Jambonews FR - Restons informés

Rwanda : Retour sur l’actualité politique 2014

Rwanda : Retour sur l’actualité politique 2014

Affaire Habyarimana, assassinat de Karegeya, arrestation du chanteur Kizito, l’année 2014 a été mouvementée en actualité politique rwandais. Jambonews revient sommairement sur quelques-uns des grands dossiers de l’année écoulée.

Janvier

Assassinat de Patrick Kagereya

Enterrement de Patrick Karegeya.  source : sabc.co.za

Enterrement de Patrick Karegeya.
source : sabc.co.za


L’année 2014 a débuté par l’assassinat de Patrick Karegeya, directeur général des renseignements extérieurs du Rwanda jusqu’en 2004, avant sa disgrâce et son départ en exil, où il est devenu un des farouches opposants au régime de Paul Kagame.
Son corps a été découvert sans viedans la matinée du 1er janvier dans une chambre de l’hôtel Michelangelo Towers à Johannesburg.Après la mort de Karegeya, les regards se sont tournés vers Kigali et surtout sur l’homme fort du Rwanda Paul Kagame, qui a tenu un discours ressemblant à des aveux quelques jours après l’assassinat de son ancien compagnon d’armes. « Ceux qui nous accusent d’être responsables [NDLR de la mort de Patrick Karegeya], ont fait de même un millier de fois pour défendre leurs nations », « La trahison a des conséquences », avait-il déclaré. .
 

Mars

Nouvelle tentative d’assassinat contre le Général Kayumba Nyamwasa

Le 3 mars un groupe d’hommes armés fut irruption dans la résidence de l’ancien chef d’état-major du Rwanda.Le Général Nyamwasa et sa femme étaient absents au moment des faits. Au lendemain de l’attaque,  Nyamwasa a été placé sous « étroite protection » des forces de sécurité sud-africaines. Cet opposant rwandais en exil avait déjà été victime d’une tentative d’assassinat en juin 2010, en pleine Coupe du monde de football à Johannesburg.Depuis, il était placé sous protection de l’Etat sud-africain.

Avril

Sommet UE-Afrique: Des manifestants pour dénoncer la présence de Paul Kagame à Bruxelles

Le 02 avril, des associations de la société civile, partis politiques et divers acteurs indépendants se sont mobilisés à Bruxelles en vue de manifester contre la présence de Paul Kagame au quatrième sommet Union Européenne – Afrique qui s’est déroulé à Bruxelles les 2 et 3 avril.

20 ans du génocide

Le 07 avril le Rwanda a commémoré le 20ème  anniversaire du génocide de 1994, qui a décimé une partie de la population du pays. Cet anniversaire a été également une occasion pour l’homme fort du Rwanda Paul Kagame de formuler une nouvelle charge contre la France qu’il a accusée d’avoir « participé » activement au génocide de 1994, ce qui a poussé Paris à renoncer à sa participation aux commémorations du 20ème anniversaire du génocide rwandais à Kigali. Kagame a également dénoncé « le rôle direct » de la Belgique dans « la préparation politique » du génocide.

Arrestation de Kizito Mihigo

Kizito Mihigo lors de sa présentation à la presse .  source Kigalitoday.com

Kizito Mihigo lors de sa présentation à la presse .
source Kigalitoday.com


Le 15 avril on apprend l’arrestation du célèbre chanteur et compositeur Kizito Mihigo.Il est accusé des faits de terrorisme, notamment d’avoir
fomenté une attaque à la grenade et d’avoir voulu participer au renversement du régime en place.
L’arrestation de ce rescapé du génocide réputé proche du régime et célèbre au Rwanda pour ses chansons et son message de paix et de réconciliation, a provoqué une onde de choc et l’inquiétude au Rwanda tant il est apprécié par toutes les couches de la population. Le parquet vient de requérir une peine prison à vie contre lui ce 30 décembre.

Jambo ASBL commémore les victimes des conflits de la région des Grands Lacs.

A l’occasion des 20 ans du génocide rwandais, l’ASBL Jambo a commémoré le 26 avril à Bruxelles, les victimes des tragédies de la région des Grands Lacs d’Afrique. Au programme de cette année, plusieurs conférences-débats centrées sur les bilans en matière de justice 20 ans après ; les massacres perpétrés dans la région ; la reconnaissance des victimes ; et de nombreux témoignages.

Juillet

Clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

Estimant être allés au bout de leur travail d’enquête après 16 ans d’instruction, les juges français  Marc Trévidic et Nathalie Poux annonçaient le 8 juillet dernier, la clôture de leur enquête sur l’attentat qui couta la vie à l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana et son homologue burundais. Les parties civiles ont regretté des lacunes dans l’instruction, notamment le fait que le général Nyamwasa réfugié en Afrique du Sud, et personne considérée comme clé dans ce dossier n’ait pas été interrogé. Les parties civiles ont également insisté pourque les réquisitions ne soient pas prises en fonction de considérations politiques.

Les cadavres du lac Rweru

De juillet à novembre, de mystérieux cadavres ont été découverts flottant dans le lac Rweru situé entre le Burundi et le Rwanda. Jusqu’à mi-juillet, une quarante de corps dans des sacs de jute, dont certains les mains et les pieds liés ont été vus. Interrogés par RFI,  les habitants le long de la frontière de la rivière Akagera et le lac Rweru ont annoncé que les corps ont échoués dans le lac via la rivière Akagera qui vient du Rwanda. Les interviewés rwandais ont déclaré également qu’ils avaient reçu de la part des autorités locales, l’ordre de ne pas parler aux journalistes. Le procureur général de la République du Burundi a annoncé en octobre au cours d’une conférence de presse que, le résultat préliminaire d’une enquête menée par ses services a établi que ces cadavres provenaient du Rwanda voisin. Le gouvernement rwandais de son côté a déclaré qu’aucun citoyen ne manquait à l’appel et que les corps n’étaient pas ceux de Rwandais. Pourtant quelques semaines auparavant, Human Rights Watch et le département d’Etat américain  avaient fait état d’une vague de   disparitions  de Rwandais.

Août

Un Rwandais et trois Tanzaniens jugés coupables de latentative d’assassinat de Nyamwasa

Dans la tentative d’assassinat survenue en 2010, un Rwandais et trois Tanzaniens ont été jugés coupables en août dernier. Deux autres, un Rwandais et un Tanzanien, ont par contre été acquittés. Selon le juge de la cour sud-africaine, « la tentative d’assassinat du général Nyamwasa était politique, et organisée par un certain groupe de gens au Rwanda ».

Octobre

Le documentaire « The Untold Story » de la BBC fait trembler le régime

Le 1er octobre la grande radio-télévision britannique BBC diffusait un documentaire qui a ébranlé et qui continue de secouer le régime de Paul Kagame. Intitulé « Rwanda’suntold story », (l’histoire du Rwanda jamais contée), ce documentaire met en cause la version officielle des évènements qui ont conduit au génocide. Le documentaire éclaire surtout sur le rôle joué avant, pendant et après ce génocide de 1994 par l’actuel président rwandais autrefois chef de la rébellion du FPR. Ainsi, dans ce documentaire Paul Kagame est accusé de crimes de guerre pendant le génocide, de massacres au Congo, d’assassinats politiques et d’être responsable de l’attaque contre l’avion du président Habyarimana, élément déclencheur du génocide.

Réouverture de l’enquête sur l’attentat contre l’avion de Habyarimana

Trois mois après la clôture de l’enquête sur l’attentat contre l’avion de Habyarimana par les juges français Marc Trévidic et Nathalie Poux chargés du dossier, les mêmes juges ont annoncé avoir rouvert leur enquête car « il y aurait eu des éléments nouveaux ».

Les Pays-Bas s’acharnent contre les dissidents rwandais

En octobre, le gouvernement néerlandais, à travers ses services d’immigration et de naturalisation (IND) a monté le ton contre des Rwandais qui résident sur son sol. Ainsi plusieurs membres de la communauté rwandaise vivant pourtant de longue date dans le pays, sont menacés de « retrait de nationalité ou du statut de réfugié », voire même d’expulsion du pays. Ces pratiques d’acharnement, essentiellement envers des détracteurs du régime de Kigali aux Pays-Bas, font suite à des dénonciations anonymes au Rwanda accusant les concernés d’avoir participé au génocide, ce que contestent les intéressés. Ceux-ci accusent de leur côté les autorités néerlandaises de renforcer la politique de répression menée par le régime de Kigali contre ses opposants politiques. Les cas de Lin Muyizere, le mari de l’opposante Victoire Ingabire, Joseph Mugenzi, un ex-président des FDU-Inkingi (le parti de Victoire Ingabire) aux Pays-Bas, et Jean Gervais Munyaneza sont les plus parlants.

Suspension de la diffusion des programmes de la BBC en kinyarwanda

Le 25 octobre, l’Autorité rwandaise de régulation des médias (la Rura) suspendait tous les programmes radio en langue rwandaise de la BBC au Rwanda suite à la diffusion du documentaire « The Untold Story » qui trace la responsabilité de l’actuel homme fort du Rwanda Paul Kagame dans le drame rwandais et régional. Le régime de Kigali accuse l’audiovisuel BBC d’avoir « falsifié l’histoire du génocide »à travers ce documentaire.
Les programmes du service des Grands Lacs de la BBC (Gahuzamiryango) sont diffusés dans la sous-région depuis 1994 en langues Kinyarwanda et Kirundi, ainsi qu’en Anglais.

La commission rwandaise chargée des médias sous la menace à cause de sa position dans la suspension de la BBC

Chargée de réguler le secteur de l’information au Rwanda, d’accréditer les journalistes et de réguler le contenu des médias sur la base d’un code d’éthique, la commission rwandaise chargée des médias (Rwanda Media Commission – RMC), a subit de nombreuses tentatives de déstabilisation et surtout de dé-crédibilisation, sans parler également des intimidations et menaces contre ses membres à cause de son opposition contre la suspension de la BBC dans le pays.

Promulgation d’une nouvelle loi sur l’orthographe dans l’écriture du kinyarwanda

Une nouvelle loi sur l’orthographe a été promulguée au Journal Officiel le 8 Octobre 2014 succédant ainsi à celle qui était en vigueur depuis 1985.

Novembre

Enlèvement au Kenya d’Émile Gafirita témoin dans l’attentat contre l’avion de Habyarimana

Émile Gafirita a été enlevé dans la nuit du 13 novembre par deux hommes dans le quartier Dagoretti à Nairobi en rentrant chez lui. Il avait reçu dans la journée sa convocation pour témoigner auprès des juges Trevidic et Poux dans l’affaire Habyarimana.
Emile Gafirita est un ancien kadogo (enfant soldat de la rébellion du FPR de Paul Kagame), et a fait partie du troisième bataillon installé à l’époque dans le CND ancien parlement rwandais où étaient stationnés les soldats de FPR après les accords de paix d’Arusha. Dans la lettre demandant à l’entendre, il aurait assuré avoir convoyé les missiles qui auraient abattu l’avion du Président Habyarimana en avril 1994, ce qui accréditerait la thèse d’un attentat commis par le FPR. Gafirita aurait échappé il y a quelques années à une autre tentative d’assassinat alors qu’il se trouvait en exil en Ouganda.

Début de l’enquête sur le rôle de la BBC dans le génocide rwandais

Le 19 novembre, une commission gouvernementale rwandaise a entamé une enquête visant à « faire la lumière sur le rôle joué par la BBC dans le génocide rwandais de 1994 ». Dirigée par l’ex-procureur général du Rwanda Martin Ngoga, cette commission composée de 5 experts va recueillir des témoignages au sein de la population sur l’implication éventuelle de la BBC dans la tragédie de 1994.

Fin de l’enquête sur la mort du Colonel Patrick Karegeya

Le 20 novembre la police sud-africaine a annoncé avoir achevé son enquête sur la mort du colonel Patrick Karegeya, assassiné neuf mois auparavant dans un hôtel à Johannesburg. Les enquêteurs sud-africains qui ont transmis le dossier au procureur ont annoncé connaitre les assassins de l’ancien chef des services de renseignements extérieurs du Rwanda. Le parquet doit se prononcer sur la poursuite des suspects ou demander une enquête supplémentaire.

Décembre

« SOS Réfugiés » : La société civile se mobilise pour les réfugiés rwandais à l’est de la RDC

Les associations Jamboasbl, CORWABEL, les Petites mains asbl, CLIIR, RIFDP, SISTEM asbl, INYANGE asbl et SYNERGIE AFRICAINE, ont lancé un programme ambitieux de récolter des fonds pour venir en aide aux 245.000 réfugiés rwandais laissés à leur triste sort en République Démocratique du Congo. Dans ce cadre, une campagne d’information et de récolte de fonds a été organisée le 06 décembre à Bruxelles. Le public a participé à la projection des vidéos montrant le quotidien de ces réfugiés, aux témoignages des personnes ayant récemment rencontré ces réfugiés ou ayant vécu la traversée des forêts congolaises au moment de la destruction des camps en 1996, et des associations venant en aide aux réfugiés.

Le parti Vert porte plainte contre l’Etat pour avoir mis à l’écart le français

Le Parti démocratique vert rwandais, un parti d’opposition, a intenté une action en justice contre l’Etat auprès de la Cour suprême pour non-respect de la Constitution, et notamment de l’article 5 concernant les langues officielles du pays. « La Constitution dit que le Rwanda a trois langues officielles : le kinyarwanda, le français et l’anglais ». Le français a disparu sur les nouveaux billets de banque exclusivement en kinyarwanda et en anglais, et tous les documents administratifs ne sont pas traduits en français.

Le Général Kazura embarasse les Nations unies

Le contrat du général rwandais Kazura qui a dirigé les troupes de la Minusma au Mali pendant un an et demi n’a pas été renouvelé. En décembre 2013, Kazura avait été nommé au Mali malgré les allégations étayées de la journaliste canadienne Judi Rever, qui l’avait accusé de crimes de guerre au Rwanda en 1994, alors qu’il était officier supérieur de l’Armée patriotique rwandaise (APR) du Président Paul Kagame. Depuis le départ de Kazura, ces allégations refont surface. Le département des opérations de maintien de la paix déclare avoir consulté le Haut-commissariat aux droits de l’homme et le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) avant la nomination de Kazura, et qu’aucune de ces deux organisations ne se serait formellement opposée à la nomination ou au maintien du Général Kazura à la tête de troupes onusiennes.
Pourtant RFI rapporte que le Haut-commissariat aux droits de l’Homme aurait fait, à deux reprises, part de réticences, liées à des allégations d’exploitation illégale des ressources naturelles du Congo et à des violations des droits de l’Homme qui y sont associées, et ce, à deux reprises avant même la nomination du général Kazura.

Le désarmement des FDLR à petits pas

Apres des mois voire des années d’hésitation, les FDLR ont finalement accepté de déposer les armes au Nord et au Sud- Kivu, et de quitter les Kivus.Les opérations de désarmement se poursuivent et des éléments des FDRL sont déjà arrivés à Kisangani pour la démobilisation et la réinsertion.

La Belgique bloque le bonus de 40 millions d’euros d’aide destinés au Rwanda

En décembre, le gouvernement belge a décidé de ne pas verser une somme prévue de 40 millions d’euros d’aide au développement au Rwanda, car Kigali n’a pas accompli de progrès « significatifs » en matière de dialogue politique, de bonne gouvernance et de développement des médias, a rapporté la télévision flamande VRT. Le gel de cette tranche d’aide au développement a été salué par des ONG actives dans la Coopération, qui qualifient cette décision de « signal fort » à l’égard du régime de Paul Kagame, rapporte l’agence Belga.
Jean Mitari
Jambonews.net

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews