entreprise devrait prendre fin.

« Pas de dissensions au sein d’IBUKA-Belgique mais des sensibilités distinctes  »

Le Président du Tribunal a alors demandé des explications quant aux éventuelles « dissensions » qui existeraient parmi les membres d’IBUKA-Belgique et qui pourraient « donner lieu à des discussions » sur les comptes lors de l’Assemblée Générale. Sur ce point, Maître Maingain a retorqué qu’il n’y avait pas de « dissensions » au sein d’IBUKA-Belgique, et que même si on pouvait parler de « sensibilités distinctes » chez certains membres, il était confiant que les comptes présentés allaient être approuvés lors de l’Assemblée Générale et que « tout allait bien se passer ».

Une Assemblée Générale déterminante

L’Assemblée Générale prévue le 29 décembre 2021 devrait donc être déterminante pour l’avenir de l’Association. Me Maingain a d’ailleurs tenu à préciser que plusieurs autres manquements devraient être corrigés, notamment en ce qui concerne les mandats des administrateurs ayant expiré depuis plusieurs mois, ainsi que la nomination de commissaires aux comptes qui, jusque-là, n’existaient pas.

Le sort d’IBUKA-Belgique est donc désormais entre les mains de ses membres et non plus entre les mains d’une équipe dirigeante pointée du doigt pour être le relai du Front Patriotique Rwandais (FPR) en Belgique, ainsi que le dénoncent plusieurs observateurs depuis de nombreuses années.

En effet, en mars 2019, le journal LeVif l’Express parlait déjà d’une présidente « plus en phase avec l’Ambassade du Rwanda à Bruxelles. »[2] Cette dernière n’hésite en effet pas à s’attaquer aux opposants politiques de Paul Kagame ou à défendre régulièrement le bilan politique du FPR y compris en matière de respect des droits humains[3].

En 2011, le journal La Libre Belgique avait évoqué des relations qui « se détériorent entre le pouvoir de Kigali et les rescapés du génocide » après que 23 membres d’IBUKA en Europe et en Amérique, avaient écrit une lettre au Président Kagame, afin d’exprimer « leur inquiétude quant à la nouvelle politique de Kigali envers les Hutus de la diaspora. »[4]

Mais déjà en 2008, le président d’IBUKA-Belgique de l’époque avait dénoncé un « putsch visant à contrôler illégalement le Conseil d’administration d’IBUKA » opéré par les relais du régime rwandais en Belgique qui avait poussé les dirigeants d’IBUKA à saisir la justice belge. Des appels à la violence contre l’équipe dirigeante d’IBUKA-Belgique avaient également été lancés par des membres du FPR, afin de mettre l’asbl sous tutelle du régime[5].

Un problème politique malgré tout

Les soucis administratifs et financiers d’IBUKA-Belgique vont peut-être permettre un débat de fond sur le positionnement politique d’IBUKA, que ce soit en Belgique ou ailleurs. D’ailleurs, depuis cette année, une nouvelle association de rescapés du génocide des Tutsi a vu le jour en Belgique et s’affiche clairement comme indépendante du pouvoir de Kigali (IGICUMBI, la Voix des Rescapés)[6].

Même si l’antenne belge d’IBUKA arrive à surmonter ses problèmes administratifs, comptables et financiers, la question qui intéresse le plus les Rwandais de Belgique, est de savoir si elle va également se libérer de l’emprise qu’exerce sur elle le Front Patriotique Rwandais (FPR) ou si elle va continuer à en être le relais idéologique, à une époque où la répression contre les voix critiques du FPR s’intensifie un peu partout dans le monde[7].


Gustave Mbonyumutwa
Jambonews.net


[1] https://www.lesoir.be/409482/article/2021-11-30/rwanda-lassociation-ibuka-devra-sexpliquer-devant-un-tribunal-belgehttps://www.jambonews.net/actualites/20211129-ibuka-belgique-bientot-dissoute-par-la-justice-belge/https://www.radiyoyacuvoa.com/a/ishirahamwe-ibuka-risabwa-gutanga-raporo-y-imyaka-itatu-iheze/6331822.html  

[2] https://www.levif.be/actualite/international/genocide-rwandais-du-rififi-chez-ibuka/article-normal-1113549.html

[3] https://www.youtube.com/watch?v=saJLbRMrgEc&t=1364s

[4] https://www.lalibre.be/international/2011/02/09/linquietude-des-rescapes-du-genocide-rwandais-QF4N2KOVPVBHPCRRDRDEVOBTKI/

[5] Voir la lettre du 30 mai 2008 du Président d’IBUKA-Belgique de l’époque, à l’attention de Monsieur Bonesha, Ambassadeur du Rwanda en Belgique à l’époque. 

[6] https://www.igicumbi94.com/

[7] https://freedomhouse.org/report/transnational-repression/rwanda

Commentaires

commentaires


© 2022 Jambonews